OKIEMI-ODZOKI : le fiasco de deux communicants en herbe. Par OLIVIER MOUEBARA

Bienvenu Okiemi

Bienvenu Okiemi

Présenté sous peu comme le « géomètre » de la communication, Bienvenu OKIEMI allait manier le verbe comme le grand Ndomba Géomètre jonglait naguère avec le ballon rond.

Peine perdue. L’encadreur des travaux dirigés rémois s’est cassé les dents au grand dam du dictateur Sassou-Nguesso.

Pour contenter son tyran, le porte-parole du gouvernement de fait a récemment fait une sortie de route très remarquée.

Au lendemain de la capture de Marcel NTSOUROU, prisonnier personnel du sanguinaire Sassou-Nguesso, Bienvenu OKIEMI s’est permis de dire sur les antennes de RFI: »Si le gouvernement l’avait voulu, on l’aurait tué ». Lapsus révélateur. Aimant le sang humain, Sassou-Nguesso achèvera Marcel NTSOUROU à petit feu. Une mort lente, méthodique, programmée d’avance.

Signe que l’étoile d’OKIEMI ne brille plus, les congolais l’affublent désormais du sobriquet « s’il en était ainsi… ». Cet imposteur qui a trahi tous ceux qui l’ont introduit à la mangeoire de Mpila est de plus en plus contesté dans le cercle restreint d’Oyo. Cette décadence sonne inéluctablement le glas d’un régime à bout de souffle, et en pleine panique. Serviteur  d’une soupe indigeste, OKIEMI ne sait plus quoi inventer pour sauver son maroquin. Ses formules à l’emporte-pièce ne font plus recette. Tout ce qu’il dit se transforme en plomb, et plombe davantage le dictateur vieillissant.

Selon les informations qui bruissent dans le cercle du pouvoir, lors du prochain remaniement gouvernemental, Bienvenu  Okiemi sera remplacé à l’information par Mme Arlette Soudan Nonault, l’épouse du Rédacteur en chef du journal Jeune Afrique.

Arlette Nonault , pour ceux qui ne le savent pas, était attachée de presse au cabinet du Président Pascal Lissouba. Elle a travaillé sous la direction de Claudine Munari qui comme tout le monde le sait a rejoint avec armes et bagages la mangeoire ensanglantée de Mpila. Son rôle était alors capital dans le renversement du régime élu de Lissouba. En effet, elle informait Sassou et sa bande de mercenaires de tout ce qui était traité au Cabinet du Président Pascal Lissouba.

Adepte des intrigues et des fiascos, le dictateur Sassou-Nguesso a jugé opportun de nommer Serge Michel ODZOKI au poste de communicant de son parti, le PCT. Piètre journaliste, il a tourné le dos à son métier pour servir le dictateur Sassou-Nguesso. Ephémère et Calamiteux ambassadeur du Congo à Bonn, il n’y a laissé aucun souvenir palpable dans les annales de la diplomatie Outre-Rhin. Pour masquer son fiasco, il a fustigé l’opposition en ces termes le 11 mars dernier :

Pendant que le président de la république s’échine à régler les vrais problèmes des congolais, une opposition irresponsable et non représentative veut distraire les populations en appelant à la tenue des états généraux qui, je vous le rappelle n’auront jamais lieu dans ce pays car le Congo n’est pas un pays en crise, il y a la paix et son peuple est heureux ».

Selon ce perroquet du dictateur Sassou-Nguesso, les congolais vivraient heureux. C’est à la fois un scoop et une injure au peuple qui souffre quotidiennement.

Sassou-Nguesso prend en otage le Congo depuis trente-quatre ans.

Nommé député fantôme d’Ewo, Serge Michel ODZOKI fait de la figuration dans sa circonscription. Incompétent et courtisan, ce nouvel élu à la mangeoire du tyran ne peut mesurer la profondeur de la paupérisation et de la misère du peuple congolais.

A Ewo dont il est censé être député, donc, le représentant et le défenseur des intérêts du peuple, la centrale électrique qui devrait faire la fierté des aborigènes est tombée en panne depuis belle lurette, faute de pièces de rechange. La route Ewo-Boundji qui devrait relier sa région à l’ensemble du territoire national est au stade des discours creux et des promesses non tenues.

