Accusera-t-on le Pape François d’avoir assisté sans mot dire au sacrifice humain auquel se prépare Denis Sassou N’Guesso sur la personne du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

Le tyran Sassou et le Pape François

Par Hervé ZEBROWSKI

Le 5 juillet 2016, grâce à un prêtre jésuite, responsable de la communauté des Jésuites de Bordeaux, je réussis à organiser une rencontre des enfants de Makoua avec le Cardinal Jean Pierre Ricard, alors archevêque de Bordeaux. Cet archevêque de Bordeaux, alors qu’il n’était pas encore cardinal, avait effectué le 20 juillet 2005 une visite au Congo Brazzaville à la tête d’une délégation représentant l’Episcopat français.

En 2004, Monseigneur Ernest Kombo m’avait alors chargé de l’aider à préparer cette rencontre entre l’Episcopat congolais et l’Episcopat français. Cette rencontre fut un terrible échec pour Monseigneur Ernest Kombo qui se trouva déjugé par l’Episcopat français et abandonné par ses confrères congolais. Cette rencontre se trouvait au cœur de la vengeance de Denis Sassou Nguesso qui n’avait jamais pardonné à Ernest Kombo d’avoir refusé la proposition que le président Jacques Chirac lui-même avait faite à Ernest Kombo après la guerre de 1997 : accepter de devenir le président de l’Assemblée nationale du Congo Brazzaville. Ce refus d’Ernest Kombo était motivé par le devoir de mémoire qu’il devait au Cardinal Emile Biayenda. Ce dernier, il faut le rappeler, fut enterré vivant au cimetière d’Itatolo dans la nuit du 22 mars 1977, sous le regard de Denis Sassou Nguesso, ministre des armées et directeur de la police en ces temps du communisme à Brazzaville et présent en ce lieu-là cette nuit-là lors de ce sacrifice humain qu’il avait lui-même ordonné.

Abandonné de tous, Monseigneur Ernest Kombo mourut le 22 octobre 2008 à 14h10, dans d’étranges circonstances, quelques minutes avant que je n’entre dans sa chambre à l’hôpital du Val de Grâce, comme il m’y avait convié la veille. En ce mois d’octobre nous commémorerons donc le treizième anniversaire du martyre d’Ernest Kombo.

Le 5 juillet 2016 donc, j’accompagnais la fille aînée du Général Jean Marie Michel Mokoko, ainsi que le garde du corps du Général (que l’on peut voir avec son béret vert sur une célèbre photo publiée dans le journal Le Monde au côté du Général) et le directeur de cabinet de ce dernier, tous trois sur la photo ci-dessus entourant le cardinal Jean Pierre Ricard. C’est en larmes que la fille aînée du Général Mokoko remettait au cardinal Jean Pierre Ricard une lettre à l’attention du pape François. Dans cette lettre elle implorait le pape François de lui accorder une audience. Le père jésuite, le directeur de cabinet, le garde du corps et moi-même étions bouleversés par les larmes et les supplications de cette jeune femme auprès de ce prince de l’Eglise pour sauver la vie de son père. Elle savait elle, mieux que quiconque, pour l’avoir déjà vécu dans sa chair, ce que Denis Sassou Nguesso était capable de faire à l’encontre de sa famille.

Il faut rappeler en effet, qu’en 1991, lors de la Conférence nationale souveraine présidée par Monseigneur Ernest Kombo, c’est le général Jean Marie Michel Mokoko qui, durant cette vacance du pouvoir communiste à Brazzaville, assurait, en lien étroit avec Ernest Kombo, le commandement des forces armées congolaises. Ensemble à la tête du Congo Brazzaville, cet évêque et ce général avaient réussi l’exploit d’assurer une transition démocratique sans qu’aucune violence ne soit exercée dans ce pays alors déjà en pleine déroute.

En sortant de ce rendez-vous avec le cardinal le 5 juillet 2016, le père jésuite était convaincu que nous avions touché le cœur du cardinal et que la rencontre de la fille du général avec le pape pourrait avoir lieu. Il faut souligner que le pape François est lui-même jésuite, c’est donc plein

d’espérance que nous quittions le père jésuite qui, nous n’en doutions pas, saurait, auprès de son Supérieur Général à Rome, obtenir ce rendez-vous. Nous n’eûmes jamais de réponse du Vatican ni du cardinal.

