Sassou Nguesso veut-il la mort d’Isidore Mvouba ? Par OLIVIER MOUEBARA

 

Mvouba-Sassou

Mvouba-Sassou

Président sortant et largement défait au 1er tour de la présidentielle d’octobre 1992, Sassou Nguesso finira par soutenir au 2e tour Pascal Lissouba qui l’emporta largement sur Bernard Kolelas avec un peu plus de 60% des voix.

S’accusant mutuellement de ne pas respecter leurs accords politiques informels d’entre les deux tours, Sassou Nguesso ordonna aux 3 personnalités issues de son parti politique le PCT, et nouvellement ministres, Grégoire Lefouoba, Henri Okemba et Isidore Mvouba, de ne pas siéger dans le gouvernement formé le 7 septembre 1992 par le 1er ministre Stéphane Maurice Bongho Nouarra sous l’autorité du Président Pascal Lissouba.

Pendant que Grégoire Lefouoba et Henri Okemba désavouaient Sassou Nguesso pourtant natifs de la cuvette comme eux, Isidore Mvouba en revanche suivit à la lettre les recommandations de l’homme des masses, et refusa d’entrer au gouvernement, qui fut d’ailleurs renversé le 31 octobre 1992, soit un mois plus tard par une motion de censure de la nouvelle alliance politique entre Sassou et Kolelas.

Porte-parole du chef rebelle Sassou Nguesso pendant la guerre civile qui faucha des milliers de Congolais de juin à octobre 1997, ensuite directeur de cabinet d’octobre 1997 à janvier 1999 du dictateur sanguinaire revenu au pouvoir, qui le nomma 1er ministre (7 janvier 2005- 15 septembre 2009) en violation flagrante de sa propre constitution qui ne prévoit pas ce poste.

Sa servitude devint servilité pour les congolais , lorsque N°2 du gouvernement de Sassou Nguesso, il resta droit dans ses bottes et sans sourciller, malgré le paroxysme de la barbarie et les massacres de masse dont fut victime sa communauté d’origine , dans les localités de Kindamba et Vindza par les troupes militaires et mercenaires de la dictature de Brazzaville durant l’année 2002.

Au vu de ces évènements tragiques, tout le monde comprit que Mvouba n’avait ni cœur, ni dignité, mais beaucoup d’observateurs conclurent que ce n’était plus de la fidélité envers son maître, mais de la lâcheté !

En revanche , le général Bouissa Matoko dit Kasis, lui-même ressortissant du Pool comme Isidore Mvouba, missionné en mars 2002 par son ami Sassou pour des bons offices auprès du chef rebelle Fréderic Bitsamou alias Pasteur Ntoumi, s’émouvait en découvrant ce qui s’apparente à un génocide, mais qu’il qualifiait en d’autres termes dans une lettre rédigée dans l’enfer de Vindza, et à l’attention de Sassou Nguesso.

L’apocalypse que vivait les populations avait réveillé le peu d’humanité qui sommeillait en Kasis, lui-même loin d’être un enfant de cœur. Il mourut mystérieusement en 2006 !

De la gloire supposée d’un homme de paille à sa déchéance politique…

Selon certaines indiscrétions brazzavilloises, les relations entre Sassou et Mvouba se seraient détériorées pendant qu’il était secrétaire général par intérim du PCT.

Croyant bien faire, il aurait rapporté à son président l’offre politique faite par le ministre André Okombi Salissa qui se proposait de soutenir sa candidature au congrès extraordianaire de leur parti politique, avec pour objectif d’en prendre le contrôle .

Sassou Nguesso y aurait vu un large complot entre personnalités de souche téké, dont les ressortissants de kindamba qui ont pour député Isidore Mvouba , revendiquent leur tékénité au gré de leurs intérêts politiques.

D’autres en revanche racontent autour d’un verre de kélé wélé « liqueur locale », que dans ses consultations tous azimuts en vue de modifier la constitution, Mvouba aurait proposé à son maitre de ne pas la modifier. Il aurait proposé de prendre sa place et que Sassou continuerait à tout contrôler en tant que 1er ministre, et lui rendre sa place en 2023, à l’image du deal entre le Président russe Poutine et son 1er ministre Medvedev. Mais Sassou l’aurait très mal pris, et lui aurait rétorqué « de qui te moque-tu mon petit, ne sais-tu pas que j’aurai quatre-vingt ans à la fin de ton septennat ? »

Depuis, le clan présidentiel considère Isidore Mvouba comme un candidat à la succession du dictateur, et par la même occasion s’est attiré les foudres des autres prétendants à la couronne comme Jean Dominique Okemba, Jean jacques Bouya et les enfants Kiki et Coco Sassou Nguesso. Mais beaucoup d’observateurs du panier de crabes congolais assurent que cette cabale contre Mvouba ne peut se faire qu’avec l’assentiment du chef.