Après avoir lamentablement échoué à tous les postes qu’il a occupés, le vouvouzéla du dictateur lui aurait soufflé la fâcheuse idée d’accabler le fils Fabius s’agissant des Biens mal acquis, comme pour absoudre les turpitudes de son thuriféraire.

Voulant se rattraper après cette bourde, Sassou-Nguesso a sollicité en vain un entretien auprès de Fabius père.

Entendre le dictateur vouloir faire la leçon alors que les preuves l’accablent sur le dossier des Biens mal acquis, c’est comme si Bernard Madoof dispensait des cours d’économie.

Serge Michel ODZOKI est le seul à voir le «bonheur» des congolais. Avec de tels pitres, le Congo est loin de sortir de la coupe réglée et des fourches caudines du dictateur Sassou-Nguesso.

A tous les congolais sans exception, «l’important dans la vie ce n’est point le triomphe, mais le combat. L’essentiel n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu».

Olivier Mouebara

Diffusé le 10 janvier 2014, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

17 réponses à OKIEMI-ODZOKI : le fiasco de deux communicants en herbe. Par OLIVIER MOUEBARA

  1. Objecteur de conscience dit :

    Et l’on se souviendra du  » mille morts = mille veillées » du bilan 4 mars. Quand on vous dit n’est pas chargé des démentis qui veut. C’est bien connu, c’est après avoir perdu ce que l’on a qu’on réalise toute son importante!
    Qu’ils nous remettent le 3A national, c’était moins pire en matière de démenti!

  2. Congolais dit :

    A malin malin et demi.
    A chacun son tour chez le coiffeur,
    Si tu te penches pour regarder mes fesses, tu donnes là l’occasion à un autre de regarder aussi tes fesses.
    Okiemi payera le prix de ton mensonge et de ton excès de zèle.

  3. Ambouandé dit :

    Cher Olivier
    juste une petite correction concernant les fonctions assumées par Mr. Odzoki en Allemagne. Ce dernier n’a jamais été Ambassadeur ni Bonn ni à Berlin, mais plutôt le Chargé d’Affaires.

  4. Matière grise dit :

    L’article est intéressant et en plus je partage votre pensée je cite A tous les congolais sans exception, «l’important dans la vie ce n’est point le triomphe, mais le combat. L’essentiel n’est pas d’avoir vaincu mais de s’être bien battu».
    LA LUTTE CONTINUE ET LIVRÉ A LA TOILE TOUTE INFORMATION SUSCEPTIBLE DE NUIRE AU RÉGIME SANGUINAIRE ET D’APPORTER LA DÉMOCRATIE NOUVELLE AU CONGO…

    Voila ma pensée « Sassou Nguesso et ses dignitaires contrôlent le temps d’une dictature – mais le peuple souverain a la montre et peut à tout instant modifier l’heure du temps qui reste à la dictature Sassou. Ceci est un cas de philosophie et de conscience individuelle ».

  5. Anonyme dit :

    Zoba!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  6. Humanité dit :

    Serge Michel Odzoki dit Azongui à la mangeoire est un pseudo-journaliste qui ne sait pas faire un distinguo entre information et propagande.

  7. WA ZOLA TSOMBE dit :

    Attention il ne faut pas par haine raconter des conneries Okiemi n’est pas bon communicant c’est normal il ne connait pas ce métier mais il est M. Bienvenu OKIEMY, Maître de conférences à l’Université de REIMS (allez sur le site de son université). C’est pas énorme un Maître de conférence mais il l’est. Pour ce travail il y a des congolais mieux qualifiés à Brazza y compris dans les universités françaises ou occidentales (chercher sur Internet)

  8. Anonyme dit :

    Maître de conférence avez-vous dit? Et il est incapable de faire preuve de pensée discursive? Ce n’est donc pas une tête bien faite. Montaigne écrivait :  » Instruire, c’est former le jugement ». Okiémi qui a étudié doit donc faire des efforts, s’abstenir de dire certaines choses pour éviter d’être la risée de tout le monde. Et le premier effort consiste à tourner sa langue sept fois avant de la délier.

