BIENS MAL ACQUIS AU TOUR DU CONGO. Par Violette Lazard

Libération du 16 décembre 2013

Libération du 16 décembre 2013

Après la Guinée-Equatoriale, la justice française se concentre désormais sur le clan Sassou-Nguesso, au pouvoir à Brazzaville et qui mène grand train à Paris.

Les délires financiers du fils du président Obiang (Guinée- Equatoriale) en France sont désormais connus, et la plupart de ses biens confisqués. Ce chapitre-là est quasiment clos. Les policiers chargés de l’enquête sur les biens mal acquis (BMA) de certains chefs d’Etats africains dans l’Hexagone s’apprêtent maintenant à ouvrir de nouveaux fronts. Celui du Gabon – les enquêteurs ont déjà gelé de nombreux avoirs appartenant à la famille Bongo et perquisitionné leurs logements (lire page 4) -, mais surtout celui du Congo-Brazzaville. Après avoir passé au crible pendant plus de deux ans les dépenses du clan du Président, Denis Sassou-Nguesso, les enquêteurs commencent à en dresser le bilan. D’après une synthèse rédigée cet été, ce serait 60 millions d’euros au bas mot, provenant d’argent public congolais, qui auraient été dépensés en France depuis 2005 par les proches du dirigeant pour acheter bijoux, vêtements, montres ou encore logements de luxe. Le nom du président lui-même apparaît peu sur ces factures démentielles. Mais ce dernier reste «suspecté» d’après les policiers «d’utiliser des personnes de son entourage pour placer les fonds potentiellement issus de détournements ou de corruption dans le but d’opacifier son patrimoine».

Monopoly. «Après la Guinée, l’année prochaine devrait être celle des clans Sassou et Bongo», commente William Bourdon, avocat de l’ONG Transparency International, partie civile dans le dossier des BMA, déclenché par une plainte de Sherpa, autre ONG, en 2007.

D’après des sources judiciaires, les premières convocations des membres de la famille Sassou-Nguesso vivant en France par intermittence (fille, gendre, neveu…), pourraient intervenir dans les prochains mois. «Les candidats pour les prochaines auditions ne sont pas n’importe lesquels, les juges prennent leur temps, poursuit Me Bourdon. Mais il n’y aura pas d’immunité pour ceux qui pillent les ressources de leur pays». 60 millions pour des voitures, bijoux, boutons de manchettes… C’est un inventaire, déjà évoqué par Mediapart et que Libération a pu consulter, qui donne, au choix, le tournis ou la nausée.

Au tout début de leur enquête, les policiers ont relevé les adresses du clan Sassou-Nguesso en France. Ils en ont répertorié une vingtaine, toutes situées plutôt du bon côté du Monopoly parisien : rue Marbeuf, rue de la Pompe, rue de Marignan, et à Neuilly-sur-Seine. Aidés par certains opposants au pouvoir congolais (et ils sont nombreux, Denis Sassou-Nguesso étant «élu» depuis 1979, avec seulement une interruption de cinq ans), les policiers ont également été tuyautés sur les habitudes de shopping du clan. A chaque demande de réquisition judiciaire envoyée dans un magasin de luxe, les enquêteurs ont fait bonne pioche. La boutique Pape, par exemple, tailleur sur mesure situé dans le VIIe arrondissement de Paris, connaît bien les Sassou-Nguesso. Entre 2005 et 2011, le Président lui-même a dépensé pour des chemises et costumes sur-mesure 1,18 million d’euros. Des sommes payées via des virements depuis des comptes en Suisse. Sur la même période, le fils du président, Denis Christel Sassou-Nguesso, a investi 473 796 euros dans son accoutrement. «Il change de chemises trois ou quatre fois par jour, et se vante de ne jamais les laver et de les utiliser comme des Kleenex», juge même bon d’ajouter un ancien proche du clan Sassou.

