JEAN PAUL PIGASSE LE PROPAGANDISTE IMPORTÉ, LA TERREUR ET LES ETATS-GENERAUX. Par Rigobert Ossebi

JEAN PAUL PIGASSEIl est arrivé à chacun de nous de longer une parcelle, une propriété,  derrière les grilles de laquelle un chien aboie systématiquement à notre passage. Il faudrait être insensé pour y répondre de quelque manière que ce soit.

Il en est de même des éditoriaux publiés à la « une » des Dépêches de Brazzaville signés d’un pseudo du même nom. Les titres se composent d’un mot ou deux qui relèvent souvent de la mise en garde et de l’intimidation.

Ce rédacteur joue le même rôle que l’animal derrière sa grille : la protection inconditionnelle du « Maître », de sa propriété et de son pouvoir !

L’article auquel il convient de réagir et de sortir d’une raisonnable indifférence est celui du 19 juin dernier. Intitulé « Attention », l’avertissement utilise le ton pédagogique d’un professeur d’histoire. Mais le valet du pouvoir qu’il défend, en prétendant nous faire la leçon et en nous promettant une autre apocalypse, connait mal le pays qui l’accueille actuellement et les évènements qui avaient précédé sa venue, sur notre territoire en 1997, dans les bagages sanguinolents du Général putchiste- chef de guerre civile.

L’auteur, pour nous prévenir de la tenue d’états-généraux, nous cite la Terreur qui s’était instaurée après leur déroulement en France en 1788 et 1789. Il ne manque pas alors, dans un raccourci qui lui est propre, d’incriminer la Conférence Nationale Souveraine dans le « chaos … de 1993, 1997, 1998 ».

Si c’est Monsieur Jean Paul Pigasse qui se cache derrière le pseudo « Les Dépêches de Brazzaville », il est peut-être incollable sur l’histoire de France mais sur celle, contemporaine, du Congo c’est un zéro pointé qu’il mérite pour l’avoir trop regardée au travers du prisme déformant de ses intérêts personnels et de ceux du dictateur sanguinaire et kleptocrate dont il est l’encenseur.

Pas une balle ne fut tirée durant la période qui précéda la tenue de la Conférence Nationale Souveraine, ni pendant, ni après. Pas une tête ne fut tranchée alors, ni après sous le Gouvernement d’Union Nationale et de Transition qui l’avait suivie. Seul l’ego de son employeur actuel fut sacrifié.  A longueur de séances, ses victimes ou leurs parents, congolais du Sud comme du Nord, ne cessèrent de le malmener et de délivrer des vérités infamantes. Les élections qui s’étaient déroulées, au terme du mandat d’André Milongo, ont été les seules véritablement tansparentes et honnêtes que le Congo n’ait jamais connues. Ce qui explique le score ridicule, une fois encore pour son ego surdimensionné, que Denis Sassou N’Guesso obtint alors.

Mais pourquoi donc, l’animal derrière ses grilles aboie-t-il si fort et montre-t-il tous ses crocs ? Parce que, observateur averti comme il aime à se qualifier lui-même, il se rend bien compte que plus rien ne tient dans la République dont il a la charge de vanter les mérites. Peut-être lui a-t-on déjà soufflé qu’en 1991, le pouvoir incompétent, prétenduement marxiste, de Sassou N’Guesso, l’illusioniste d’Edou (« Tout pour le Peuple, rien que pour le Peuple ! »), s’était éffondré sur lui-même, abandonné par tous. Les promesses socialistes, sans cesse répétées, avaient été trahies par des pseudo-amis du Peuple, des bonimenteurs de la pire espèce qui récitaient des discours appris à Moscou ou à Pékin dans le but unique de maintenir un pouvoir totalitaire. Tous ces barons qui se prétendaient « hommes forts » , comme des petits enfants, ne s’éloignaient jamais  trop de la robe de Monseigneur Kombo et de sa protection, des fois qu’un Robespierre aurait surgi au Palais des Congrès.

C’était la première faillite de Denis Sassou N’Guesso, et de son petit groupe de complices, qui auraient dû disparaitre définitivement de la scène politique congolaise.

Revenus au pouvoir en 1997 par la Terreur qu’ils ont alors eux-mêmes imposée, le Général putchiste s’est débarrassé peu à peu de ses lieutenants et compagnons de crimes contre l’humanité pour faire toute la place à son abondante progéniture.