Finiront-ils par avoir la peau d’Isidore Mvouba ?

Dans la longue tradition d’espionnage des pays de l’ex-union soviétique et de ses satellites, l’apprenti espion commençait par apprendre comment éliminer un adversaire politique.

En y enseignait qu’il y a deux alternatives : Son élimination physique ou le discrédité !

Au vu de l’actualité d’Isidore Mvouba, on peut dire dans son malheur qu’il est plutôt chanceux, car ses adversaires politiques ont choisi la (2e) deuxième solution, comme l’illustre son histoire supposée de trafics d’ossements humains. Il ne finira donc pas comme les généraux Bouissa Matoko ou Blaise Adoua…mais nous pouvons nous tromper.

Il est vrai que depuis le 5 février 1979, les pratiques satanistes dont les sacrifices humains sont le sumum , sont régulièrement pratiquées dans les milieux politiques à Brazzaville. Ceux qui sont en mission commandée dans l’histoire d’ossements humains de Mvouba ne doutaient donc pas qu’elle serait facilement accréditée par les congolais.

Sans disculper Isidore Mvouba, on ne peut pas, ne pas se poser quelques questions.

Pourquoi cette affaire qui daterait de la fin 2009 s’invite dans l’actualité trois ans après les faits, et à qui profite le crime ?

Pourquoi transporter des cercueils contenant ces ossements humains sur la route du nord avec ses nombreux check-point, et non sur la route du sud dont Mvouba est originaire ?

Comment expliquer que le chauffeur Jacques Malela qui se définit comme un bon chrétien continue de réclamer les (12) douze millions FCFA fruit d’un trafic d’ossements humains donc du diable, au lieu de demander pardon et de s’en remettre à son Dieu ?

Une seule certitude, les tenants de cette affaire sont probablement les mêmes amateurs et apprentis espions qui ont du mal à convaincre de la culpabilité des nombreux innocents actuellement dans le box des accusés du procès des explosions du 4 mars 2012 actuellement en cours à Brazzaville.

Isidore Mvouba ignorait-il que dans le satanisme seul compte les rapports de maitre à esclave…

Dans les rapports entre humains normalement constitués, la fidélité et la confiance sont des variantes de l’amitié. Mais ce n’est bien évidemment pas le cas dans le satanisme et le monde des ténèbres sur lesquels s’inspirent fortement les gouvernants actuels du Congo-Brazzaville.

Dans cet univers paranormal, la fidélité s’apparente à la soumission, et les relations entre la hiérarchie et les collaborateurs sont celles de maitre à esclave.

La soumission de l’esclave doit être totale et le grand maître doit disposer de son esclave relégué au statut d’objet, et avec lui, tout ce qu’il a de plus cher, c’est-à-dire femme(s) et en enfant(s), sans que cela ne provoque chez l’esclave une réaction d’hostilité envers le grand maitre.

Telle est la dialectique du pouvoir de Brazzaville et Isidore Mvouba ne pouvait l’ignorer .

Pendant ce temps, la clientèle d’Isidore Mvouba par le biais de ces relais, distille qu’il aurait déjà pris toutes ses dispositions au cas où l’irréparable se produirait, en ayant planqué en lieu sûr, une vidéo dans laquelle il aurait fait des révélations fracassantes et qui marqueront à jamais l’histoire du Congo-Brazzaville en générale et qui mettront à jours les crimes maccabres fomentés par Sassou Nguesso !

Par Olivier Mouébara

Diffusé le 14 aout 2013, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

27 réponses à Sassou Nguesso veut-il la mort d’Isidore Mvouba ? Par OLIVIER MOUEBARA

  1. Déclaration du général Bouissa-Matoko dit :

    Je suis le général Bouissa Matoko Casimir, actuellement à Vindza, auprès du révérend Pasteur Ntoumi. Depuis 1993, les quartiers sud de Brazzaville, frontaliers de la région du Pool, sont victimes d’incidents sanglants à rebondissement. Cependant, ceux de 1998 ont débouché sur deux accords : Pointe-Noire et Brazzaville, puis sur le Dialogue national sans exclusive.

