HELLOT MAMPOUYA, LE SOUS-MARIN DU DICTATEUR SASSOU NGUESSO. Par Olivier Mouebara

MAMPOUYALe Congo ne cesse d’être trahi et enseveli par ses propres fils. Faute de convictions politiques profondes, Hellot Mampouya s’invite à la table du dictateur Sassou-Nguesso pour y ramasser des miettes.

Opposant farouche au dictateur Sassou-Nguesso lors de sa traversée du désert à Rennes, Hellot Mampouya a décodé le fonctionnement de la pseudo opposition congolaise. Ne pouvant faire de la politique affamé et lutter sans argent, Hellot Mampouya qui a longtemps côtoyé la famille Kolélas qu’il fourvoie à présent, a bien retenu la leçon.

Opposant jadis déterminé, Hellot Mampouya n’hésitait pas de dresser un réquisitoire cinglant sur les crimes de Sassou-Nguesso au Congo-Brazzaville. Hellot Mampouya dressait en 1998, sur l’un des 1ers site qui luttait contre la dictature sur le web  » congo-Transparence.com » il y a quelques années avant son allégeance, les crimes odieux commis par Sassou-Nguesso de 1977 à 1998 en ces termes: « A tous les souteneurs de Sassou-Nguesso et tous ceux qui doutent encore… Massacres-Assassinats et Exécutions politiques ».

Personne ne doute des turpitudes, des crimes, des enlèvements, des massacres et des crimes commis et ordonnés par Sassou-Nguesso.

Personne ne doute également de l’allégeance de Hellot Mampouya qui rythme la chronique politique congolaise.

Pourquoi se priver, alors que feu Bernard Kolélas avait baissé pavillon avant son retour au bercail, en acceptant du dictateur Sassou-Nguesso, logement et épouse de substitution choisis par ce sanguinaire-tortionnaire.

La création par Hellot Mampouya de son nouveau parti La Dynamique est orchestrée, téléguidée et financée par Sassou-Nguesso, dans le but d’affaiblir et de vider de sa substance le MCDDI.

La faiblesse de ce parti d’amateurs a été mise en lumière lors de son lancement au printemps dernier dans un hôtel de la place d’Italie. Improvisation, impréparation, inconséquence et légèreté, marquèrent cette réunion, aussi bien sur la forme que sur le fond.

Dans un discours prononcé le 18 mai 2013, Hellot Mampouya prétend ce qui suit s’agissant de son parti: « Nous sommes dynamiques parce que nous voulons demeurer les forces perpétuellement actives pour faire triompher le rêve congolais ».

De quel rêve congolais parle Hellot Mampouya?

Peut-être celui de se servir copieusement et de servir sa propre famille, au détriment du peuple congolais.

Transparent à la tête d’un ministère fantôme dont le budget est détourné, Sassou-Nguesso vient d’octroyer 25 milliards de FCFA pour payer les fonctionnaires centrafricains (La lettre du continent du 1er août), alors que le peuple congolais se paupérise davantage.

Hellot Mampouya qui n’a jamais travaillé de sa vie, vient d’accomplir en effet son rêve. Il dispose depuis peu, d’une résidence cossue au quartier Batignolles, et d’un palace digne d’un Emir Quatari dans la poussière de Kinkala. Il a offert des billets d’avions à des compatriotes vivant en France pour participer au congrès de son parti jusqu’au 05 août.

Où a-t-il trouvé cet argent ? Mangeant à tous les râteliers, proche de Claudia Lemboumba, la fille du dictateur, Hellot Mampouya s’apprête à faire campagne en faveur de la modification constitutionnelle souhaitée par Sassou-Nguesso. C’est le coup de grâce qu’il porte au MCDDI, et à tous ceux qui militent pour le départ du tyran.

Comme les autres traîtres, Hellot Mampouya a fait des anti-valeurs et de l’inconsistance qui gangrènent les consciences congolaises son mode opératoire.

