Sapologie: la vanité de la jeunesse congolaise. Par OLIVIER MOUEBARA

Les sapeurs congolais

Les sapeurs congolais

Alors que la jeunesse de certains pays africains se bat et se mobilise pour dessiner son avenir, celle du Congo-Brazzaville se perd dans « le cul-de-sac » de la « sapologie ».

Néologisme incongru, ce phénomène de la « sapologie » met en lumière la vanité de la jeunesse congolaise. Inoccupée, abandonnée à la débrouille et à elle-même, manquant de formation et de qualification professionnelle, elle pense combler le vide et s’occuper à travers la « sapologie ».

Faute d’écoles et de structures universitaires adéquates, la jeunesse congolaise est livrée à elle-même. L’éducation, comme socle de repères et de développement d’un pays est loin d’être la priorité du dictateur congolais depuis trente quatre ans.

S’occupant comme elle peut, la jeunesse congolaise croit trouver son salut dans la voie sans issue de la « sapologie ».

Incapable de prendre son destin en main, la jeunesse congolaise est spectatrice de son sacrifice.

Un pays sans éducation est un pays sans avenir. Fidèle à sa stratégie de sape, c’est-à-dire de destruction massive, le dictateur Sassou-Nguesso pense s’occuper de la jeunesse congolaise en conviant les « sapologues » à des manifestations publiques.

Sans gêne, Sassou-Nguesso, le monstre froid, prend du plaisir devant les délégations étrangères en regardant une jeunesse qui, faute d’avenir, met en avant le prêt-à-porter vestimentaire conçu par d’autres, alors qu’il n’existe aucun styliste congolais sur les places dites de Paris ou de Londres.SAPE2

A l’heure des nouvelles technologies de l’information, combien de jeunes congolais maîtrisent ces nouveaux outils ? Quel est l’apport de la « sapologie » dans le développement et le progrès du pays?

Depuis le coup d’Etat du dictateur Sassou-Nguesso le 5 février 1979, les problèmes de l’éducation, de l’emploi et de la formation se posent avec beaucoup de préoccupation au Congo.

La médiocrité de la qualité de l’enseignement dispensé, les effectifs pléthoriques à tous les niveaux du système scolaire, le découragement des enseignants, masquent un chômage qui frappe de plein fouet la majorité des jeunes en âge de travailler.

Le manque de débouchés pour les étudiants en fin de formation est une réalité quotidienne. Les prétendues difficultés économiques (alors que Sassou-Nguesso a fait un prêt de 25 milliards de francs CFA à la Centrafrique), liées au désintérêt de la classe politique congolaise de donner une perspective à la jeunesse, ne font qu’aggraver cette errance de la jeunesse congolaise dans la « sapologie ».

Les perspectives d’éducation, de formation et d’emploi de la jeunesse congolaise demeurent à la fois sombres et utopiques. L’éducation est au centre de toute problématique de développement d’un pays.

L’immaturité de la jeunesse congolaise est étonnante. Elle laisse aux incompétents et aux criminels de les tuer à petit feu. Sous perfusion, la jeunesse congolaise reste dans les gradins, laissant à d’autres le soin de jouer une pièce de théâtre dont le scénario est écrit par un dictateur.

Jadis phénomène festif, la « sapologie » a été magistralement récupérée par les pontes du PCT. Quel crédit peut-on accorder à un gouvernement qui récupère ce phénomène pour étouffer et divertir la jeunesse ?

A elle de comprendre que ceux qui ont emprunté ce cul-de-sac de la « sapologie » ne vivent que d’expédients aujourd’hui. Le 21eme siècle étant celui de la connaissance, il n’y a guère de place pour la légèreté.

La jeunesse congolaise devrait lutter pour donner du sens à son avenir. Généralement au Congo, lorsque le lettré a obtenu un diplôme, il croit qu »il sait tout. Mais, plus nous serons cultivés et formés, plus nous pourrons aider notre pays à se libérer de la mainmise familiale et clanique d’Oyo.

La récupération de la « sapologie » par le dictateur Sassou-Nguesso est une manoeuvre pour maintenir la jeunesse congolaise dans l’obscurantisme. L’intelligence serait pour les « sapologues », de lier la « sapologie » à l’éducation et à la formation. Sans une jeunesse bien formée, point de relève crédible.

Il est temps que la jeunesse congolaise se ressaisisse. Ses enjeux ne devraient pas se focaliser sur la « sapologie ». « S’il vaut mieux gâcher sa jeunesse que de n’en rien faire du tout », « la jeunesse est une ivresse continuelle: c’est la fièvre de la raison ».