Durant ces 13 années qui nous séparent de la mort d’Ernest Kombo, par fidélité à sa mémoire, je n’ai cessé de rester engagé dans la promesse que je lui ai faite quelques jours avant sa mort sur son lit de souffrance. Depuis treize ans je m’efforce de rencontrer de nombreuses personnalités influentes en France : officiers généraux, diplomates, nonces apostoliques, cardinaux, évêques, pasteurs de l’Eglise réformée, ancien Président de la République, ministres, anciens ministres, journalistes… C’est ainsi que j’ai pu obtenir l’écoute attentive d’une dizaine de personnalités françaises dans les hautes sphères de l’Eglise qui est en France et de l’Etat français.

Il y a une dizaine de jours, j’ai été informé que le Général Mokoko devait être exfiltré de l’hôpital militaire de Brazzaville où il se trouve depuis son retour de soins intensifs (en Turquie ?) pour réintégrer la prison de Brazzaville sous l’autorité directe des tueurs de Denis Sassou Nguesso.

J’ai adressé le 20 septembre 2021 par mail et messages WhatsApp à ces différentes autorités politiques, religieuses, diplomatiques et médiatiques un courrier dans lequel je leur dis pour l’essentiel :

« Dans la folie qui habite l’âme des dirigeants de ce pays à la dérive qu’est le Congo Brazzaville, la vie du Général Mokoko, prisonnier politique personnel de Sassou Nguesso, est gravement menacée. Seule, une rencontre de sa fille avec le pape François serait de nature à exorciser nombre de ces âmes assombries qui se préparent à ce sacrifice humain. »

C’est par un silence de plomb qu’il m’a été répondu à cette énième et ultime supplique. Je ne doute pas que toutes ces personnalités attentives et bienveillantes, que j’ai rencontrées personnellement, assisteront silencieuses et navrées à l’assassinat programmé du Général Jean Marie Michel Mokoko. « Un peu de honte est si vite bue » et « le sang sèche si vite quand il rentre dans l’histoire ». Outre le silence du pape François, aux coupables de ce crime à venir, il faudra ajouter les 300 prêtres du Congo Brazzaville qui se trouvent en Occident et notamment en France, répartis dans les cent différents diocèses ; complices également du silence de l’Eglise catholique de France et du Congo.

En effet le Congo Brazzaville compte quelques 600 prêtres en activité dont près de 50% résident hors du Congo Brazzaville.

Ces prêtres congolais alertent-ils vraiment les différents évêques de France, sous l’autorité desquels ils se trouvent, de la situation tragique du Congo Brazzaville ? Ces prêtres congolais silencieux et peureux ont abandonné leur peuple. Il ne faut pas douter que le silence du pape François s’inscrit aussi dans son impuissance face à cette horde de prêtres, ces soldats du Christ qui ont déserté. Le Congo Brazzaville est en effet, non seulement, un grand exportateur de pétrole mais aussi de prêtres. Le Congo Brazzaville est abandonné par le monde entier. Cet Etat qui n’existe plus est livré à la mafia de Denis Sassou Nguesso et à ses légions de serviteurs corrompus blancs et noirs confondus.

Du point de vue des Français éminents, on peut dire que Dominique Strauss Khan, qui devait devenir le Président de la République Française avant ses lamentables déconvenues au Sofitel New York, est le plus emblématique des serviteurs influents de la mafia Sassou Nguesso. La photo ci-dessus atteste de sa présence à l’inauguration de la basilique « Sainte Edith d’Oyo ». A ses cotés on peut voir le gendarme de Chirac, Michel Roussin, et Matthieu Pigasse de la banque Lazare, actionnaire du journal Le Monde, neveu de Jean Paul Pigasse, ancien directeur défense et sécurité de l’IHEDN et conseiller personnel de Denis Sassou Nguesso depuis 1997. Cette messe profanatoire d’Oyo, dans ce pays en décomposition qu’est le Congo Brazzaville, était présidée par le nonce apostolique et célébrée par le cardinal Massengo, archevêque émérite de Kinshasa et oncle de Kiki le pétrolier, fils de Denis Sassou Nguesso.