  9. Nanta dit :

    Okiemi, comme odzoki sont des gens qui, voulant faire plaisir au tyran sanguinaire de Mpila afin de gagmer l’argent. ne se rendent pas compte dans quel piège ils s’exposent

  10. Anonyme dit :

    Vous avez dit Maître des Conférences? On le lui accorde! Mais dire qu’aujourd’hui « on peut partir de Pointe-noire jusqu’au Cameroun par l’autoroute P/N en passant par Brazzaville jusqu’au nord du pays »n’est pas vraiment faire preuve d’ignorance intellectuelle? Un maître de conférences qui ne sait pas ce que c’est une autoroute! Alors qu’il a vécu en France? Il a raconté beaucoup de bobards sur Africa 24 où il explique le bilan élogieux de maître Sassou pour l’émergence.
    Okiemy c’est un fabricant de dictateur mais pas un communicant.

  11. Milongo Mia Ngandi dit :

    Vous avez dit Maître des Conférences? On le lui accorde! Mais dire qu’aujourd’hui « on peut partir de Pointe-noire jusqu’au Cameroun par l’autoroute P/N en passant par Brazzaville jusqu’au nord du pays »n’est pas vraiment faire preuve d’ignorance intellectuelle? Un maître de conférences qui ne sait pas ce que c’est une autoroute! Alors qu’il a vécu en France? Il a raconté beaucoup de bobards sur Africa 24 où il explique le bilan élogieux de maître Sassou pour l’émergence.
    Okiemy c’est un fabricant de dictateur mais pas un communicant.

  12. O mon dieu ! une bonne nouvelle pour Okeimy il va enfin être débarrasser de Claudia sassou son ministre de tutelle ! okeimy docteur en droit et avocat dirigé par Claudia sassou titulaire d’un CAP en hôtellerie obtenu à londres ! Mais okeimy pour avoir laisser entendre plein d’âneries , du coup il met en cause ses diplômes , car le boucher d’Oyo (Dénis sassou) en à sali plein des cadres , comme jean louis BAKADIO, koussou Mavoungou, placide Moudoudou ou encore GILBERT Odongo qui est devenu un véritable mafieux .

  13. Mamapouya dit :

    Okiemy fait plutôt pitié. A entendre les âneries qu’il raconte sur Africa 24, on se posera la question de savoir s’il est encore normal psychologiquement. Il dit par exemple je cite:  » C’était une opération de police, Il n’y a jamais eu l’armée au domicile de Tsourou, ni de chars mais des policiers et un hélico pour les renseignements ». J’ai peur qu’il perde toutes ses facultés à force de mentir à longueur des journées sur des antennes internationales. Quelle honte!!!!!!!

  14. kinzounga dit :

    Aux dernières nouvelles Okiemy aurait déjà fait rapatrier ses rejetons en France depuis le début de cette année.

  15. Humanité dit :

    Okiémi est peut être un psychotique, c’est à dire un individu souffrant de troubles mentaux qui altèrent profondément sa personnalité dans son ensemble, et dans lesquels le malade qu’il est n’est pas conscient du caractère morbide de son état.