Olivier Mouebara

Diffusé le 26 janvier 2014, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Sapologie: la vanité de la jeunesse congolaise. Par OLIVIER MOUEBARA

  1. Finalement , sassou est un poison pour la population congolaise, cette photo illustre bien la réalité du pays ,comment les gens peuvent vivre dans les poubelles ? sassou pour créer une grande zizanie dans le pays , il finance la sapologie et maintenant va accueillir la plus grande mosquée de l’Afrique afin d’islamisé les jeunes congolais , voilà le programme d’enfer de ce diable!

  2. BB93 dit :

    Bel article,merci pour cette leçon de morale pour notre jeunesse dans l’obscurantisme.

  3. le fils du pays dit :

    Une pure verite de la part de notre compatriote Muebara.Je lance une fois de plus un appel aux vrais militaires Congolais de déposer le destructeur infatigable du Congo et faire le menage a fond du système diabolique de la fripouille d’edou ainsi que l’ensemble de la haute société mafieuse et corrompue qui possède le pays.Seul salut pour le partage equitable des richesses du pays,le bien être du peuple Congo et le progrès.

  4. Nj. dit :

    « Convoqué à la gendarmerie dans l’affaire Ntsourou, le capitaire SAH Raphaël (Mbela ntsié) a finalement été arrêté.Arrestation du colonel Kombeli, ex DAF de la gendarmerie, actuel DAF de l’armée de l’air et du sergent Ngoubili Fabrice. On peut lire sur Zenga Mambu. Quel est le motif de tant d’arrestation? La violence politique, l’ordre armée, la repression demeurent le mode opératoire du pouvoir du Congo Brazzaville qui ne cesse plus de multiplier des arrestations arbitraires, des interdictions de voyages et des enlevements. L’attaque du domicile du colonel Marcel Ntsourou, le lundi 16 décembre 2013 à Brazzaville par les pouvoirs publics avec des armes lourdes; chars et hélicoptères de combat est une violation fraglante de la loi internationale. Le carnage qui s’est suivie est un crime contre l’huminité. Les évenéments , témoignent une fois de plus que le Congo est dirigé par un président fou, génocidaire associé à une bande d’officiers, clique aussi criminelle et sanguinaire. Contrairement à la thèse avancée, il n’ y avait pas de milice ni d’armes lourdes dans le domicile de Ntsourou situé d’ailleurs dans le camp militaire. Les gens bestialement tués et filmés pour la premiére fois sans arme ni á côté ou á la main le témoigne sans ambiguïté. Les personnes tuées étaient dans la quasi majorité des pauvres civils désarmés. Les soit disant armes lourdes n’ont jamais été trouvées et exibées sur le champ comme on l’avait fait pour la modique somme de 210000FCFa retirés de la poche de Ntsourou. Sassou Nguesso avait tout à gagner et rien n’ à perdre réglant le déssacord par le dialogue et non par la force déporpotionnée des armes qui a pris des allures d’une guerre. Quand on est pas capable de mesurer les répercussion néfastes que provoque une telle action, surtout à Brazzaville, au Congo, on est pas du tout digne de faire la politique. Le nouveau attaque a provoqué effectivement, une panique géneralisée au sein de la population sans oublier les dégâts collatéraux que tout cela a de nouveau engendré. Comme cela avait déjà été signalé par certains esprits avertis, en se refererant à l’interdiction faite » aux avocats de rendre visite aux membres de la famille Ntsourou à la maison d’arrêt, à certains journalistes de presse libre, à certains opposants de voyager à l’étranger, dès les premiers jours, la stratégie du pouvoir de Brazzaville est de toujours renforcer son »caractère inique et cruel du pouvoir  » et exploiter honteusement l’affaire à son profit. Notons que Sassou Nguesso a lui-même commandé l’assaut contre la résidence du colonel Ntsourou. Avec les arrestations arbitraires, enlevements qui s’oppèrent effectivement à tour de bras. le dit pouvoir veut se faire passer comme garant de la paix et stabilité afin de trouver un motif pour garder les reines pouvoir. Ce dit pouvoir connecte certes encore une nouvelle guerre contre les habitants de certaines régions. Le Congo risque de revivre une fois encore la même chose vaicue après l’assassinat du président Marien Ngouabi en 1977, la guerre de Brazzaville en 1997 de 1999 à 2003 dans les régions Pool, Bouenza, Lekoumou, Niari en passant par le problème du Beach, tous provoqués par Sassou Nguesso et ses hommes de main. En tout cela, le