    Mais, depuis près de deux ans, nous assistons à des atermoiements. C’est ainsi que, quelques temps après sa nomination, le haut-commissaire à la réinsertion des ex-combattants a invité les quatre généraux de la région du Pool, à un repas-débat. Il demandait notamment que nous puissions l’aider à régler le problème dans le Pool et partant, celui du révérend pasteur Ntumi.

    Nous avions marqué notre adhésion. Et sur insistance du préfet du Pool, j’avais personnellement émis des réserves qui me donnent raison aujourd’hui. Puis s’en sont suivi de contacts ici-là, jusqu’à la fameuse réunion de concertation, le 21 mars 2002, à l’hôtel de ville de Brazzaville. Les congolais peuvent lire l’hebdomadaire « La Rue meurt » n° 372 du 24 mars 2002. de son côté, le pasteur Ntoumi interpellait les fils de la région du Pool qui l’ont abandonné avec un gros fardeau sur les bras. Ses doléances n’ayant jamais d’échos favorables ou n’étant jamais transmises à qui de droit, quelques fils du Pool se sont donc retrouvés pour des raisons subjectives. J’ai été mandaté à rencontrer le révérend Pasteur Ntoumi, pour faire le point exhaustif de la situation.

    Malheureusement, pour moi, j’ai dû attendre 16 jours, avant de trouver un véhicule. J’ai donc quitté Brazzaville, le 30 mars 2002. Je suis arrivé à Vindza le même jour, alors qu’une attaque avait lieu, la veille, à Insini, district de Vindza. En effet, l’armée avait envahi la localité de Insini, le 27 mars 2002. Alors que dans le district de Vindza , il y a des troupes de redéploiement, le pasteur Ntoumi a voulu s’enquérir de la situation, en envoyant la même troupe qui a été accueillie par des coups ,de feu. Voilà la reprise des hostilités.

    D’où mon impossibilité à rejoindre Brazzaville, car toutes les voies sont bloquées par le fait des affrontements. Je ne suis donc pas pris en otage. Mais, je suis protégé par le révérend pasteur Ntoumi qui souhaite me remettre sur Brazzaville dès la réouverture des voies, pour continuer les négociations, si le président de la République le juge nécessaire, car je suis conscient d’un certain nombre de réalités que lui ne maîtrise pas. Ce que j’ai trouvé ici ne correspond pas à ce que disent les gens à Brazzaville. Je ne suis donc pas mécontent d’être venu m’enquérir, moi-même de cette situation. Je jouis d’une bonne santé et prie les frères qui m’ont mandaté et ma famille d’être sans crainte.

    Le Congo a beaucoup souffert, beaucoup de sang a coulé. Il appartient au gouvernement d’établir rapidement le contact avec le révérend pasteur Ntoumi, pour éviter au peuple ces épreuves dramatiques. Il ne s’agit pas de la région du Pool, mais de tout le Congo qui souffre.

    Fait à Vindza, le 28 avril 2002

    Le général Casimir Bouissa-Matoko

  2. Les sudistes doivent comprendre que sassou a besoin d’eux juste pour faire semblant d’union nationale , comment comprendre le Congo étant une dictature tenu par sassou , un journal peut se permet de salir un ministre d’état ? Ça ne peut que être un avec la bénédiction de sassou , Mvoumba est naïf sassou n’a pas voulut te gardé a la tête du Pct , a la création d’Ecair il ta écarté , a la réception de l’Elysée tous les ministres d’état étaient présent sauf Tsiba et toi ! Tout ça veut dire que la porte est grandement ouverte.