Mais suivons les traces du fils dans le luxueux Paris. L’homme, par ailleurs directeur général adjoint de l’aval pétrolier de la Société nationale des pétroles congolais (SNPC), est dépensier. Il aime les voitures (les policiers ont répertorié sept bolides – Porsche Cayenne, Maserati, Bentley coupé, etc.), les costumes (une autre facture pour des chemises et boutons de manchettes en or et pierres s’élève à 257 000 euros), les montres (22 160 euros chez Dubail) et le confort. Depuis début 2005, il a investi plus de 8 millions d’euros dans la rénovation d’un appartement parisien et d’un hôtel particulier de Neuilly, style «Napoléon, Empire», d’après l’architecte entendu par la police.

Système. Autre membre du clan Sassou très dépensier : Jean-Jacques Bouya, ministre de la «Direction des grands travaux» (DGT) et par ailleurs neveu du président. Celui-ci aime Vuitton (plus de 136 000 euros dépensés entre 2005 et 2011) et les voitures (à Paris, il en possède quatre, dont une BMW et deux Maserati). Mais le personnage est intéressant au-delà de ses dépenses. Comme l’explique Serge Berrebi, homme d’affaires en conflit avec les autorités congolaises, dont il estime qu’elles l’ont spolié, Bouya est suspecté d’être au cœur d’un système de corruption. «Depuis une dizaine d’années, il a la responsabilité de toute construction et de tout marché au-dessus de 300 000 euros, explique cet homme, entendu à deux reprises lors de l’enquête et joint par Libération. Une grande partie de la corruption passe par la surfacturation de ces grands travaux.» Toujours d’après Berrebi, des millions d’euros passent entre les mains de «ce monsieur dont la compétence serait une formation de navigateur dans l’aviation commerciale».

La minutieuse enquête sur les circuits financiers qui approvisionnent les comptes de la famille Sassou corrobore en partie ces dires. Depuis 2007, écrivent les policiers dans une note de juin 2013, plus de 60 millions ont été transférés par la DGT sur des comptes bancaires détenus par des sociétés planquées dans des paradis fiscaux, dont les bénéficiaires sont des membres ou des proches du clan Sassou. Grâce à la collaboration de plusieurs cellules d’enquête financière en France et à l’étranger, les enquêteurs ont identifié le commanditaire de virements de la DGT : la direction générale du Trésor à Brazzaville. «Les fonds sont ensuite transférés, pour la plupart vers d’autres pays étrangers, dont la France, aux fins d’investissements dans l’immobilier ou achat de grande valeur et d’objets précieux (voitures, bijoux)», concluent les enquêteurs. Parmi ces virements, figure un transfert de 1,3 million d’euros à Arije, joaillier de luxe parisien. Les fils du président Sassou apparaissent comme des bons clients dans les fichiers de la bijouterie. Près de 1 million d’euros ont aussi été virés à la Réserve, une entreprise de location d’appartement de grand luxe dans la capitale.

Gestionnaire. «Je ne suis pas un proche du clan Sassou. Je ne les connais pas, enfin de nom. Tout ça, ce sont des amalgames, ça s’est fait au hasard des rencontres. Je vais rectifier, et rétablir la réalité auprès des policiers.» L’homme qui parle, balbutie et raccroche après seulement quelques minutes de conversation hésitante avec Libération se nomme Phillipe C. Il est de nationalité française, résident en Suisse et pourrait, selon les enquêteurs, être le gestionnaire de fortune du clan Sassou. Agé de 59 ans, dirigeant de Lemanfi (la Financière du Léman SA), c’est lui qui a opéré tous les montages financiers autour du clan Sassou, par lesquels ont transité les 60 millions d’euros. Au sein des myriades de sociétés écrans domiciliés dans des paradis fiscaux, il est souvent le seul habilité à agir. Et, à chaque fois, c’est lui qui présente les bénéficiaires (une nièce ou un neveu de Denis Sassou-Nguesso, le ministre congolais de l’Enseignement technique et professionnel, l’attaché militaire de l’ambassade du Congo en France…) aux établissements financiers. «Afin de justifier de l’origine légale des fonds, écrivent les enquêteurs, M. C. a donné aux établissements financiers des contrats et autres documents qui contiendraient de nombreuses anomalies.»