Aujourd’hui, c’est un second constat de faillite qu’il sera bientôt possible de dresser. A part la vague promesse de « l’émergence », le vol, les détournements massifs s’amplifient. L’échec est partout. Les réalisations anarchiques sont construites à crédit pendant que sa famille nombreuse de vautours  s’accapare au comptant toutes les richesses du pays. Des grèves se déclenchent, d’autres s’annoncent.

L’œil averti et inquiet du propagantiste importé regarde avec effroi les fissures de l’édifice devenir lézardes et s’agrandir en ouvertures béantes. Il a raison de craindre que cette accumulation volée, d’or jaune, d’or vert et d’or noir, mêlée de sang ne s’effondre à tout instant sur lui.

Il serait sage, qu’avec l’expérience de l’âge, il prenne exemple  sur Isidore Mvouba qui s’est fait porter pâle à Paris depuis un bon mois pour enfin dormir tranquille (ou presque) ; ou comme ces nombreux Brazzavillois qui déménagent à Pointe Noire discrètement…. Certes, il lui sera difficile de faire défection aussi, d’abandonner un empire construit sur des mensonges répétés  ; la chute, souvent brutale, est le propre des pouvoirs tyranniques.

En choisissant pour titre « Attention » l’Editorialiste avait repris l’éternel refrain de la « menace » qu’il convient d’utiliser pour soutenir une dictature. Il ne lui sera pas emprunté et retourné pour cette conclusion. Déjà, le 4 mars 2012 son champion s’était retrouvé seul dans son palais présidentiel, abandonné de tous à la première explosion. Nul besoin de faire rouler des ossements d’ancêtres ou ceux récupérés de Savorgnan de Brazza, avec ou sans la tenue d’états-généraux, la chute prochaine s’est inscrite dans les augures. Jean Dominique Okemba ne saurait l’infirmer….

Vous en doutez ? Le champagne millésimé coulait à flots lors du fastueux anniversaire de Saint Tropez aux Caves du Roy. A toutes les tables des courtisans revenaient sur le même sujet, la même conviction : « Ce pouvoir est en train de tomber, profitons-en pendant qu’il est encore temps ! »

 

Par Romuald Rigobert OSSEBI

Diffusé le 27 juin 2013, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à JEAN PAUL PIGASSE LE PROPAGANDISTE IMPORTÉ, LA TERREUR ET LES ETATS-GENERAUX. Par Rigobert Ossebi

  1. le fils du pays dit :

    Mon cher compatriote et patriote une fois de plus merci pour cet excellent texte qui decrit de facon claire et objective la situation du Congo ainsi le comportement de tous ces mercenaires importes par Mr Sassou pour servir son pouvoir.Les bec jaunes au service de leur maitre a penser et a manger ne tarderont pas a vociferer tout en niant la verite.

  2. G. MASCAD dit :

    Sassou croit que PIGASSE est à son service, malheureusement il ne sait pas que c’est lui qui est au service de PIGASSE. Ce mercenaire criminel, placé-là par ceux qui ont re-installé Sassou à la tête de notre pays, est l’oeil et l’oreille des C.A.C. (Cupidité-Avidité-Concussion) de la France droitière coloniale et esclavagiste (françafrique). Souvenez-vous que le nom de JEAN-PAUL PIGASSE figure dans toutes les « OPERATIONS » d’extermination et d’épuration ethnique entreprises depuis 1997 à ce jour, à savoir : « Colombe I et II, « Hadès », « Hérode », « Mouebara », etc. Pourquoi croyez-vous que même les « Pitbull » comme Ntsourou ou Okombi Salissa qui, hier, ont terrorisé les région Sud du Congo, massacré hommes, femmes et enfants dans le Sud du pays, ne sont plus en odeur de sainteté auprès du président de la République du MABOBA (Mange-Boire-Bais…-Assassiner) ? Le jour où SASSOU déviera du programme qui lui a été imposé par ses « Maîtres », c’est PIGASSE en personne qui se chargera de lui… PIGASSE EST L’INSPECTEUR, LE CONTROLEUR DES PROGRAMMES DICTES PAR LA DROITE FRANCAISE, PROPRIETAIRE DU POUVOIR PAR PROCURATION OFFERT A SASSOU NGUESSO.

  3. le fils du pays dit :

    Mon cher compatriote et patriote G.MASCAD bien vu et j’ajouterais que dans les annees 60 quand les imperialistes francais cherchaient qui pouvait entre leur valet (marionnette),Mr Sassou s’est porte quasiment volontaire pour accomplir cette tache.Il faut se poser la question de savoir pourquoi lui et ses amis avec l’aide de la meme france ont tue le president Massamba Debat et le president parce que c’etaient les deux qui avaient compris le danger.Marien bie sur s’est rendu compte un peu tard mais quand il a voulu changer la donne ses copains aux service des colons l’ont tue.Heureulement au Congo tout le monde n’est pas bec jaune comme certains qui vociferer sur la toile sans discernement.Voila pourquoi je preconise vivement la venue d’un Jerry Rawlings Congolais pour faire le menage et ne pas laisser echapper aucun mercenaire comme francois soudan et jean pigasse pour ne citer que ceux la.

