RFI colporte les Intimidations et menaces de Thierry Moungalla

RFI, la si « chère » et bien-aimée RFI, qui avait été très discrète sur la présence du vieil empereur corrupteur et corrompu dans l’enquête des Pandora Papers, vient de faire ses choux gras des derniers aboiements de Thierry Moungalla.

Par la mauvaise foi institutionnelle du ministre de la Communication, les autorités congolaises ont donc réfuté, catégoriquement, les accusations de possession de sociétés et de comptes offshore à l’encontre de son maître l’empereur-usurpateur : « Le gouvernement de la République du Congo dément avec la plus extrême fermeté toute implication du président de la République. Et compte tenu de la gravité des accusations qui sont ici portés, le président de la République se réserve le droit d’engager toute action judiciaire ou toute poursuite pour diffamation pour tous les médias ou toutes les personnes qui reprendrait (sic) ces accusations sans en apporter quelque preuve que ce soit. »

La radio internationale qui durant des décennies a accompagné, par son silence, la déraison et les crimes de ce pouvoir, néanmoins a osé demander l’avis de la société civile congolaise : « À l’opposé, l’organisation de la société civile Sassoufit se réjouit de cette enquête, car, selon elle, c’est la première fois que le nom de Denis Sassou N’Guesso apparaît directement lié à une société de ce type ».

Cependant, personne n’est dupe ! Aucun avocat, même grassement payé (rappelons  les propos du ministre français de la justice alors qu’il n’était qu’Avocat : « Pour Sassou-Nguesso, un million d’euros ce n’est rien ! ») ne voudra se couvrir de ridicule en poursuivant quiconque aura fait état du Rapport des Pandora Papers !  Les menaces du Doberman de service ne sont pas à destination des quelques journaux français, qui ont repris les accusations (prouvées) dont son maître a fait l’objet à l’étranger : elles sont destinées aux rares journalistes, au Congo, qui peinent à survivre même en liberté ! Ceux qui oseront les reproduire seront alors immédiatement jetés au cachot.

C’est bien triste qu’une radio internationale telle que RFI se soumette aux ordres (même avec une faute d’orthographe) du Français Thierry Moungalla en reprenant les menaces qu’il profère en direction de la population. Ainsi, le pouvoir congolais et sa Gestapo sont bien assurés de la bonne retransmission de leurs instructions !

Nous attendons avec impatience la prochaine condamnation de l’aboyeur officiel après la diffusion de l’émission CASH INVESTIGATION d’Elise Lucet, demain jeudi 7 octobre à 21h, heure de Paris. En cas de coupure générale de l’électricité, sur tout le territoire congolais à ce moment-là, la production aurait prévu de faire dérouler un bandeau pendant la diffusion, qui la signalerait alors aux millions de téléspectateurs qui la suivraient en France !

Du ridicule qui s’ajoutera encore plus aux scandales liés à Monsieur Strauss Kahn et surtout à ses incroyables manœuvres en faveur de Sassou Nguesso lorsqu’il était le patron de l’Institution internationale.

La Rédaction

Diffusé le 06 octobre 2021, par www.congo-liberty.com

L’Empereur Denis 1er, délinquant récidiviste, cité dans la grande enquête Pandora Papers….

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à RFI colporte les Intimidations et menaces de Thierry Moungalla

  1. Val de Nantes . dit :

    Le CONGO s’en souviendra de façon énergique .Pour l’heure ,c’est le maquillage mental du peuple congolais qui est la préoccupation de ces voleurs de la république .
    Ce sont des simples paroles jetées dans le néant .
    Ce quelque chose dont la conscience congolaise est conscience ,c’est le vol des finances publiques comme phénomènes qui apparaissent à la pensée rationnelle des congolais .
    Le sujet congolais a bien perçu son objet d’investigation c’est à dire le vol , et en tirera toutes les conséquences qui’s’y rattachent .
    Les discours officiels , mensongers , édulcorants n’auront aucune prise sur notre état de conscience .

  2. val de NANTES dit :

    Le CONGO ,post Sassou , saura investiguer sur ses comptes dont l’existence nous apparaisse comme une antienne de mauvais augure . Nous saurons mesurer l’ampleur des dégâts occasionnés par le premier affabulateur congolais ..
    Ces démentis officiels à répétition sont le signe d’un régime abonné aux chapitres des dirigeants les plus ignobles dont l’unique mission est de voler .
    C’est une leçon institutionnelle teintée d’un cynisme diabolique ,qui est adressée à ceux continuent de croire aveuglement en cette fonction présidentielle au CONGO .
    Aimer son bourreau et s’en plaindre ,il faut savoir ce qu’on veut .
    Tendre la deuxième joue ,alors que la première a reçu la gifle relève d’état pathologique masochiste .
    Un peu de minimum de néotique , sur la vérité de ces motivations politiques autour de cette fonction , vous permettra d’y substituer une fonction plus pragmatique transpirant une transparence démocratique …

  3. R dit :

    1998 dites vous ? a cette epoque le congo brazzaville etait hyper militarise.et c’etait dailleurs une annee triste. nul navait du temps a donner au panamas papers.

