CONGO : PROSPER NKONTA MOKONO A CÔTE DE L’ETAT MAJOR

Il suffit de dresser une typologie des personnalités qui ont été cooptées dans certains cabinets ministériels à l’instar de celui de la défense, de l’Economie et des Finances, de l’Intérieur ou qui ont été chargées de diriger l’Etat-major général des forces armées congolaises (FAC) pour comprendre que l’adage fonctionne : « Dis-moi ton patronyme et je te dirai si tu peux être nommé chef d’Etat-major général  » ou « Dis-moi comment tu t’appelles, je te dirai qui tu « hais »  » A ce jour personne ne peut plus douter que Sassou hait les noms à consonnes (entendez Kongo/lari).

Nkonta ne compte pas

Comme les vaches, impavides, regardent passer les trains, les officiers non originaires de la partie septentrionale constatent avec impuissance le poste de chef d’Etat-major leur filer entre les doigts. Le dernier à être victime de l’ostracisme éthno-tribalo-régionaliste de Sassou est le général Prosper Nkonta Mokono. Il n’est pas à sa première brimade en dépit de sa triste illustration lors des événements d’Ikonongo où l’officier fît le sale boulot. Ce général est passé maitre dans l’art d’avaler les couleuvres. Motando, Ndolou, Mondjo et aujourd’hui Okoï lui sont passés sur le nez.

Le 4 mars

Chef d’Etat-Major Général Adjoint (poste taillé sur mesure et naguère occupé par Tsika Kabala), Prosper Nkonta Mokono a été nommé inspecteur général des FAC et de la Gendarmerie en lieu et place de Norbert Dabira redoutable affairiste appelé à d’autres fonctions. Juste le temps pour Prosper Nkonta de visiter quelques casernes insalubres avant de faire valoir ses droits à la retraite. L’ennui et l’oisiveté sont garantis. Norbert Dabira en a bien profité pour fructifier ses affaires. Les causes du drame du 4 Mars 2012 sont peut-être à rechercher de ce côté-là aussi.

L’axe Oyo-Olombo-Boundji

Le poste de CEMG, laissé vacant par Richard Mondjo rentré au gouvernement occuper le portefeuille de ministre délégué à la défense, reviendrait de droit à son adjoint. Logiquement, Sassou Ngguesso aurait dû nommer Prosper Nkonta Mokono pour succéder à Richard Mondjo. C’est mal connaître Sassou Nguesso guidé par des instincts grégaires ethniques. C’est évidemment dans l’axe « Oyo-Olombo-Boundji  », le vivier naturel de la Cuvette, que le CEMG a été puisé. Le général Blanchard Guy OkoÏ a donc ainsi coupé des croupières à Prosper Nkonta Mokono. Pour mieux damer le pion à Prosper Nkonta, Blanchard Guy Okoï a été élevé exceptionnellement au grade de général de division avant d’être promu chef d’Etat majour général. Elle est révolue cette époque où Massamba-Débat nommait un ressortissant de Ouesso, Ebadepe, au titre de Chef d’Etat-major, en remplacement d’un ressortissant du sud, Mounsaka !

Etre né quelque part

Le tort de Prosper Nkonta Mokono est d’être natif de Mbanza Mpoudi dans la région du Pool dont le premier et dernier chef d’Etat-major issu de ce coin de la République fut David Mounsaka.

La chanson « Etre né quelque part » de Maxime Leforestier devrait tourner en boucle au Congo-Brazzaville de Sassou Nguesso et faire œuvre d’instruction politique. Car être né quelque part c’est être privé de part de gâteau lorsqu’on n’est pas bien né.