Comme les autres qui ont servi Sassou-Nguesso, Hellot Mampouya paiera tôt ou tard sa trahison et/ou son allégeance. On ne gagne rien en vendant son âme au diable. Isidore Mvoumba se mord les doigts sur son lit d’hôpital parisien.

Le Congo est à construire de fond en comble. Si le départ du dictateur Sassou-Nguesso est un préalable pour la reconstruction du Congo, il n’en demeure pas moins vrai que la Mal congolais est très profond. Peut-on bâtir un Congo prospère avec des filles et des fils sans âme et sans ossature ?

Lors du forum Forbes Afrique qui s’est tenu le 23 juillet à Brazzaville, Jacob Zuma a insisté sur « l’importance de la démocratie et de l’Etat de droit », qualifiés de « déterminants » pour accompagner la croissance par l’investissement.

Hellot Mampouya a tort d’encourager la dictature dans son pays. Il se trompe en acceptant d’être le sous-marin du dictateur Sassou-Nguesso. Les rapports de force changeront forcément. C’est une histoire de temps.

 

Par Olivier Mouebara

Diffusé le 2 aout 2013, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à HELLOT MAMPOUYA, LE SOUS-MARIN DU DICTATEUR SASSOU NGUESSO. Par Olivier Mouebara

  1. HELLOT MAMPOUYA dit :

    Hellot Matson MAMPOUYA : Où sont Passés nos Valeurs et nos Convictions

    Massacres, Assassinats et Exécutions Sommaires au Congo Brazzaville

    Hellot Mampouya La Toussaint fait partie des principales fêtes du calendrier liturgique chrétien. C’est la fête de tous les saints, qu’ils figurent ou non dans le calendrier. Cette fête est aussi l’occasion de rappeler que tous les hommes sont appelés à la sainteté, par des chemins différents, parfois surprenants ou inattendus, mais tous accessibles.

    Le jour des morts (le 2 novembre), lui, est, dédié au souvenir des morts. C’est l’occasion de faire un tour au cimetière, pour fleurir les tombes de toutes celles et ceux que nous avons aimés.

    Un peuple qui n’est pas capable de respecter ses morts, n’a rien à demander à l’histoire. Occulter la dimension tragique de l’Histoire c’est se condamner à sortir de l’Histoire.

    On ne construit pas la Paix en renonçant ou en oubliant. On construit la Paix sur le courage, la fidélité aux valeurs, aux convictions et le sens de l’honneur.

    Où est l’honneur et la dignité d’un peuple qui n’honore pas la mémoire de ceux qui ont aimé si sincèrement et si profondément leur pays qu’ils ont risqué leur vie et payé pour lui.

    Nous publions ici la liste établie et publiée le 03 Avril 1998 par l’ex porte-parole du MCDDI monsieur Hellot Matson MAMPOUYA à l’intention des personnes qui soutenaient Denis SASSOU NGUESSO….

    Voici quelques cas connus (sur des milliers) qui illustrent le drame que vit le peuple congolais après le coup d’Etat de Monsieur Denis SASSOU NGUESSO, le 15 octobre 1997.

    Du 16 au 17 octobre 1997 :
    Les troupes étrangères, notamment l’armée angolaise, les mercenaires, les éléments tchadiens, les ex-Faz et les cobras ont massacré plus de cinq cents (500) civils, résidents et réfugiés des quartiers nord de Brazzaville à Bacongo, Makélékélé et environs, aménagés par le Député, Maire de Brazzaville, Monsieur Bernard KOLELAS, en zone humanitaire depuis le déclenchement de la guerre. Les corps des victimes étaient entassés au Centre sportif de Makélékélé et dans les cours de la morgue du Centre hospitalier de Makélékélé.
    16 octobre 1997 :

    – Le ministre Gabriel MATSIONA et deux (2) membres de sa famille sont assassinés par les milices cobras, les mercenaires et les troupes angolaises de SASSOU NGUESSO à son domicile situé à Massissia (zone sud). Les corps des victimes furent jetés dans un congélateur.