  4. Bec jaune dit :

    Comme fils du soit disant pays, sais qu’ils vient d’écrire n’importe quoi, tous de suite il souhaite que j apportes la lumière, t’inquiète pas je reviendrai tout a l heure pour t éclairer.

  5. Lousolo dit :

    Merci Romuald Rigobert OSSEBI pour votre créativité. Ce qu’on retient de cet article est que les ennemis préféré de DSN essais de garantir une crédibilité qu’ils ont déjà perdu. Il n y a pas longtemps on nous avait laissé lire sur cette espace que DSN souhaite changer la constitution pour ce maintenir au pouvoir en 2016. Mais aujourd’hui c’est autres choses, « il a compris qu’il va quitter le pouvoir voila pourquoi il souhaite en profiter au maximum ». Svp apporter nous des frais sujet d’échange pour faire avancer les choses au lieu de continuer dans des futilités.

  6. le fils du pays dit :

    Mon cher bec jaune vous avez tendance d’oublier que le Congo est un petit pays avec une petite population.Theoriquement tous les Congolais se connaissent c’est a dire ton ami c’est mon ami.Ce que vous croyez etre un secret c’est connu par tout le monde.Bon je comprends votre fanatisme aveugle de vouloir a tout prix defendre ce qui n’est pas defendable.Pouvez vous me dire que font les sieurs jean Pigasse et francois soudan dont on a donne respectivement les femmes congolaises du coin?.Ne continuez pas a prendre les Congolais pour les dupes.

  7. KIMA dit :

    Jean-Paul Pigasse, directeur de la publication du journal Les Dépêches de Brazzaville, avait été condamné pour diffamation publique envers William Bourdon le 14 Juin 2012 par la 17ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de PARIS à 1.000 € d’amende, avec sursis, et en réparation des préjudices subis, à payer à William Bourdon les sommes de 3.000 € à titre de dommages-intérêts et 2.500 € en application de l’article 475-1 du Code de Procédure Pénale ; en outre la mise en ligne sur la page d’accueil du site du journal Les Dépêches de Brazzaville d’un communiqué rappelant que cette condamnation avait été ordonnée.

    Monsieur Jean-Paul Pigasse avait alors interjeté appel de cette décision.

    Le 16 Mai 2013, la Cour d’Appel de Paris a finalement confirmé la décision de la 17ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris datée du 14 Juin 2012, et l’a donc condamné à publier sur la page d’accueil du site du journal Les Dépêches de Brazzaville le communiqué ci-dessous, ainsi qu’à payer la somme de 2000 euros à William Bourdon au titre des frais exposés devant la cour.

  8. TSAMBI TSO dit :

    autant d’énergie sacrifier pour inventé des histoires à dormir de bout. M. Romuald Rigobert OSSEBI Je ne sais pas comment vous faites!!!! A votre place je me lancerai sans hésiter dans les BD de science fiction, et bien d’autres, car vous avez plutôt de l’imagination à revendre.
    l’histoire de ce pays pour ceux qui là connaisse vraiment et particulièrement celle du parcourt du Président DSN qui de tout temps a su faire passer la volonté du peuple au premier plan ce qui n’est pas un signe distinctif des dictateurs mais plutôt des démocrates.
    vous ignorer aujourd’hui que c’est par sa volonté que le multipartisme a été instaurés dans notre pays, que si Sassou ne voulait rien savoir de la conférence nationale souveraine à l’époque, elle n’aurait eu lieu, Et que rien ne l’empêchait de perturber les élections de 92 si réellement son but était de s’éterniser au pouvoir. ces quelques exemples en passant pour vous signifier que l’homme n’est que par ce que le peuple a encore besoin de lui.
    Et à la proche de 2016 le peuple lui demande de se repositionner, je souhaiterai qu’il fasse la volonté du peuple souverain.