  4. val de NANTES dit :

    lire ;; nous apparait .

  5. Isidore AYA TONGA 100% Intérêt général dit :

    CONGO-BRAZZAVILLE / APPEL PATRIOTIQUE

     » Aujourd’hui j’ai décidé de déserter des effectifs actifs de la police congolaise et faire ce témoignage par ce que je suis en danger de mort , recherché par la police pour avoir pris le courage d’interpeller un de mes chefs concernant l’opération d’exécution des jeunes et aussi de mon refus de continuer à participer à ces exactions .
    Je suis originaire d’Obouya

    , sergent dans la police congolaise, élément du groupement GRB de Brazzaville.
    Cela fait plus de trois semaines que je manques de paix , ma conscience m’interpelle à témoigner sur le mal que j’ai fait à mon peuple et de tout ce qui se passe dans la police congolaise surtout avec les éléments de la GRB et la BAC.

    J’ai participé à plusieurs opérations nocturnes d’exécution sommaire des jeunes certains ont été des pauvres innoncents mais comme nous étions sous les ordres de la hiérarchie parfois sous l’effet de la drogue , on avait pas d’autres choix et d’exécuter les ordres. Aux familles qui ne retrouvent plus jusqu’à ce jour leurs fils , sachiez que pour la plupart vos enfants ont été exécutés . Cela me fait énormément mal à ce jour d’avoir participé à ces opérations . Le responsable actuel de la BAC Mr Francis ATA est responsable de plusieurs exactions, le responsable de la GRB connu sous le nom Morgan , est l’un des éléments clés des exactions .

    Jusqu’à ce jour je connais plus de 12 sites où nous avons enterré plus de 410 jeunes depuis Mars 2021 et je détiens des vidéos de certaines exactions. Des jeunes bébés noirs et d’autres jeunes qui se faisaient arrêtés sans raisons valables . Il nous arrivait parfois d’aller vers le bas des cimetières d’itatolo et de la tieme balancer des jeunes arrêtés, menottés et visages cagoules , les balancer dans des troues tous vivants puis des petits engins tracteurs les enterraient tous vivants souvent ces opérations se passaient vers 2-3h du matin.

    Je suis allé à deux reprises à Pointe noire pour participer à des exactions des jeunes bébés noirs , je dois dire aujourd’hui que j’ai fait énormément mal à la république. Nous avons beaucoup tué les jeunes du sud de Brazzaville , ils avaient pour la plupart pas de chance de survivre, nos chefs nous disaient de ne jamais laisser vivant un jeune du Sud qui est arrêté ils doivent rejoindre la terre. Dans nos opérations on parlait souvent lingala et nous étions tous du Nord y compris quelques mercenaires centrafricains qui faisaient parti de nos opérations .
    Les médicaments tramadol que le gouvernement interdit aujourd’hui , on les a utiliser pendant nos opérations aujourd’hui je manques de paix , les cris des jeunes assassinés ne cessent de retentir dans les oreilles . Ici je ne vous parle pas encore dès traitement que subissent les prisonniers dans les cachots de police . Certains sont empoisonnés à travers les morceaux de pain qui sont donnés. Je me suis toujours posé la question qui recrutait les mamadou dans la police , vous ne pouvez pas imaginez le nombre des illettrés qu’il y a dans la police , plusieurs sont incapables de parler français ni conjuguer un verbe au présent .

    Malgré toutes les sommes d’argent que j’ai reçu pour avoir participé aux exactions aujourd’hui je regrettes énormément d’avoir servi dans la police congolaise de Jean Francois Ndenguet.

    Je vis en cachette jusqu’à ce jour .
    Je sais que c’est difficile à exprimer mais je n’ai pas de choix , Je demandes pardon aux familles de tous les jeunes que j’ai eu à exécuter . Je demande pardon pour ma haine déversée aux familles du sud, la hiérarchie m’a appris pendant tout mon parcours à haïr les frères du sud, mes chefs nordistes incarnent une haine viscérale contre les populations du sud.
    Je vous pris de partager mon témoignage afin que la vérité soit connue par les congolais .
    Votre compatriote, sergent dans la police congolaise. »

    SASSOU SENT LA FIN ET ACCÉLÈRE LES ASSASSINATS DES TÉMOINS DE SES CRIMES MULTIFORMES: CHASSONS-LE.https://www.youtube.com/watch?v=XCWnlIsrrx4

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.