dictateur,Hitler de l’afrique, multipliera ce genre d’intimidations dans le pays pour renvoyer les élections sine die ». Face à tout ce scénario, le peuple congolais et la communauté internationale doivent ils encore laisser le nommé dictateur assouvir sa soif de tuer, terroriser, intimider, menacer la paix réelle et conserver le pouvoir et à s’y maintenir par la force des armes. tout en continuant à voler les richesse du Congo? Les Congolais s’enfoncent de plus en plus dans la précarité absolue. Les villes du Congo sont très sales et manquent de structures de tout genre. Sassou Nguesso, le président auto proclamé et homme peu instruit mais très assoiffé du pouvoir, ne pense qu’à se maintenir par tous les moyens brutals au pouvoir. »l’argent qui aurait servi au peuple congolais sert de pompe à corruption au syndicat de chefs d’Etats africains, les mouvements en conflit en République de la république Centrafricaine ainsi que « juristes », média pour l’aider à faire modifier la disposition constitutionnelle qui l’empêche de se représenter.Sassou Nguesso a lui-même commandé l’assaut contre la résidence du colonel Ntsourou. « Une bonne partie des financements des éléments de la Séléka proviennent de Sassou Nguesso qui vole l’argent du peuple du Congo-Brazzaville. »Sassou Nguesso, le co responsable de l’attentat du DC 10 d’UTA en 1989, qui a introduit des armées étrangères au Congo-Brazzaville, pendant et après la guerre 1997, dont l’armée angolaise, l’armée tchadienne, l’armée rwandaise et l’armée de Mobutu sait que ce n’est qu’une question de temps.En effet, « les membres des forces de sécurité, en particulier les Cobras, la police nationale, ont procédé à de nombreuses exécutions extrajudiciaires depuis l’arrivée au pouvoir, en octobre 1997, du président Denis Sassou-Nguesso ». Toutes ces pratiques et cette politique qui avait permit à Sassou Nguesso de créer et financer en sécret la milice Ninja de Ntoumou pour légimer les carnages dans la région du Pool ont certes changé. La guerre gratuite du Pool avec les » Actions Pilonnage , bombardement, empoisonnement des sources d’eau dans certaines localités » par exemple ont fini, mais cela ne veut pas dire que la haine de Sassou Nguesso et sa clique contre certaines éthnies, régions ni la répression des libertés et impunité des violations des droits humains ont cessé au Congo Brazzaville mal gouverné par Sassou Nguesso. Les violations fraglantes des Droits de l’Homme sont encore à l’ordre du jour au Congo. La dictature continue allégrement sa marche au Congo. Entre autres, il ya pas encore de paix véritable au Congo ca Sassou Nguesso n’en veulent pas pour ne pas perdre leur pouvoir. La guerre persiste encore aujourd’hui sous une autre forme avec Sassou Nguesso au Congo. Les preuves sont sans cesse tangibles. Il ne reste qu’une choses pour une véritable stabilité: paix, développement et développement au Congo.Sassou Nguesso et sa clique doivent payer tout le mal fait aux congolais. Les responsables des génocides et des vols immences des biens mal acquis sont à déférés à la cour penale internationale. Peuple, travailleurs Congolais! Unissez vous sans plus attendre; comme un bloc pour une grève générale, une désobeisance civile pour mettre pacifiquement fin à la dictature, régime sanguinaire de Sassou Nguesso, le criminel-président qui est la cause de la divisions ouverte entre les populations du Nord et celle du Sud au Congo-Brazzaville. Le Congo n’a plus besoin de guerres à répétion, de disparus de Beach, des tueries tribales de décembre 1998 dans les quartiers sud de Brazzaville, de génocide dans la région du Pool, de tuerie du 16 Decembre, de l’explosion Mpila, tueries du 4 Mars,les arrestations arbitraires, enlevements.Sassou Nguesso qui avait commencé ses forfaits « en tant que chef de police secrète de Ngouabi, qui avait fait arrêter l’ opposant de Mobutu, en la personne de Mulélé, qui était à l’origine des fiches cruelles sur Mulélé pour que finalement, au cours de cette même année de 1968,Ngouabi,le tout nouveau président , venu au pouvoir par la force, ait intimé l’ordre à son premier ministre de bien vouloir négocier son rapatriement à Kinshsa puis tué par Mobutu » doit à tout prix pas se maintenir au pouvoir. Il est temps de mettre un terme une fois pour toute fin au system Sassou Nguesso pour notre liberté, bien fondé et l’avenir de tous nos enfants au Congo.