Ce n’est pas la seule face sombre du financier franco-suisse. Philippe C. apparaît également dans la nébuleuse des sociétés appartenant à un certain Lucien Ebata, trader en pétrole congolais. «C’est un homme d’affaires de la région du président Sassou-Nguesso, la Cuvette [Nord], détaille Serge Berrebi. Il a pu s’introduire sur le marché d’importation de diesel au Congo-Brazzaville. La seule manière de pouvoir intervenir sur ce marché est d’être du clan au pouvoir, sinon, on n’a strictement aucune chance d’y parvenir.» Ebata est le patron de Forbes Afrique (déclinaison du magazine économique américain qui opère chaque année le classement des grandes fortunes de la planète) et un familier de certains hommes politique français. L’été dernier, lors d’une conférence de Forbes à Brazzaville (sur le thème des classes moyennes en Afrique et animée par Christine Ockrent), Lucien Ebata avait invité Jean-François Coppé pour une intervention, moyennant rétribution.

«Procédure illégale». Me Jean-Pierre Versini-Campinchi est l’un des avocats de la république du Congo, et non du président Sassou-Nguesso, «qui n’est pas mis en cause par la justice française dans la procédure des BMA». «Mon client, la république du Congo, se réserve le droit d’engager une action devant la Cour internationale de justice de La Haye et également devant un tribunal civil français pour faute lourde de l’institution judiciaire, défend même l’avocat. La procédure poursuivie en France est illégale au regard du droit international, les tribunaux français n’ayant aucun droit d’investiguer sur les comptes publics d’un Etat étranger souverain.» Me Versini-Campinchi ajoute : «D’autres chefs d’Etats pétroliers et leurs parentèles dépensent des sommes incommensurables en France sans être inquiétés.».

Violette Lazard.

Libération 16 décembre 2013

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo, Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à BIENS MAL ACQUIS AU TOUR DU CONGO. Par Violette Lazard

  1. ZOBABELELA dit :

    selon des informations détenues par le clan Sassou lui même, Hollande aurait décidé d’empêcher Sassou d’être réélu après modification de la constitution mais il ne sait sur qui se reposer. Sassou l’ayant compris a entrepris de prendre des mesures. A ce propos une réunion du syndicat des chefs d’Etat d’Afrique Centrale, ciblés par Hollande, est prévue pour contrer Hollande: leur arme l’économie. Poutine viendra au Congo l’année prochaine et un accord de défense est déjà signé avec la Russie et la Chine en prévision. ça se présente pas bien pour notre pays.

  2. LIGORODO LI POLA dit :

    @ZOBABELELA: on peut donc penser à un retour du communisme dans notre pays? du grand retour au mono? Et puis toutes ses richesses. Quand on sais qu’à la mort, on repart dans la poussière juste avec un cercueil à la mesure de notre corp. On y emporte rien, sauf notre plus belle costume et notre meilleur caleçon.

  3. Ibrahima Bouba dit :

    Ainsi donc, pendant que nous étions tranquilles, ici à Brazzaville, dans nos maisons sans courant ni eau, l’homme que ses supporters zélés affublent de surnoms d’animaux, a fait ce qu’il sait faire de mieux : tuer avec brutalité en utilisant les moyens de l’état : hélicoptères de combats, chars, lance roquettes, canons…pour débusquer un seul homme assiégé depuis qu’il est sorti de prison avec femmes et enfants et quelques fidèles qui lui étaient dévoués semble -t-il jusqu’à la mort.Et comme le disait si bien le colonel Ntsourou, il n’assume jamais, il n’était pas là, il n’a rien fait. Il le connait vraiment bien !!! Pendant ce temps, un journal de France, Libération, nous apprend ce que nous savons déjà ici à Brazzaville: que c’est un voleur de la pire espèce faisant profiter sa famille, comme tout bon animal, du fruit de ses rapines.
    Et tout cela après avoir serré la main du pape et être allé profiter de la gloire de Mandela. Disons qu’il n’a pas résisté à revenir à son état primaire, que ses supporteurs, qui l’aiment vraiment bien, s’échinent à nommer en rivalisant d’imagination, pour trouver la plus flatteuse.Je leur souhaite bien du courage, car en zoologie, l’éventail est vraiment large et fourni

