Congo: des cas de choléra dans les campements des sinistrés des explosions

BRAZZAVILLE – Des cas de choléra sont apparus à Brazzaville dans des sites où vivent plusieurs milliers de sinistrés après les explosions de début mars dans la capitale du Congo, a-t-on appris mercredi auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

La situation dans les sites d’hébergement provisoire des sinistrés sans-abri a évolué défavorablement et nous faisons actuellement face à une dizaine de cas de choléra, qui touche deux sites, a indiqué à l’AFP le Dr Youssouf Gamatié, représentant de l’OMS au Congo.

Les deux lieux affectés sont la cathédrale Sacré coeur, proche du centre-ville, et le marché couvert Nkombo, au nord, qui accueillent respectivement environ 6.000 et 5.000 personnes, sur les 14.000 au total hébergées dans une dizaine de sites.

Des quartiers populaires sont également touchés. Ce sont les conditions déplorables d’hygiène, l’insuffisance de l’assainissement qui font le lit du choléra. On a eu aussi de fortes pluies qui sont un facteur déterminant, a expliqué M. Gamatié.

On est en train de brûler certains de nos matelas parce que le choléra sévit désormais ici. On craint de perdre les enfants. La maladie tue vite, a déclaré à l’AFP Trésor Ngolo, 30 ans, rencontré sur le site de la cathédrale.

Nos conditions de vie sont très défavorables : il y a trop de poubelles autour de nous et les latrines sont très sales, a déploré Patrice Obambi, 43 ans, un autre sinistré.

Des explosions le 4 mars dans un dépôt de munitions d’un régiment de blindés au quartier Mpila (est de la capitale), ont fait officiellement 223 morts et détruit des milliers d’habitations.

(©AFP / 28 mars 2012 18h44)

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.