  3. Anonyme dit :

    Qui tue par l’épée périt par l’épée voilà ce qui est rapporté très souvent. Je pense que dans ce jeu qui se joue Mvouba est le grand perdant car il ne pourra supporter les foudres du pouvoir. Rappelons qu’il s’agit d’un pouvoir qui s’est nourrit toujours du sang et de la violence.
    Comment étalé au grand le problème des ossements dans lequel est impliqué le premier ministre d’un gouvernement dictatorial dont sa caractéristique est le contrôle et l’embrigadement des liberté fondamentales et en particulier celui des médias. Si le pouvoir entendait tué cette affaire dans l’oeuf, les imprimeries ne l’auraient pas imprimé et diffusé. La simple diffusion est en mon sens un accord pour descendre le prétendu coupable. Qui n’est dans cette impliquée dans les ossements au CONGO, quand tous les dirigeants sont des maçons? Alors comment les frères qui prennent le sang et dorment avec des ossements des cadavres vendus et achetés sans gène ni honte, comment donner l’impression d’être surpris par les comportements que le commun des mortels pratique chez nous depuis le retour au pouvoir du tyran. MVOUBA paie le prix de sa traîtrise et des douleurs qu’il a fait subir à ses propres parents. Il va être confronté au carma c’est arrivera le temps de la réflexion sur tous les actes posés. Tous les leaders qui font de la mauvaise finissent par se confronter à cette exigence. Le congolais est las des fameuses révélations dites au moment de la séparation. Que l’histoire soit vraie ou fausse, en tout cas elle intéresse moins les congolais fatigués par un demi siècle de dictature des amis de MVOUBA, temps cher perdu par notre peuple avec d’énormes conséquences dans nos familles respectives. C’est l’objet de notre lutte. Ne nous trompons de cap.

  4. le fils du pays dit :

    L’autre fois apres intervention de Madzimba parlant de la corruption,je disais qu’ils y avaient pas d’intellectuels.S’il y a en avaient,le Congo ne serait pas dans cet etat.Au pays des intellectuels MrSassou avec un coefficient intellectuel egale a celui d’une huitre n’aurait jamais pense d’etre a la tete du Congo.Tous ces diplomes que compte le Congo ne sont pas des intellectuels,ils sont plus idiots que tous ce qui n’ont jamais mis pieds dans une salle d’universite occidentale et Mvouba fait partie de tous ces idiots malhonnetement dit intellectuels.

  5. Bec jaune dit :

    Semblant ou pas au moins tout les départements sont représentés dans le gouvernement, et quand on parle d’union national on ne fais pas seulement allusion aux sudistes mais aussi d’autres département du nord.

  6. LOUSOLO dit :

    Kiekiekiekie Vraiment vous faites vraiment rire sassou va en vouloir a MVOUMBA pour qu’elle raison tous nous savons que c’est un membre du PCT. Aujourd hui comme ces journaux attaque un sudiste, c’est maintenant avec la bénédiction du président et quand il attaque le président c’est avec la bénédiction de qui? Quand ils sont punis par le gouvernement pour non respect des procès, vous parlez de liberté de la presse. Jeune Congolais faites attention aux. Ennemis de la république, restons vigilant et adhérent massivement a la politique du président de la république pour un futur meilleurs qu’aujourd hui.

  7. fleuve congo dit :

    Moi,ce qui m’a fait mal, très mal:c’est lors de la cloture du fameux congrès extraordinaire du PCT. le congrès anti-Mvouba,c’est quand… quand… dans le temple de la pensée unique et des cérémonies funèbres je cite; le palais du parlement : ils l’ont appelé  » Grand ninja « .
    Grand Ninja? un ministre d’Etat? Un Fidèle parmi les fidèles? Dans un tel milieu; douter de sa loyauté?
    Ces tribalistes et profito-situationnistes…. Cet article, je souhaite que ce n’est pas son enterrement politique au moins.
    c’est vrai moi je suis contre ses déclarations guérrières de 1997 quand il disait: non… ceci ,non… cela…., enfin il avait choisi son camps. Mais moi je savais que le Congo allait flamber.

  8. La présidence de la république dit :

    L’ex secrétaire général de la présidence de sassou nguesso Gabriel Longombé est mort empoisonné le 13 aout 2013.
    sassou a demandé d’attendre la fin des festivité de djambala pour organiser ses obseques et l’annoncer officiellement

  9. Marie laure dit :

    A tout flatteur du régime congolais, fille lucide dit :

    « Garde-toi, tant que tu vivras, de juger des gens sur la mine. » ( La Fontaine)