Benjamin Bilombo Bitadys

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à CONGO : PROSPER NKONTA MOKONO A CÔTE DE L’ETAT MAJOR

  1. Lyd dit :

    Ah …….. vous, toujours pareil, toujours les même refrains.
    Pourquoi faut-il toujours que vous voyez partout des complots ourdi contre vous???
    Pourquoi toutes vos analyses sont-elles toujours accentuées sur ce point de kongo lari?
    Franchement on ne peut pas dire que vous vous ferez avancer ce pays.
    Vous commencez sérieusement à me faire peur.
    Vos propos, vos reflexions et vos analyses montrent vraiment le grand malaise qui vous habite, la haine et la colère.
    Je me dis finalement c’est certainement Dieu qui protège ce qui reste du Congo (Sassou ayant déjà détruit une bonne partie) de vous. A cette allure, je ne crois pas que Dieu donnera encore le pouvoir aux kongos. Tant que vous ne changerez pas de disques, tant que vous ne vous repentirez pas, je doute fort que Dieu vous redonne ce pouvoir car Dieu est un Dieu d’amour.
    Un bakongo n’est pas passé CEMG, c’est un drame chez vous. Vous faites des analyses entières basé seulement sur cet aspect alors qu’il y a pleins de choses à redire sur la nomination d’Okoi. Mais vous ne pouvez pas le voir tellement aveuglé par votre tribalisme tout cru.
    Vous ne voyez pas que Mvouba est un kongo? Que Adelaïde est une kongo? que Kolelas est un lari? Et que dire de Hellot Mampouya, et j’en passe.
    Les bakongos sont nombreux autour de Sassou et sur ça vous n’avez rien à redire, mais un kongo comme Nkonta n’est pas passé CEMG, vous en faites toute une histoire.
    Pfffffffffffff, vous êtes pathétiques. Ne vous attendez pas à ce que Dieu vous élève comme ça. Changez vos coeurs, vos mentalités, amendez vous, repentez vous et peut être Dieu se souviendra de vous. Parce qu’avec vos coeurs là, une fois revenu aux affaires, le Congo connaitra ce que l’Allemagne a connu sous Hitler.
    Le pauvre président Youlou n’a t-il pas déclaré en lari
    « Jusqu’à présent, je n’arrive pas à comprendre ce que cherchent les laris. Qui a fait perdre Matsoua André ? C’est nous mêmes, nous l’avions propulsé dans la réussite politique et nous l’avons par la suite laissé tombé.
    C’est vous qui m’avez choisi, j’ai combattu, travaillé. Voila que les autres tribus trouvent à redire. Que cherchent donc les laris en voulant détruire ce qu’ils ont eux-mêmes façonné.
    Sachez que le pouvoir est en train de nous glisser entre les mains. Réalisez-vous même que les actes que vous venez de poser sont attristants. Qui sont ces citoyens qui aiment leur chef et lui font la guerre ?
    Détrompez-vous, ceux qui vous manipulent ne combattent pas pour vous, mais pour leur argent. Ils ne voient pas le travail que j’ai réalisé non !
    Si vous voulez me comprendre, reprenez votre calme, je trouverai une solution appropriée à la situation. Voila ce que j’avais à déclarer ce soir. »
    S’il vous plait changez!

  2. Etumba dit :

    Chef d’Etat-Major Général Adjoint, Prosper Nkonta Mokono est un voleur, le lieu ou ce dernier à construit sa maison est la propriété d’une digne femme, dont il a menacé et fait bloquer le dossier auprès du tribunal, pour que cette dernière ne puis récupérer son bien…Et quant aux brimades dont il est victime, et faut être fou pour penser un instant sassou donné les clefs de sa chute au mains d’un ressortissant du pool.
    Le sassouîsme est un système mafieux, dont le but depuis le départ en 1963 était la conquête du pouvoir mbôchi, par tous les moyens connu et à imaginer.
    -Le fameux soulèvement des syndicalistes de 1963
    -Les assassinats de 1965, fût exécuter par Aboya
    -Le fameux Coup d’état de Ngouabi en 1966
    -Le coup d’état de 1968( Lors du coup d’état le camarade Marien Ngouabi est en prison
    -La prise de pouvoir par Marien Ngouabi en 1969
    -L’assassinat du capitaine Kigangaà à Mpila, après il sera jeter comme un chien à la radio Congo en 1970, avec la complicité de Kolelas et le commerçant Matsima
    -L’assassinat crapuleux de Diawara et Ikoko en 1972, après avoir été échanger avec le réfugier politique Moulélé de la rdc
    – L’assassinats du camarade Marien Ngouabi, Massamba débat, du cardinal Emile Biyenda et de près de 360 personnes périr dans cette affaires gratuitement enterré dans des fosses communes à la tsiémé.
    Ikonongo ou Prosper Nkonta Mokono, brilla par le massacrez des population du village d’Ikonongo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.