Par Hervé ZEBROWSKI

Diffusé le 06 octobre 2021, par www.congo-liberty.com

AU GÉNÉRAL JEAN-MARIE MICHEL MOKOKO, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DU CONGO-BRAZZAVILLE. Par Mingwa BIANGO

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Accusera-t-on le Pape François d’avoir assisté sans mot dire au sacrifice humain auquel se prépare Denis Sassou N’Guesso sur la personne du Général Jean Marie Michel Mokoko ?

  1. le fils du pays dit :

    Pas etonnant.Mr Sassou Denis serviteur Zele devant l’eternel de ses maitres.
    Un homme très dangereux et nocif pour le Congo et son peuple.
    Il a une longue carrière criminelle car il est des le début des années soixante l’agent de l’etranger selon les dires de ceux de sa génération.Une vraie ordure pour le Congo que Mr Ngouabi a laissé prospérer en fermant les yeux.

  2. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    SOMMES-NOUS PROCHE DE LA BÉATIFICATION DU CONGO? PEUPLE BENI PAR LES FORCES DU BIEN DE L’HUMANITÉ? https://www.youtube.com/watch?v=otUFN-MyXoA

  3. R dit :

    lhopital central des armees congolaises de brazzaville nest pas un centre hospitalier penitentiaire.le sejour dans un centre hospitalier est dune duree limitee. je ne vois aucun lien de droit entre le transfert du gl mokoko du pavillon des hauts fonctionnaires de lhopital central des armees vers la maison darret de brazzaville et la personne du pape francois.sauf intention de nuire.

    quant aux propos du genre que le cardinal avait ete enterre vivant au cimetiere ditatatolo devant denis sassou ng a la base
    1- ils vous engagent
    2- ne vous honorent pas et
    3-denotent de votre meconnaissance des procedures conjointes oms etat congolais et mairie centrale de brazzaville en matiere dhomologation des cimetieres

    en 1977 le cimetiere ditatatolo netait pas operationnel.

    les gens etaient inhumes au cimetiere de kinsoudi dit cimetiere de jadot du nom dune ancienne gloire de foot ball qui y avait ete inhume. donc ce cimetiere presentait des signes dessouflement au meme titre que celui de la tsieme du nom dun cours deau qui se jette dans le fleuve.il y avait deux cimetieres domaniaux a brazzaville

    donc le cimetiere ditatolo et de mont barnier sur les hauteur de maya maya avaient ete homologues comme tels pendant le plan quinquennal . le chu etait devenu operationnel et il fallait voir en aval la question des inhumations.cest une chaine mr. or le cardinal etait deja decede.le cardinal ne pouvait pas etre inhume dans un cimeteire inexistant. un peu de bon sens.

    les deux cimetieres ditatolo et de mont barnier sont fermes officiellement par letat congolais. les congolais nayant fait changement climatique attribuaient aux sorciers ou a la colere des defunts les violentes pluies qui sabattaient dans la ville de brazzaville emportant les tombes.les congolais ont toujours perdu de vue que brazzaville est situee en zone equatoriale. donc suite a cela letat avait juge utile de privatiser les cimetieres.

    donc au cimetiere ditatolo il y avait une zone vip une zone publique et une zone pour enfants.il fallait toujours klaxonner car les enfants (morts) jouaient.ne pas le faire etait une faute. tout ca avait amene letat congolais a proceder a la fermeture de ce cimetiere en realite batit sur une zone montagneuse avec des ravins ….ce que ignorait les congolais

    conclusion.vous etes un menteur et cest dramatique pour le vatican davoir un menteur dans ses rangs

    donc mr zebrowski je ne sais plus quoi quand on ne connait pas on demande.