    – Monsieur BAZEBIZONZA, Professeur d’anglais au Collège de l’Amitié, en compagnie de son épouse, sa soeur et de son enfant sont abattus à bout portant dans sa voiture au niveau du Centre Sportif de Makélékélé.

    – Le jeune Marien, domicilié à Nzoko (Kinsoundi, zone sud) est froidement abattu par les cobras qui l’ont achevé au carrefour de Mbouono (Madibou, zone sud) devant la population.

    Octobre 1997 :

    – Monsieur MALANDA DIA MAYEMBO

    – Monsieur MOUINI-LOUAGA

    – Monsieur MALERCO

    – Monsieur LOCKO-BOUKAKA Anicet sont abattus par les milices cobras, mercenaires et soldats angolais de SASSOU NGUESSO à Matoumbou (localité située sur le chemin de fer CFCO), dans la région du Pool.

    Novembre 1997 :

    – Monsieur MISSIDIMBAZI Paul et son fils Cyprien sont abattus à leur domicile par les milices cobras et les troupes de l’armée angolaise au service de SASSOU NGUESSO avant de piller leur domicile.

    – Monsieur NTSONGA, domicilié au quartier Château d’Eau (zone sud – arrondissement 1)

    – Monsieur MAYELE

    – Monsieur MATSAMBA

    – Monsieur NGANGA Charles

    – Monsieur NGOMA Eric

    – Monsieur OUMBA Jonas sont tous sommairement abattus au passage des milices cobras et soldats angolais au quartier Château d’eau.

    – Monsieur LOUMBOUZI, chauffeur retraité des Services de Santé, domicilié rue Matiabou à Moukounzi-Ngouaka (zone sud, arrondissement 1) est froidement abattu au beach de « La Main-Bleue ».

    13 novembre 1997 :

    – Monsieur ILLO est fusillé au passage des troupes angolaises.

    16 novembre 1997 :

    – Monsieur NGUEMBO est abattu froidement par les milices cobras, les mercenaires et soldats angolais au camp de la Gendarmerie de Makélékélé (zone sud de Brazzaville).

    17 novembre 1997 :

    – Monsieur MALANDA, domicilié à Brazzaville, est assassiné par les milices cobras de SASSOU NGUESSO.

    – Monsieur MATABA Anicet, réfugié dans son village Louingui (région du Pool, District de Louingui) situé à plus de 150 km de Brazzaville (zone sud), est abattu par les troupes angolaises en compagnie des milices cobras.

    25 novembre 1997 :

    – Monsieur NGOUMA Joseph, exploitant forestier domicilié à Dolisie, est froidement abattu avec cinq (5) de ses enfants; tous enterrés dans sa parcelle située à côté du CEG Hochi-Minh, par un groupe de cobras et d’Angolais conduits par NGUESSO, neveu de Monsieur SASSOU NGUESSO.

    Novembre 1997 :

    Trois jeunes lycéens sont sommairement exécutés à Dolisie par les cobras, mercenaires et troupes angolaises. Il s’agit de :

    – MOUKOYI Albert (25 ans)

    – IBOUANGA Robert dit Roberto (23 ans)

    – MOUKOKO Parfait (27 ans)

    Décembre 1997 :
    Enlèvement de quatre (4) jeunes filles, violées et exécutées par les cobras, mercenaires et soldats angolais dans la banlieue de Madibou (Arrondissement 1 Makélékélé – zone sud). Il s’agit de Mesdemoiselles :

    – MILANDOU Odile

    – MABIALA Carole

    – PANGUI Rosette

    – SYLVIE NENETTE

    Décembre 1997 :

    – Mademoiselle KIBAMBA Agnès, 25 ans, élève au lycée Lénine, habitant rue du Caire à Dolisie, est violée et assassinée par dix (10) soldats angolais, près de la base militaire.