  16. Ndamba dit :

    Okiémi parle dans la panique et ne raconte que des bétises, des mensonges. En tout cas Okiémi n’a dit que de n’ importe quoi pour répondre aux questions du journaliste sur les crimes de sang et économiques du régime sanguinaire Sassou Nguesso .Il s’est livré tout étourdi et avec une agressivité à peine voilée dans des réponses maladroites en usant un mensonge qui ne trompe personne: « La police nationale congolaise au sol est rentrée en action pour anéantir cette milice, cette rébellion qui portait atteinte à la quiétude des citoyens congolais ». Personne n’ a jamais parlé des méfaits de cette milice à Brazzaville. « On ne juge une affaire qu’une seule fois. Les mêmes faits ne peuvent pas donner lieu à un procès deux fois, C’est ça la règle du droit ». Quel cet homme qui est ministre et qui se vante etre aussi juriste et qui n’arrive à voir , qu’ on ne peut accepter la parodie de procès de Brazzaville qui n’ a pas mis la lumière sur les circonstances exactes de la disparition et les gens accusés ont été tous acquittés après quelques jours de procès dans une affaire de crime contre l’humanité? Monsieur le juriste- ministre. Puisque le procès de Brazzaville n’ a été comment peut’on accorder credit à une farce judiciaire . Il va donc par voie de conséquence, tout à fait logique dans un droit le plus légitime; que la » poursuite effective de l’instruction en France et le renvoi des auteurs de ces crimes devant la Cour d’assises compétente, en application du principe de compétence extra-territoriale, encore récemment réaffirmé par la Cour européenne des droits de l’Homme, tienne lieu ». Cela n’est que la simple logique des choses. Okiémi avance que Ntsourou se porte bien. Or  » le Colonel Marcel Ntsourou est blessé par balle dans sa cellule à la maison d’arrêt de Brazzaville ». Commment peut ‘il se porter bien avec une balle dans le corps et qu’on lui refuse même d’avoir accès aux soins? Pourquoi la femme et la fille de Ntsourou de 16 ans sont ‘elles aussi toujours gardées en prison au delà de la limite de garde à vue dans un pays qui se dit un pays de droit et où la police de Sassou kidnappe les familles de syndicalistes en grève? Le Congo-Brazzaville a signé la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, un traité adopté par l’assemblée générale des Nations Unies le 10 décembre 1984.Or avec le cas de Ntsourou le monde peut d’avantage voir à quel point les droits de l’homme sont malmenée et les prisonniers maltraités dans le régime Sassou Nguesso.Okomi dit que « la police congolaise est intervenue elle seule, l’armée congolaise n’est jamais intervenue, il n’y a jamais eu des chars » lors de l’opération qui a conduit à l’arrestation du colonel Ntsourou. » « le colonel Marcel Ntourou avait en sa possession des armes lourdes qui ont permis, malheureusement la mort des policiers ». Comment raconter de tels fait alors comme un imbécile alors que touts les faits et témoignages sont réunis pour refuter en bloc toutes ces déclarations éhontées. Pourquoi ces armes soit disant lourdes n’ont jamais été alors que la modique somme de 210000CfA a été honteusement exibée, Ntsourou menotté et filmé par des militaires en tenue? Tout le monde se souvient encore des déclarations contradictoires, de « la légereté avec laquelle le gouvernement a géré la communication sur l’assaut contre le domicile de Marcel Ntsourou. Tout de suite après la fin de l’opération, des images de la maison Marcel Ntsourou ainsi que celles des cadavres circulaient sur les réseaux sociaux. » « Le clan de M. Sassou a déjà utilisé la théorie de « l’opération de police » il n’y pas si longtemps quand il a voulu s’en prendre à Maître Mbemba. Au milieu de l’année 2013 des véhicules militaires ont encerclé sa résidence. Dans quel but ? Le tuer, l’enlever ? Nul ne sait. ». Ntsourou vivait dans un camp militaire, à deux pas de la résidence du chef d’état-major général de l’armée. Comment pouvait’il, dans ces conditions, entretenir chez lui, pendant des mois, une centaine d’hommes armés ? » Tout cela n’est pas du tout sérieux et l’est moins surtout quand Okiémi répond que « la police ne contrôlait pas les gens qui allaient chez. Et celà est bien ainsi ». où en sommes nous alors? Le monde le sait que le carnage du 16 décembre à brazzaville est un crime contre l’ humanité. « Comment Sassou Nguesso et sa clique peuvent’ ils justifier l’ utilisation déporportionnée de l’arme lourde, le 16 décembre à brazzaville ; dans une localité  » où les souvenirs et les traumatismes psychologiques des guerres successives antérieures sont encore vivaces au sein de la population civile? Gouverner , faire la politique, c’est prévoir, avoir recours aux négociations, aux consensus et aux réconciliations. » Denis Sassou Nguesso, qui est par ailleurs médiateur dans la crise politique en RCA et l’un des facilitateurs du conflit à l’Est de la RDC entre le pouvoir du président Kabila et la rébellion du M 23, devrait choisir la bonne porte qui le ferait rentrer dans l’histoire des grands hommes du 21e siècle. Le dialogue, toujours le dialogue, pour laver le linge sale en famille. »(Ghys Fortuné DOMBE BEMBA /le 08.12. 