Congo-B: Meeting des fossoyeurs de l’économie et construction d’une planque de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale à OYO.

pierre ngolo_

Pierre Ngolo

Démonstration de la mollesse des partis proches de Sassou Nguesso à Brazzaville

Les partis du pouvoir  ont organisé ce samedi 16 mars à Brazzaville  un meeting qui n’a pas fait foule, malgré des gros moyens logistiques et financiers. Les partisans de Sassou Nguesso et plusieurs désœuvrés de la capital , rémunérés pour la circonstance de 5000 FCFA, et empiffrés d’alcool, ont rejeté la demande formulée la semaine dernière au même endroit par un collectif des partis d’opposition.Ces partis avaient réclamé des états généraux avant les élections locales de l’été prochain. Hier, les partis du pouvoir ont répondu par un « non » catégorique, proposant plutôt une simple concertation dans les prochains jours.

Le boulevard Alfred-Raoul à Brazzaville, fermé pour la circonstance à la circulation,où s’est tenue le meeting n’a pas affiché complet non plus, à l’image du collectif des partis d’opposition.

Les congolais qui ne répondent plus à ce type d’appel à manifester, témoignent là, l’exaspération de voir des politichiens soucieux d’abord de leurs intérêts personnels et non ceux du peuple.

Les femmes de la pseudo  majorité présidentielle illégitime, par la voix d’Eveline Tchitchelle, ont dit catégoriquement « non » aux états généraux réclamés par l’opposition : « Non,insiste-t-elle, le Congo ne peut pas indéfiniment se payer le luxe d’organiser de grandes messes dont certains acteurs dénoncent ou bafouent les conclusions chaque fois que leurs intérêts personnels et mesquins sont menacés ».

Pour Pierre Ngolo, président du Rassemblement de la majorité présidentielle par intérim, la frange de l’opposition qui tient aux états généraux n’est pas représentative. Il l’a invitée à une concertation à Dolisie (département du Niari), dans les tous prochains jours. Il a défini la nature de cette concertation, à savoir « définir les dysfonctionnements consécutifs au consensus des votes et prendre l’option responsable dans le consensus de corriger ».

Les badauds et autres militants de Sassou Nguesso, ont aussi demandé que ce dernier brigue un 3e mandat et modifie sa propre constitution.

L’opposition et le pouvoir restent donc divisés sur le contenu du dialogue avant les élections locales de l’été 2013.

Diffusé et rédigé le 17 mars 2013,  par www.congo-liberty.com

Une agence de la BEAC à Oyo  » village natal de Sassou Nguesso »

agence oyoLe dictateur Denis Sassou N’Guesso, a procédé le 15 mars 2013 à la pose de la pierre de construction du siège d’une agence de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) à Oyo son village natal, un ancien village de pécheurs dans le département de la Cuvette

Pendant que le village de Sassou Nguesso est devenu le centre du Congo-B, au détriment du reste du pays, comme l’était Gbadolité, village natal de feu Mobutu séseko du Zaïre, localité disparue depuis dans la forêt équatoriale , il y est prévu les constructions ci dessous:

Une partie d’infrastructures d’appui à la création de la zone économique spéciale Oyo-Ollombo est déjà mise sur pied, notamment l’aéroport international d’Ollombo, l’hôtel Alima Palace (5 étoiles), les activités agropastorales, quelques banques et établissements de micro finance, un hôpital de référence (en construction), les usines de fabrication d’eau minérale et d’autres produits. D’autres le seront dans les prochaines années, le cas des usines de fabrication des panneaux solaires et des produits pharmaceutiques, d’une brasserie et d’autres entreprises.

le gouverneur de la BEAC, l’Equato-guinéen Lucas Abaga Nchama,a quand même averti et souligné à Jean Jacques Bouya « neveu de sassou nguesso et spécialiste des marchés truqués et de la surfacturation ce qui suit:

«On doit réaliser le projet selon les règles de l’art. A la banque centrale, il y a un code des marchés, on va donc lancer un appel d’offres à l’issue duquel on connaîtra le coût du projet. Il ne s’agit pas d’aller négocier le coût en cachette. Voilà pourquoi, on ne peut rien avancer maintenant. L’édifice sera construit dans les meilleurs délais parce que le code voudrait qu’on engage un certain nombre de procédures et qu’on laisse les entreprises soumissionnaires un peu de temps», a-t-il dit.

Mais Lucas Abaga Nchama, lui-même  parent du dictateur Obiang Nguema est-il sincère et  sera t-il écouté ? wait and see

A quoi servira une telle infrastructure dans un ancien village de pécheurs, où le clan au pouvoir thésaurise l’argent qu’il vole à leur domicile et dans les cimetières ?

Diffusé et rédigé le 17 mars 2013,  par www.congo-liberty.com

Congo-Brazzaville: l’opposition sceptique sur l’offre de dialogue national

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo, Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Congo-B: Meeting des fossoyeurs de l’économie et construction d’une planque de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale à OYO.

  1. G. Mascad dit :

    Sassou veut « SA » Banque à Oyo. Au lieu de planquer l’argent dans les vraies fausses tombes dans les cimetières d’Oyo, Edou, Tchambitcho, Boundji, etc., ne serait-il pas mieux d’installer une succursale de la BEAC, une vraie banque sous-régionale à OYO pour mieux « lessiver » (blanchir) l’argent volé, fruit du pillage national du Congo par les membres du Clan ? Soni te ! En effet, « ku fua soni, ku mona passi », disent les Mbochis (la honte ne tue pas) dixit Sassou Nguesso. Un aéroport à Ollombo pour les trafics d’armes de tous genres, une base de formation et d’entraînement militaire à Tchambitcho pour les milices Cobras et mercenaires étrangers, une banque à Oyo pour le blanchiment d’argent et son placement dans les paradis fiscaux. Tout cela à l’abri de tout regard indiscret. L’Etat de la République du Nord-Congo est en voie de construction. Que personne ne dise demain qu’il ne savait pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.