    Décembre 1997 :
    Enlèvement et exécutions sommaires par les milices cobras, mercenaires et soldats angolais de :

    – Monsieur KIBONGUI François, résidant à Pointe-Noire

    – Sergent TOUTI Joseph, résidant à Pointe-Noire

    – Sergent BOUDINGA Cyriac, Pointe-Noire

    – Monsieur MBOUNGOU Roland, résidant à Pointe-Noire

    – Monsieur DIANZINGA, demeurant à Makélékélé (Zone sud Brazzaville)

    – Monsieur MANTSIONA, demeurant au quartier Matouta (zone Brazzaville sud)

    – Monsieur MAMPIA, demeurant au quartier Matouta (zone Brazzaville sud)

    25 Décembre 1997 (jour de Noël) :

    Le Lieutenant Franck NGOUMA est enlevé, exécuté et enterré à la sauvette dans les alentours de la base aérienne Numéro 01/20 à Brazzaville (zone sud) où son corps fut retrouvé.
    2 Janvier 1998 :

    – Monsieur NGOUILOU Joseph

    – Monsieur NKODIA Alexis

    – Monsieur MASSAMBA Siméon, demeurant tous au quartier MATOUTA (Arrondissement 1 Makélékélé, zone Brazzaville sud) sont enlevés et froidement exécutés par les milices cobras, les mercenaires et soldats angolais au service de SASSOU NGUESSO.

    3 Janvier 1998 :

    – Monsieur MALEKA Richard, militaire, est enlevé et fusillé au Stade Marchand à Brazzaville par un groupe de cobras, mercenaires et angolais au service de SASSOU NGUESSO.

    27 janvier 1998 :

    – Le Colonel MALONDA Jean-Joseph, Directeur Général de la Police Judiciaire, est exécuté à GAMBOMA sur instruction du Colonel OMBELE, neveu de Monsieur Denis SASSOU NGUESSO.

    4 mars 1998 :

    – Monsieur BADINGA Rodrigue et sa femme MAKISSOU Berthe sont enlevés au quartier Fond Tié-Tié, à Pointe-Noire, par un groupe de cobras, mercenaires et soldats angolais au service de SASSOU NGUESSO et ses souteneurs. La femme a été violée et son époux a été porté disparu.

    – Monsieur YOULOU Patrice, alias « La Denga », père de sept (7) enfants, domicilié 65 rue Lounianga au quartier Météo à Brazzaville (zone sud) a été abattu sommairement par un cobra.

    11 mars 1998 :

    – Messieurs MOUTONDA Anatole et NKAYA-MAMPASSI, tous deux retraités, parti de Mouyondzi (Région du Niari-Bouenza- Lékoumou/Niboland) pour percevoir leur pension de retraite à Brazzaville sont retrouvés morts, assassinés, derrière le Lycée Technique de Brazzaville.

    Mars 1998 :

    – Le couple TAMBIKA Victor et Solange, avec plusieurs civils, sont froidement abattus par un bataillon de plus de deux cents (200) cobras, mercenaires et soldats angolais dans le village Matoumbou, région du Pool. Cette localité est située sur le chemin de fer CFCO, à 15 km de Kinkala, capitale régionale du Pool.

    18 mars 1998 :

    – Messieurs DIAWARA et NGOUNGA, demeurant à Massina (zone sud de Brazzaville), sont assassinés par un groupe de cobras, mercenaires et soldats angolais au service de SASSOU NGUESSO.

    ENLEVEMENTS, VIOLS
    Novembre 1997 :

    – Madame MOUKIMOU Célestine et ses trois (3) filles, Mesdemoiselles : IBINGA Anne, IBINGA Pierrette, IBINGA Fabienne, sont violées dans leur maison à Dolisie par les mercenaires et soldats angolais au service de SASSOU NGUESSO.

    – Quatre (4) filles, élèves du Collège (CEG) Central de Dolisie, revenant des cours, ont été violées par des soldats angolais, mercenaires et cobras au service de SASSOU NGUESSO.