    le cardinal biayenda na jamais ete enterre au cimetiere ditatolo je suis formel tout comme la presence de denis sassou ng lors de ce meurtre.le cardinal biayenda avait ete enleve et tue par la garde de yombhy opango.denis sassou ng etait ministre de linterieur et de la defense nationale et non ministre des armees.ce poste na jamais existe dans lossature gouvernementale. vous netes pas congolais vous.

    en continuant la lecture vous me semblez horrible.

    vous parlez dun pays en decomposition mr ca cest une insulte. vous insultez une nation. ailleurs mr ca ne passe pas.un chretien qui insulte nen est pas un.vous parlez de messe profanatoire cela vous engage et vous netes pas oblige de demeurez catholique il ya dautres cultes aujourdhui …. cardinal massengo oncle de kiki…mr vous netes pas serieux.qui etes vous en passant?

    vous voulez dire cardinal monsengwo? il est meme decede.presentez au moins vos condoleances. oncle de kiki bon la cest un peu la maladie dafrica intelligence nous leurs avons reproche latteinte a limage a la personnalite.

    il n y a pas au congo brazzaville une seule personne repondant au nom de kiki.

    vous vous adressez a qui finalement? ce site nest pas un bac a ordures ok?

    quel rapport entre monseigneur monsengwo larrestation du gl mokoko et le pape francois? le gl mokoko a etet au niveau de lhopital central des armees conformement aux droits du malades reconnus comme tels par loms.

    il n ya pas de basilique sainte edith doyo.mr quel age avez vous? devant mme les enfants ..papa a ecrit un texte mensonger …je ne pense pas que cela puisse vous honorer.genez vous un peu. les ecrits mr renseignent sur la personnalite.

    de grace retirez votre insulte sur la nation congolaise « pays en decomposition » non mr je ne suis pas daccord.ailleurs en afrique ca ne passait pas. vous aurez eu droit a une volee de bois vert jusqua a creer un conflit diplomatique.respectons nous.

  4. Val de Nantes . dit :

    GROSSE VALIDATION @ LE FILS DU PAYS .
    C’est un vieux criminel qui a tué dans les dos de plusieurs présidents qu’a connus notre pays . Un sous marin dont la nature diabolique se déploie à nos yeux ,aujourd’hui …
    Le CONGO est resté passif et permissif devant les méchancetés politiques dont il a été victime depuis son indépendance et bous en payons présentement le prix .Notre largesse atavique et un mauvais personnel politique ont eu raison de l’être Congo ,celui que nos anciens nous avaient laissé en héritage .
    Cher français @ le fils ,
    Si tu dis à ton enfant , arrêtes d’aller à l’école ,contente -toi des bijoux de la famille ,c’est le début des crimes au sein de la famille .
    C’est l’attitude politique de SASSOU ,qu ‘il aura laissée à la postérité des mbochis .
    Si SASSOU était un enfant élevé à la rigueur de l’école républicaine ,le CONGO n’en serait pas là , car les efforts validés par la sanction scolaire condamnent le plus souvent des comportements asociaux équivalents au  » ça freudien « ….
    L’enfant doit aller à l’école pour y apprendre des connaissances et des valeurs capables d’en faire un bon citoyen de la cité .
    Quand un président de la république en vient à favoriser l’échec scolaire au dépend de la réussite scolaire ,c’est la porte ouverte à tous les dangers possibles .
    Comment un président de la république peut laisser pourrir l’intelligence diasporique du simple fait de conserver le pouvoir , de donner le primat de l’ethnie sur la gouvernance de la chose publique et donc de punir les enfants des autres tribus ?
    Est ce que l’intelligence a une ethnie ?
    Si SASSOU et tous les autres demeurent marqués par la prééminence intellectuelle du pool sur tout le pays au sortir de la colonisation , de nos jours , les choses ont beaucoup évolué au point d’avoir une infinité d’intellectuels dans plusieurs départements de notre pays …
    Ce sont là les plaies de la genèse de la haine de SASSOU contre le sud ,notamment le pool à l’égard duquel il nourrit une poolphobie .

  5. Val de Nantes . dit :

    lire ,, frangin @le fils .
    et nous en payons le prix .