  9. Monsieur TSAMBI TSO, tout comme vous tordez le coup à la langue de Molière, de la même façon vous tordez le cou à l’histoire du Congo que vous « comestisez » dans votre sauce nauséabonde. Déjà, repartez à l’école pour vous exercer à la dictée et de plus, un peu d’honnêteté ne peut faire mal…Sassou n’avait ni la force encore moins les moyens pour arrêter quoi que ce soit.
    Sur le plan intérieur, les fonctionnaires cumulaient déjà 13 mois de salaires impayés et l’armée n’était pas mieux nantie. Le Syndicat avait décrété une grève générale illimitée. Sur le plan international, comme si le chaos intérieur ne suffisait pas, le mur de Berlin tombait et le discours de la Baule venait casser la boutique, Sassou était alors seul et abandonné par tous.Un seul petit toussotement de sa part l’aurait conduit à la vindicte populaire certainement avec pour seule issue; le coup serré au bout d’une corde bien courte.
    Le mandat se termine en 2016, qu’il aille paisiblement passer sa retraite. Personne n’a encore besoin de lui, surtout pas le peuple du Congo Brazzaville. Ne faite pas croire à Sassou des histoires à la petite semelle genre Congo pays émergent en 2025…

  10. Bec Jaune dit :

    Mon cher fil du. …. Nous apportons des analyses sans prendre parti de qui que ce soit, vous êtes sans ignorée que ce Mr ossembi écrit les fruits de sa créativité comme il sait bien le faire, qu’elle sont ces sources? Il n’y a pas de secret au Congo ok je te l’accorde, donc il p être a mesure de nous donner des vraies informations au lieu de continuer a utiliser la méthode du tâtonnement. Le Congolais n’est pas idiot comme t a su le dire, voilà pour quoi il ne se laisse plus distraire par ce genre de discours

  11. J. NIGEL dit :

    Un vautour aimant la charogne et une racaille de Sassou!
    Ces types de bonhommes qui manquent d’assise morale et se mettent volontiers au service de tout bandit dépitent les humanistes Congolais.

    Cher Monsieur, le peuple en colère vous poursuivra partout afin de vous apprendre à réfléchir en homme raisonnable.

    Car, un homme sage et lucide soutient le peuple souverain et non un raté en politique, de surcroît adepte de l’abus de pouvoir!

    Allez au diable minable cireur de pompes!

  12. NATTA dit :

    Au webmaster,

    Prière de revoir l’orthographe de la phrase informative sur les étudiants congolais de Russie.

    Merci .

  13. le fils du pays dit :

    Messieurs les griots-bec jaunes sachez le que votre champion ne vaut pas un clou.Je vous mets dans le meme panier que votre maitre a penser et a manger.Je vous le repete que les Congolais qui ecrivent des textes et ceux qui interviennent sur les sujets proposes a l’exception de vous ne plaisantent pas sur ce qu’ils disent.En resume,Mr Sassou en lui suel est tout le mal qui ronge le Congolais.Son entetement,sa criminite,son insouciance,son vol,son incompetence,sa mediocrite,son desordre,son incapcite,son bricolage,son manque et j’en passe l’emmene droit vers le mur.Le moment venu personne ne pourra le defendre car il est parti trop loin dans sa cupidite.Je vous le reitere que du sublime au ridicule il n’y a qu’un pas(dixit)

  14. TSAMBI TSO dit :

    J’affirmerai, même avec la dernière de mon énergie, que SASSOU est le meilleur des Présidents que le Congo est connu jusqu’ a ce jour, le peuple qui va à l’école, qui se soigne dans des nombreux hôpitaux et centre de santé qui se construisent ou se modernisent, qui travail dans des sociétés qui se créer de jour en jour, les fonctionnaires qui ne connaissent plus les arriérer de salaires, les retraités qui perçoivent de façons systématique leurs pontions, les étudiants qui en temps réel leurs bourses…
    Vous êtes entrain de nous prouvez les biens faits de Sassou en son peuple par votre acharnement à vouloir nous prouver le contraire.
    .

  15. le fils du pays dit :

    A tous les griots-bec jaunes sortis droit de la foret equatoriale pour votre gouverne l’homme qui aurait developpe le Congo sans passer par la transition d’emergent etait le president massamba Debat qui a etait assassine par la fripouille d’edou et ses amis.Avec tous ces petrocfa votre champion n’arrive pas un faire les choses basiques combien de fois l’emergence.Ce Monsieur veut s’eterniser au pouvoir en usant le mot emergence chose qu’il ne pourra au grand jamais faire parce que trop incompetent.Bon les illusionnistes continuez a y croire.L’emergence c’est un mythe,une grande illusion que seuls vous les idoits qui pouvez le repeter a longueur de journee sur la toile.allez vous faire pendre,vous n’etes qu’un tas de vauriens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.