2013) http://www.zenga-mambu.com/fiche.php?id=4137. L’utilisation des armes lourdes de guerre contre la maison de Ntsourou est fermement à condamner. » Le monde entier doit condamner les exécutions sommaires,la politique de terreur et d’ intimidation pratiquée par le dictateur génocidaire Sassou Nguesso et sa clique au Congo. L’ intervention musclée du 16 décembre n’ a été « qu’une manière de faire disparaitre la part de vérité du colonel Ntsourou sur l’affaire des disparus du Beach et d’autres telles que celle des massacres du Pool » tout en envoyant un signal contre toute velléité de désobéissance face au projet de changement de la constitution qui puisse permettre à Soussou Nguesso et sa clique de se maintenir au pouvoir. Contrairement à ce qui a été avancé par le pouvoir moribond, il n’ y avait pas d’ armes lourdes, ni de milice chez Ntsourou.Les images montrées attestent d’ailleurs, car Il n’ y avait par ailleurs pas d’armes du tout visibles près des corps des morts déchiquetés qui gisaient dans des mares de sang. Et les dites armes ne pouvaient guère etre exibées par les forces gouvernementales.Le rôle du président de la République est de veiller au respect de la Constitution, protéger les intérêts du peuple,garantir l’indépendance du pays,incarner l’unité nationale. Face à ces devoirs et responsabilités, Sassou Nguesso le complice de l’attentat du DC 10 d’UTA en 1989, brille pour le non respect de la constitution et la loi en géneral. Sassou Nguesso est « un génocidaire, criminel-président qui est la cause de la divisions ouverte entre les populations du Nord et celle du Sud au Congo-Brazzaville.Il a fait du congo sa propriété privée.(voir le problème des biens mal acquis). La politique de terreur et d’ intimidation,la paix des cimetières sont d’ailleurs le caractère inique et cruel du pouvoir satanique, criminel, maçonnique de Sassou Nguesso depuis de la fin des années 60 n’est plus à tolérer. Il ne faut plus nullement donner l’ occasion à Sassou Nguesso de continuer à nous repeter le scénario de l’année 1977 qui occasionné les assassinats de  » deux présidents de la république et d’ un cardinal: Marien Ngouabi et Massamba Débat, Emile Biayenda en 1977, suivis d’exécutions sommaires au petit matin, de procès de farce liés à ces assassinats’’. Pendant le génocide dans la région du Pool, organisés par lui, Sassou Nguesso « a introduit des armées étrangères au Congo-Brazzaville, dont l’armée angolaise, l’armée tchadienne, l’armée rwandaise et l’armée de Mobutu » pour semer la mort la désolation à une partie du peuple dont il prit la charge de dirigé. Il a ensuite organisé les tueries du beach. Il a lui-même commandé l’assaut contre la résidence du colonel Ntsourou et les explotion de Mpila au départ. »Sassou Nguesso, ses enfants et sa clique volent sans moindre retenue l’argent des congolais et mènent une vie d’opulence pendant que les populations croupissent dans la misère grandissante. L’argent qui aurait servi au peuple congolais sert à corrupre de chefs d’Etats africains, médias panafricain, et à quelques « juristes » pour l’aider à faire modifier la disposition constitutionnelle qui l’empêche de se représenter ». Les conditions sont réunis pour que les congolais s’ unissent comme un bloc à oeuvrer pour la liberération. Il n’ y a pas question d’attendre naivement l’année 2016. Sassou Nguesso, sa famille, clique méritent normalement d’ être sans retard poursuivi devant les tribunaux pour trahison et crimes contre l’humanité. Les Congolais, le monde doivent se mobiliser pour la libération du colonel ntsourou, de sa famille et de tous ces gens,jeunes incarcerés et sans cesse torturés.Les Congolais, les citoyens du monde doivent se mobiliser pour la libération du colonel ntsourou, de sa famille et de tous ces gens incarcerés ainsi que de tous les prisonniers politique du Congo. Le monde exige que la lumière sot faite sur l’affaire des disparus du beach, de l’explosion de Mpila.Ntsourou doit ensuite se livrer à faire s apart de vérité devant le tribunal internal dans le problème des disparus du beach et de la guerre du Pool. Congolais! Réveillons-vous, relevez le challenge en mettant sans attendre, le dictateur et sa clique, sa famille impliqée comme lui dans les biens mal acquis et tout son système hors état de nuire.Ne continuez pas à vivre dans la peur, dans le regret et dans la misère galoppante

  17. Anonyme dit :

    Cet idiot qui ne peux même pas expliquer ni régler le problème^me de Radio Pointe-Noire qui est en panne depuis un mois? Un incompétent gros comme ça…

Laisser un commentaire