  10. Anonyme dit :

    MVOUBA ne sera le premier ni le dernier que le pouvoir va sacrifier pour des raisons de son maintien. Seul un système démocratique est à même de garantir la sécurisation de l’exercice pacifique de la politique, or tous les dirigeants de notre pays, de la génération issue du parti unique n’acceptent pas la mutation démocratique. Le PCT minoritaire électoralement dans le pays ne survit que parce que combat la démocratie. En jouant ce jeu dangereux, ils se fragilisent et laissent un boulevard au président de les juger et les gérer selon des bases fondamentalement subjectives. Tout jugement de cette nature ne peut être que aléatoire donc dépendant de l’humeur et non d’une analyse scientifiquement démontrable. MVOUBA va dans quelque temps compléter la liste de tous ceux qui nous ont déjà quitté. Ces révélations tardives consignées ne serviront à rien car que sont devenues les déclarations de feux Jean Pierre tchystère, de Monseigneur NKOMBO, de BOUISSA MATOKO etc… La décision de mettre à l’écart MVOUBA a déjà fait l’objet d’une concertation secrète au sommet de la hiérarchie stratégique du pouvoir, reste à la concrétiser. C’est à cette tâche que certaines personnes se concentrent actuellement. Le ciel ne tombera pas et MVOUBA de toute façon a fait quoi pour notre peuple?Comme un malade en fin de vie, MVOUBA apprendra à compter le nombre de jour qui lui restent à vivre.

  11. EYINDA KAKA dit :

    TOUT SE DIT AU SUJET DU COMPATRIOTE MVOUBA AUJOURDHUI. IL AURAIT VOLE DES MILLIARDS, IL EST MALADE A EN MOURIR, IL S EST RENDU COUPABLE DE TRAFIC DES OSSEMENTS HUMAINS, TOUT SE DIT SAUF RIEN. ET AUX POOLISTES D AJOUTER SASSOU VEUT LA PEAU DE MVOUBA. C EST RISIBLE. ALORS QUE DANS L UNE DE SES PUBLICATIONS CE SITE DISAIT: »SASSOU N OUBLIE PAS CE QUI ONT TRAVAILLE AVEC LUI, SES AMIS… » ICI IL DEVIENT L INGRAT QUI VEUT LA MORT DE MVOUBA. KIEKIEKIEKIE

  12. EYINDA dit :

    MEME CETTE QUESTION EN TITRE NE MERITE PAS D ETRE POSEE

  13. EYINDA dit :

    CE N EST PAS GENTIL DE PENSER CA DE SASSOU. IL EST LIE A ISIDORE PAR UNE RELATION PLURIDECENNALE DE COEUR ET DE RAISON

  14. EYINDA KAKA dit :

    C EST DU VERBIAGE ET RIEN D AUTRE. IL SUFFIT DE DIRE N IMPORTE QUOI SUR SASSOU POUR EXISTER C EST L OPTION POLITIQUE DES ANIMATEURS DU SITE

  15. Manunta.S dit :

    PAUVRE CONGO-LIBERTY VOUS ETES EN MANQUE D’INSPIRATION. SI VOUS N’AVEZ PLUS RIEN A DIRE LAISSEZ TOMBER.

  16. YAKA NOKI NOKI dit :

    Mr. Isidore MVOUBA paie de sa personne sa double appartenance au département du POOL et au peuple TÉKÉ.
    souvenons nous des années 1990, des gestions calamiteuses du pays, de la gestion intérimaire du P.C.T.
    nous nous rendrons compte que le tyran SASSOU a toujours profité des fils et filles des départements du POOL et des PLATEAUX et dans le cas MVOUBA il y’a les deux critères en une seule et même personne.
    dans la logique de la conservation du pouvoir les « yaka noki noki ticket na yo éko foutama » autrement dit le clan au pouvoir se doit d’écarter ou d’éliminer toute personne pouvant briser l’emprise du clan sur le CONGO.
    MVOUBA doit connaitre la suite des événements vu ce que les autres avant lui en ayant servi le tyran ont vécu ou reçu.
    la mort
    le discrédit
    l’humiliation
    et enfin l’exil médical forcé

    n’oublions pas que le supposé ministre de la culture au service du clan a décrété l’unicité des peuples TÉKÉ et KONGO.
    depuis trois décennies nous vivons sous la crainte d’un complot TÉKÉ-KONGO alors ne soyons pas étonné de la guerre médiatique et psychologique contre MVOUBA.

    ce qui compte a mes yeux c’est constater le début de la fin car trop d’injustice et de misère côtoient la vie de la population congolaise.