  4. moussama zimi dit :

    Si vous prenez le pape pour quelqu un de propre c est votre probleme…
    Ntsourou qui a servi ce regime sait qu il est militaire et violent. Donc si habitant a deux metres du chef d Etat major, d un camp militaire, de moins d un kilometre de Sassou, en face d Edgard Nguesso, Ntsourou pensait pouvoir en finir avec Sassou alors je dis qu Okoko n avait pas tort.

  5. guy-richard dit :

    François Hollande a tout intérêt à faire partir le très Francophile SASSOU NGUESSO d’ici à 2016, car il est un produit de la France et l’État étant une continuité, SASSOU NGUESSO est un héritage pour François H . Souvenez vous que c’est grâce à Jacques CHIRAC président en exercice de la France en 1997 que l’Armée Angolaise s’était mobilisée à venir massacrer les Congolais en violant les frontières comme cela s’est passer dernièrement à Kimongo. Jacques CHIRAC a donc installé manu militari la Bête au pouvoir, aidé par Ntsourou bien sûre. Aujourd’hui, si M. SASSOU fait mal, la responsabilité de la France est bien engagée, même dans le dossier des Biens mal acquis, la France est impliquée et ne pourra se départir de cette responsabilité. Car les biens mal acquis découlent des malles d’argent qui circulaient en toute impunité sous Jacques CHIRAC et N. SARKOZY au nom de la France Afrique. Comprenez que si cet argent qui arrivait à l’Élysée de façon illégale a servi à construire la France, c’est que la France est aussi le Fruit des biens mal acquis et donc en partie un bien mal acquis (par ricoché bien sure). Je demande aux Congolais qui ont toujours été massacrées par SASSOU sous l’œil impuissant de la France d’exiger à celle-ci de faire partir du pouvoir son Filleul SASSOU NGUESSO. Surtout, que François Hollande ne nous dise pas qu’il n’y a personne pour remplacer SASSOU parmi les 4 000 000 des Congolais, car ce sont les élections libres et transparentes qui devraient répondre à cette question, FIN DE CITATION.

    Le Mal du Congo B. est une conséquence des mauvais choix de la France, la France s’est tromper en ramenant SASSOU aux affaires.

    G.R

  6. KD dit :

    Sassou est un fou. Un homme normal ne peut pas agir ainsi. Voler , faire souffrir la population, employer des si grands moyens pour faire arréter un individu,jusqu’au point de semer un carnage, casser maison et véhicules à ce point? Cela est de la pure folie qu’ un président ne doit pas du tout se permettre. Les Congolais sont de plus en plus misèrable parceque le dictateur Sassou Nguesso, sa famille, son clan s’accapare de tout l’argent du Congo Parceque le diable se donne le plaisir de semer encore un mouvement de panique à Brazzaville, au Congo. Mon Dieu il faut que ces génocidaires soient vite arrétés et transferés à la CPI pour crime contre l’humanité

  7. Anonyme dit :

    Moussama Zimi Okoko comme toi ne connaissez pas l’histoire du Congo je me vois dans l’obligation de vous donner à tous les deux un cour d’histoire. Le Royaume Teke avait comme Roi un BatekeEt les mbochis et kouyous qui viennent je ne sais d’où n’ont jamais connu de royauté raison pour laquelle ces parvenus s’accrochent au pouvoir au prix du sang des Congolais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.