  6. VAL DE NANTES : dit :

    J’invite tous mes compatriotes de la diaspora épris du pays à suivre le documentaire consacré à DSK où les noms de ces dirigeants africains dont ,mauditement ,celui de SASSOU fera partie de l’agape d’ ELISIENNE LUCET .
    C’est triste ! .
    SASSOU a bien tué la fonction présidentielle au CONGO ,plus rien n’en reste ,si ce n’est que la statue inerte .
    Essili , ceux qui ont rêvé de rabibocher une telle anomalie au sommet du pays doivent se trouver une autre religion pour une éventuelle consolation …
    C’en est fini de cette pourriture dont dont l’unique but est de tuer et appauvrir les congolais .
    Ce documentaire sur DSK est une épreuve de plus de l’inessentialité de cette fonction AU CONGO .PAKO en est mort et MOKOKO se trouve goulaguisé pour la même raison ,sans évoquer des morts politiques qui y sont associés .
    Chers compatriotes ,
    Reprenez vos esprits pour mieux penser l’avenir du pays , indépendamment , d’un divin à son sommet .
    NOUS AVONS GRANDI , avec des connaissances approfondies sur la gestion optimale de notre pays à travers des exemples qui ont fait leurs preuves de par le monde …
    Notre pays n’ est pas condamné à un fatum irréversible , il en va de notre intelligence pragmatique essorée de toutes pulsions haineuses pour bâtir un CONGO IDÉAL .
    Personne n’a intérêt à voir notre CONGO SOMBRER DANS LA FOLIE CONTINUE des uns du fait de leur supposé « libido dominandi « .
    La construction d’un CONGO futur sera le résultat d’une addition des pensées rationnelles et non une addition des égologies …
    Cette fonction aura montré les limites de sa magie dans la transformation des conditions sociales des congolais et nous devons nous résoudre à y mettre fin pour proposer une alternative dotée des garanties démocratiques indestructibles ….

  7. VAL DE NANTES : dit :

    LAISSEZ LE CONGO tranquille ET ARRÉTER DE LUI FAIRE PORTER DES CHARGES INUTILES SUR SA TÊTE …
    Les charges doivent être transportées au moyen des mains pour mieux partager le revenu national . C’est la main qui partage et non la tête ….
    Depuis quand on mange à partir de la tête ?
    La main (région ) est la raison de notre vie . La tête est l’illusion de la raison ,c’est à dire la fonction présidentielle .
    TOBIYI BA PRESIDENT , SASOUFFIT .

  8. Gabio dit :

    Je n’ai jamais vu l’eglise surtout catholique aller a l’encontre d’un usurpateur criminel et corrupteur pour secour secourir une victime de ce criminel, l’eglise etant generalement toujours du cote du criminel. L’eglise catholique, a travers sa section du Congo, accepte les yeux fermes les dons du criminel, l’argent du crime, l’argent pille du tresor par le criminel sassou pour se faire construire un siege tres moderne de l’eglise alors que que pendant ce temps, les enfants du Congo s’assient au sol dans les salles de classe des ecoles sans batiments et sans enseignants et ou ils s’entassent par centaines par salle de classe tres sale en plus. Ces catholiques sont sans coeur et ils le montrent partout. Des massacres des enfants amerindiens en amerique, a l’esclavage des africains, en passant par le viol des enfants dans le monde entier…. Tout ceci se passe sous le controle de l’eglise comme institution. Alors, vous croyez que cette eglise se soucie du malheur de qui que se soit? Il faut arreter de rever. Sassou va tuer tous ceux qu’il veut tuer, il le fera. Il a tue le cardinal, l’eglise n’a rien dit. Il a tue Ntsourou et tres probablement Parfait Kolelas devant tout le monde, le ciel n’est pas tombe comme ils le disent. Il vas tuer Mokoko et Okombi, ca passera comme une lettre a la poste, nous serons encore ici en train d’ecrire et de pleurer pour rien. Surtout, ne compter par sur l’eglise, elle ne nous sert a rien sur tous les plans, sinon que nous endoctriner a accepter sans reagir la misere que nous imposent leurs amis au pouvoir en France et en francafrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.