  17. Anonyme dit :

    Isidore Mvouba n’a rien a montrer au peuple congolais comme preuve de pratique macabres pouvant amener Sassou vers un tribunal qui le condamnerai au pénal. Depuis toutes ces années qu’il est au pouvoir, ses anciens amis et alliees ont toujours promis de faire trembler la République avec des revelations en leur possession mais il n’en jamais rien eu. C’est le Cas Yhombi Opango et Moudileno Massengo a la Conférence Nationale et Lekoundzou avec son Marien Ngouabi Ethique. Ils n’ont rien ces types la! Ce n’est pas qu’ils ont peur mais ils n’ont vraiment rien si oui, on aurait déjà vu et lu quelque chose qui soulèverait la communauté internationale, a défaut du peuple congolais. Alors, qu’il se taise ce Mvouba. On en a que cure!

  18. AAAAA dit :

    la République a des sérieux problèmes, qui ne sait pas que toute personne travaillant SASSOU a toujours sa part, et quand ce dernier ne veut plus de toi, tu deviens à ses yeux comme un élement genant.

  19. Daniel GANGOYE dit :

    La verite est tetue, et la vraie histoire politique du Congo se reconstituera, car les fideles d’aujourd’hui seront independents a la disparition de leur maitre, et s’exprimeront. Hier malgre la reussite ineluctable de notre Conference Nationale reellement Souveraine de 1991, d’aucun semblait reconnaitre en elle, et par consensus national, un seul defaut: s’eterniser a parler et critiquer largement un seul homme: la personne de Sassou Nguesso Denis. Le temps ayant fait son chemin, aujourd’hui je me retrouve dans le lot des Congolais qui demanderont pardon a notre chere Conference pour lui avoir juge a tort en parlant largement de Sassou. Cette silhouaite de Sassou est une pillule difficile a avaler, un mal non necessaire, une epine dams l’orteille du Congo, qui a detruit nos moeurs, notre idendte et fierte nationale laissees par ses predecesseurs (Marien Ngouabi, Massamba Debat et Youlou). Sassou a renforce le tribalisme et le regionalism. Les Congolais ont maintenant honte de garder cette nationalite a l’etranger. Des que le pays hote donne a un Congolais l’opportunite de changer sa Nationalite, il le fait sans remort, a cause de Sassou. Ce n’est pas a Dieu de nous delivrer, car il nous a cree libre. Notre propre naivete nous a amene la ou nous sommes. Alors c’est l’eveil National et la prise de conscience du citoyen Congolais qui va nous liberer.

  20. Anonyme dit :

    OH LA

  21. kongo dit :

    le malheur des congolais et congolaises n’est autres que monsieur Denis sassou nguésso, ses camarades et sa famille.

  22. Anonyme dit :

    moi fouka je suis três decu de tous ce qui se passe au congo Brazzaville mês freres congolais cherchont un moyens de laisser des polemiques laisser sassou au pouvoir sinon un jour nous alons regrete merci que Dieu garde le congo

  23. Anonyme dit :

    ah non Fouka je ne suis pas d’accord avec tes insinuations mal fondées,il hors de question que sassou reste au pouvoir et sa bande .il lui reste un peu de temps a profiter de sa présidence ,car il doit et forcement partir a la fin de son mandat.place maintenant aux enfants de Congo populaire, a nous aussi de gérer ce pays

  24. MACDO MILANS dit :

    LE CONGO EST A TOUS CESSANT DE CRITIQUER NOS PERE VOYANT PRTANT VERS L AVENIR DU CONGO A QUOI çA SERT LES CRITIQUES LORSQU ON NE PEUT RIEN CHANGER

  25. anonyme dit :

    MES CHERS COMPATRIOTES FAITES ATTENTION A LA HAINE ETHNIQUE SA CONDUIT AU GENOCYDE LAISSE DENIS IL NE REGNERA PAS AU CONGO POUR TOUJOURS QUE TU SOIS DU POOL DES PLATEAUX OU PARTOUT ALLEUR ON EST TOUS LES FILS D’UN MEME PAYS NE SOYONS PAS COMME LES LYBIYENS.

  26. BOUZOBA dit :

    Laissez le president et son gouvernement tranquille moi ce qui mimporte c’est la paix meme ceux qui vont remplace fairons peut etre la meme chose donc seul Dieu le faira partir de sur quoi il ne leur reste que deux ans chaque chose a son temps et c’est le temps de fin de la famille NGUESSO et son gouvernement

  27. C,EST CE QUI ARRIVERA A TOUS QUI GOUTERA AU KAKA DE KIKI ET DE KOKO SANS N’EST PLUS EN VOULOIR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.