    Il s’agit de :

    – Mademoiselle MOUKIETO Françoise

    – Mademoiselle KIAMA Léontine

    – MBEMBA Judicaëlle

    – MPASSI Alpha

    Mademoiselle MAVOUNGOU Julie, 22 ans, étudiante, est enlevée et violée par des cobras au quartier OCH de Pointe-Noire.
    30 décembre 1997 :
    Mesdemoiselles :

    – SAMBA Yvette

    – SAMBA Reine

    – SAMBA Patricia, trois soeurs habitant, toutes, la rue Berlioz à Brazzaville-Bacongo (zone sud) sont enlevées devant leurs parents, et violées par un groupe de cobras, mercenaires et soldats angolais au service de Monsieur SASSOU NGUESSO.

    17 janvier 1998 :

    – Madame OUMBA Suzanne, âgée de 50 ans, est violée par quatre (4) soldats angolais dans sa maison sise rue Jolly à Bacongo (Brazzaville sud).

    ARRESTATIONS – DETENTIONS ARBITRAIRES
    Novembre 1997 :

    Arrestation et détention de :

    – Ministre Jacques MOUANDA-MPASSI

    – MOUNGONO Albert, Directeur commercial de Hydro-Congo

    – KIBAMBA Pierre, Directeur Général des Douanes du Congo

    – NGONO Emmanuel, Directeur Général de la CCA (Caisse Congolaise d’Amortissement)

    Décembre 1997 :
    Arrestations arbitraires d’officiers supérieurs détenus dans une prison souterraine à l’Académie militaire de Djili, à 30 km de Brazzaville, sur la Nationale 2 (Route du Nord).
    Il s’agit de :

    – Général ETA-ONKA, Secrétaire Général à la Défense

    – Colonel EWOLO Oscar, Commandant du Génie

    – Colonel NKOUNKOU

    – ABA-GANDZION, ancien Préfet de la Région des Plateaux

    – MAKOUNZI-WOLO Nestor, membre du Conseil constitutionnel

    – DZOUMANGUELET Henri-Marcelin, Inspecteur Général d’Etat adjoint

    – MOUNANGA Patrick, PDG de Société

    – KOUASSI Georges, Commerçant

    Mars 1998 :
    Arrestations arbitraires à Pointe-Noire :

    – Colonel IGNE

    – Colonel NDZOTA

    – Colonel SABA

    – Capitaine Célestin NGANGOYE, Commissaire de Police de Pointe-Noire

    – Monsieur OKABE Saturnin, membre du Bureau politique du RDD, le parti de M. Jacques-Joachim YHOMBI-OPANGO.

    Ainsi donc, depuis l’installation du pouvoir putschiste de Monsieur SASSOU NGUESSO au Congo Brazzaville, de nombreux crimes, dont les exécutions sommaires, se poursuivent impunément.
    Précédemment, nous avons déjà rappelé à l’opinion et à la Communauté internationales que dans la deuxième quinzaine du mois de février 1998, les Eglises du Congo Brazzaville ont dénoncé, par la voix de l’Archevêque de Brazzaville, Monseigneur Barthélémy BATANTOU, les exécutions sommaires qui se poursuivent au Congo Brazzaville, plusieurs mois après la fin de la guerre publiquement annoncée.
    Le 9 mars 1998, l’Observatoire congolais des droits de l’homme, par la voix de son Président, Monsieur MOUNZEO Parfait, informait par une interview sur la BBC, l’opinion internationale sur les exécutions sommaires de deux (2) policiers fusillés publiquement par les cobras, mercenaires et soldats angolais, au service de SASSOU NGUESSO, au quartier Saint-Pierre à Pointe-Noire. L’un succomba sur le champ, l’autre fut transporté à l’hôpital Adolphe Cissé par les habitants du quartier. Il fut retiré (enlevé) de l’hôpital par les mêmes cobras, mercenaires et soldats angolais, au service de SASSOU NGUESSO, pour être achevé publiquement aux abords de l’hôpital.
    Bref, lorsque nous dénonçons la poursuite de la violence, des crimes au Congo Brazzaville, nous parlons bel et bien de la dramatique réalité quotidienne sur le terrain.

    Il sied de demander ce qu’attend le ministre Hellot Matson MAMPOUYA maintenant qu’il a du pouvoir et de l’argent pour que justice soit rendu à toutes celles et tous ceux qui avaient été lâchement massacrés pour qu’ils aient une stèle commémorative, pour que les familles soient dédommagées, pour qu’une enquête désigne un coupable même si celui-ci doit être amnistié ?

    Le ministre Hellot Matson MAMPOUYA mentait il à l époque ou bien le fait d’être ministre justifie que les morts n’aient plus d importance ? Tout cela c’était donc seulement pour devenir ministre et non pas pour l’amour des gens et la conviction de mener un combat juste ?

    On peut comprendre que la politique impose des compromis, des compromissions et même des retournements spectaculaires et inattendus mais la justice n’est elle pas universelle, impartiale, la même pour tous, allié ou pas ?

    J’invite le ministre Hellot Matson MAMPOUYA a participer à une émission télévisée pour qu’il dise au peuple congolais s’il mentait à l’époque et pour qu’il demande pardon à celui que son chef Guy Brice Parfait KOLELAS appelle par « papa » pendant les conseils de ministres, ou alors qu’il dise que lorsqu’on devient ministre on a plus de foi ni de loi ; on a plus de valeurs ni de convictions.

    Il s’agit d’honorer ceux qui sont tombés à tors ou à raison pour leur Congo Brazzaville. Il s’agit d’honorer aussi ceux que l’on n’a jamais honorés, ceux que l’on a oubliés, ceux auxquels l’on se contente de dire une fois merci au moment des funérailles ou au moment des messes de requiem mais dont on délaisse ensuite la mémoire parce que l’on préfère oublier les guerres dans lesquelles ils sont tombés sous le prétexte de consolider une paix hypothétique

    C’est l’honneur d’un grand peuple de respecter et d’honorer ceux qui sont morts pour le défendre. Nous le devons non seulement à leur mémoire, mais aussi à leur famille, à leurs frères et à ceux qui continuent à risquer leur vie pour servir la cause du Congo Brazzaville.

    Diffusé en 1998 sur le site congo-transparence.com
    , l’un des 1er site de la lutte contre la dictature de Sassou, mais n’existe plus à ce jour !

  2. J. NIGER dit :

    L’approche de ce jovial boukouteur est conforme aux recommandations de Machiavel. (Le Prince)

    -« Plus de pouvoir, moins de scrupules. -Apprendre à pouvoir ne pas être bon. – Faire peu cas de la parole donnée. – Ne pas craindre d’être taxé de cruauté. – Ne pas hésiter à choisir la voie du Mal (même Sassou) en cas de nécessité »

    Voyez-vous, pour les esprits superficiels comme le cas de notre ex opposant, la politique est faite pour servir un maître qui saura en retour, bien récompenser. Volontairement, le fidèle boukouteur se laisse gaiement dévorer la morale afin de mieux s’accroître. Comment un membre de cette clientèle d’épaves peut-il s’opposer au non tripatouillage de la constitution? Son statut en dépend !

    La richesse et l’orgueil sont préférés à la dignité, au kimuntu, cette volonté d’être maître de soi. Mais pour assainir le pays, ayons l’assurance que le peuple souverain n’aura point de difficultés à identifier les valets de Mpila.

  3. Mampouya Hellot cet homme sans parole ni dignité, est un opportuniste notoire qui n’hésite pas d ‘ avaler ses convictions pour l’argent du crime et dort sans état d’âme avec les ossements de nombreuse malheureuses victimes de la barbarie du régime putschiste. Mampouya Hellot pour attirer sur lui l’attention des usurpateurs du pouvoir, n’hesitait pas d’ égrener les noms de nos martyrs dans sa folle supercherie d’intégrer les rangs de boukouteurs et assassins. Ce pouvoir putschiste et mafieux étant au crépuscule de sa vie, rongé par la corruption et pourri par de nombreux scandales liés aux crimes économiques et de sang, va être charrié par les eaux de l’histoire et Mampouya Hellot avec…

  4. blaise nzonza dit :

    reponse au fantôme olivier MOUEBARA

    Je réagi a cet article pas pour défendre hellot MAMPOUYA mais pour juste faire remarquer que tous ceux qui réagissent le font a visage couvert avec des noms qui n’existent même pas .c’est de la pure lachété.vos noms n’existent nulle part sauf si c’est lui même le responsable de ce site qui le fait .en politique il faut assumer ce qu’on dit et non se cacher derrière des pseudos qui n’existent pas et venir cracher des balivernes.oui Hellot a crée un parti et qu’aurez vous fait a sa place si vous étiez radié d’un parti dans lequel vous êtes resté porte parole du parti pendant vingt ans.quant a sa soit disant allégeance a SASSOU ou étiez vous lorsque parfait KOLELAS était directeur de compagne adjoint de sassou nguesso lors des présidentielles de 2009.

  5. G. Mascad dit :

    L’article repris pae Patrick Eric Mampouya avait été publié dans le site de CONGO-TRANSPARENCE en 1998.

  6. M. Blaise Nzonza, l’honnêteté, la sincérité, la droiture, l’intégrité, la vertu en un mot, ces repères moraux se font désormais si rares que notre société va droit au mur. Comment pouvez vous venir sur un média à large spectre annoncer une chose et systématiquement faire son contraire ? Pathétique, hallucinant !!! Relisez vous, et vous vous decouvrirez dans la robe bien noire de cet avocat du diable que vous vous êtes constitué avec un rare zèle pour votre celebrissime client Mampouya…Par ailleurs, quel crédit apporter à un individu qui ment comme il respire pour rien du tout? Vous osez dire ici que M. MOUEBARA ainsi que les autres portent des noms fictifs et bien sûr sauf vous qu’on a bel et bien attrapé la main dans le sac…Comme quoi , au pays de la nouvelle DÉSESPÉRANCE, le ridicule ne tue pas.

  7. le fils du pays dit :

    Mes chers freres et compatriotes vous perdez un temps fou a vouloir interpeller la conscience de tous ces idiots.Ils sont tous inconscients et incorrigibles.L’unique solution c’est usage de la force brute par les vrais jeunes officiers afin de mettre cette caste diabolique hors etat de huire et rendre la dignite au peuple Congolais.Les vrais soldats doivent deposer Mr Sassou et tous ses amis en applicant la methode Jerry Rawlings.Le reste c’est le bla bla.Si ce que je preconise n’est pas pris au serieux et mis en application alors mes cheres vous pouvez attendre votre 2016 et au de la qui a mes yeux ce ne sont que les naifs qui peuvent resperer un changement a cette date.Le Congo est detruit par ces diables.

  8. Anonyme dit :

    Chers frères, autant vous avez raison de porter toutes ces critiques acerbes contre votre frère Hello Mampouya, autant sur fond d’analyses sérieuses et profondes, vous serez mieux jugés si vous parvenez à critiquer la gestion des partis politiques traditionnels dans notre pays. Pendant la traversée du désert; les cadres du PCT ont fait et joué le même jeu auprès des partis qui gravitaient autour de la mouvance présidentielle de l’époque. Si en clair, si SASSSOU n’a pas réussi à son coup d’Etat, aujourd’hui le PCT ne serait que élément d’histoire. Le MCDDI, pour se focaliser que là, est victime de sa gestion dynastique et familiale frustrante, car pourquoi diable un Hello qui a tant souffert peut se faire ridiculiser par des gens au prétexte d’être des enfants biologiques du vieux. La situation que je décris gangrène presque toutes les formations de chez nous. Tant que cette situation persistera nous vivrons une grande instabilité politique et assisterons impuissant à des dislocations sur fond de méfiance et de défiance. L’UPADS n’est pas loin et connaîtra d’ici peu cette situation. Critiquons la légèreté des cadres, mais de grâce examinons les raisons de cette attitude. Dans ce conflit au sein du MCDDI, le vrai gagnant reste le PCT et son mentor M DENIS SASSOU NGUESSO. Elle donne l’occasion au parti au pouvoir de détourner l’attention du peuple et de se diriger vers sa prochaine réélection par le tripatouillage des listes, l’intimidation, l’exacerbation des peurs, la tricherie.

  9. Lousolo dit :

    Fils du pays je ne sais pas de quel planète tu viens, je me demande même si t es Congolais, nom je te comprend t es le genre de personne qui ne réfléchisse pas trop, souvent lors des échanges étant a cours d’argument déclare la bagarre, bref les conséquence de ta stratégie sont entrait d’être vécu en moyen orient, tu prend les Congolais pour des idiots? Vous pensez que vous êtes le seul Congolais qui souhaite mieux vivre? Sauf que nous avons choisi les arguments qui nous ferons gagnés sans faire reculer le pays, sans bain de sang, nous avons choisis la paix donc DSN pour un Congo meilleur, car la machine est en marche nous allons vers l’émergence.

  10. Lousolo dit :

    Hellot MAMPOUYA est l’un de ces personnes qui sont arrivées dans le gouvernement par le truchement des accord entre le PCT et les partis de l’opposition. Je ne sais pas pour quoi vous acharnés sur lui? Est ce juste parce qu’il a décider de créer son parti que vous le traités de tous? C’est. Vraiment regrettable, vous voulez pas voir un Congolais prendre une décision qui va a l’encontre de la votre, et comme cela vous souhaitez que DSN quitte pour que vous prenez le pouvoir? Non arrêter de rêver.

  11. Anonyme dit :

    j’aimerais juste savoir au lieu de defendre Mr HELLOTM il faur relire ses ecrits moi je confirme que Mr NGOUMA EXPLOITANT Forestier à DOILISIE a bel et bien été tué avec ses enfants dans son domicile par les cobras et les angolais à Dolisie cette famille etait mes voisins …. jai tout vecu alors as t’il un peu des remords ou alors c’est du passé avec le pouvoir…crée un parti n’est pas mauvais en democratie mais crée un parti pour defendre le PCT et son mentor est une erreure… l’histoire nous le dira un jour regarder en Egypte,en Tunisie et en Lybie….

  12. BASOLA dit :

    Et quoi encore !!!!! Tous vous êtes pareil ! à commencer par le propriétaire de ce journal qui est BEMBA MAYIMA collabo de Bernard kollela, rêvant en son temps d’un poste ministériel, mais déçu par le tata quand ce dernier avait la possibilité de nommer il a pensé à ces enfants.
    vous avez géré le mcddi avec les senga les foumou nié les laurille comme une chasse gardée des laris en mal de pouvoir. au finish vous avez tous perdu.
    Mampouya hellot en a la dernière illustration, ils ont viré tous ceux qui pouvaient leur faire de l’ombre créant un bureau politique de pacotille au détriment des régles du mcddi. aujourd’hui il semblait être surpris que cette méthode lui était devenue intolérable lorsqu’il avait été viré du parti.
    sassou rassemble tous les partis satellite du PCT autour d’un seul parti. mais en face tous les partis d’opposition se divisent recevant des oboles du pct pour destabiliser tout ce qui peut l’être. MCDDI= 2 partis,UDR MWINDA= 2 partis, UDPS= 2 partis UPADS = 25 vices présidents et bientôt 4 partis.
    comment pensez vous que ces soi-opposants soient capables de s’opposer à la refonte de la constitution en 2016 ??????????????
    je n’ai pas eu besoin de sortir des sciences po pour comprendre que ce sont des analphabètes politiques les mabilemono, les guitoukoulou, et autres n’existent que grâce à l’internet.
    a Congo même dans leurs rues ils ne sont pas capables de se faire élire, mais ils parlent de diriger le CONGO.
    espérons car le rêve fait vivre

Laisser un commentaire