  5. GUY-FERNAND LOULENDO dit :

    Cette analyse, pertinente et intelligente rejoint ce que j’ai toujours pensé du soutien à coup de FCFA du pouvoir de BZV à la sapologie. C’ est triste que certains sapologues pourtant instruits se laissent aller à cette manipulation grotesque.

  6. xxx dit :

    Tres interessant comme article , pour un bon entendeur…………., salut

  7. William dit :

    C’est la, tout le contraste : soutien (hypocrite) a coup de CFA de la sapologie alors que l’un de ses plus celebres representants, Rapha BOUNDZEKI, trouve la mort (but recherche), faute de soutien (reel) et victime d’escroquerie etatique organisee avec pour agents d’execution, le BCDA et l’ANAC.

  8. Matière grise dit :

    JE PENSE QU’A Y A UN DÉTERMINISME NATUREL A LA LIBERTÉ. LES AFRICAINS PAR EXEMPLE SONT PRÉDISPOSÉS GÉNÉTIQUEMENT A LA SOUMISSION, A LA HONTE ET AU DÉSHONNEUR PARRAINE.

    CES PRÉDISPOSITIONS, VOUS NE LES RENCONTREREZ RAREMENT CHEZ LES BLANCS, ASIATIQUES ET LES ARABES… CET UN ÉTAT D’ESPRIT DES ÊTRES LIBRES ET PROPRE A CES GROUPES ETHNIQUES…

    Si la liberté est l’absence de toute règle et de toute contrainte, alors l’animal est libre. Mais ce raisonnement n’a qu’une apparence de vérité: le comportement d’un animal est en fait dicté par son instinct, de sorte que l’animal ne peut pas s’empêcher d’agir comme il agit.

    L’instinct commande, l’animal obéit : loin d’être le modèle de la liberté, l’animal est l’incarnation d’une totale servitude à la nature. On ne peut parler de liberté que pour un être qui s’est affranchi du déterminisme naturel.

    UN ANCIEN MEMBRE DE LA DIASPORA TUNISIENNE DE FRANCE – DEVENU PRÉSIDENT DE TRANSITION, ET MALGRÉ LES REMOUS POLITIQUES, IL A CONDUIT PAS A PAS LA TUNISIE VERS LA VOIX LIBRE OU VERS UN PAYS LIBRE.

    DEMAIN OU DES 2015 A 2050, NOMBREUX SONT LES AFRICAINS ENCHAINÉS PAR LEUR PROPRE DICTATEUR QUI VIENDRONT TROUVER REFUGE CONTRE CES DICTATEURS EN TERRE TUNISIENNE LIBRE.

    La Tunisie a un nouveau gouvernement formé et une nouvelle Constitution !

    La nouvelle Constitution tunisienne a été adoptée tard dimanche, un moment historique pour le berceau du printemps arabe auquel s’ajoute la formation d’un gouvernement appelé à sortir le pays d’une profonde crise politique et à organiser des élections dans l’année.

    L’Assemblée nationale constituante (ANC) a approuvé cette loi fondamentale à une majorité écrasante de 200 voix pour, 12 contre et 4 abstentions, dépassant largement la majorité nécessaire de 145 votes.

  9. le fils du pays dit :

    J’attends la reaction des vrais militaires congolais pour déloger l’idiot d’edou.Mettez fin a la mafia de la fripouille d’edou.Reagissez avec la force brute et faites le nettoyage de ce système inique a fond.Ne perdez plus le temps dans les discours stériles et une passivité d’autre age.Allez y les gars.Faites tomber l’homme le plus idiot du Congo

  10. fleuve congo dit :

    IL N’Y A PAS QUE LA SAPE. LE GOUVERNEMENT CONGOLAIS ORGANISE UN CONCERT DE KOFFI OLOMIDE AUX TARIFS PROHIBITIFS BDE 150.000, 100.000 ET 50.000 F CFA CE 1er FEVRIER 2014 A BRAZZAVILLE. 150.000 F CFA (228 euros),EST LA SOLDE D’UN MEDECIN STAGIAIRE AU CONGO..
    CE N’EST PAS UN ACTE DE FOLIE QUE DE METTRE DES ANNONCES DE GENRE DANS CETTE VILLE AUX EGOUTS DEBORDANTS, PLEINE DE MOUSTIQUES ET DANS LAQUELLE ON RAMASSE LES MATIERES FECALES AVEC LES MAINS LORSQUE L’ON NE LES PARQUE PAS AU COIN DES PARCELLES A DEFAUT DE LES JETER DANS LA RUE COMMUNE.
    VOUS VOYEZ BIEN QUE CE BAL NE S’ADRESSE QU’A UN PUBLIC DONNE.
    EST CE QUE A KINSHASA CE TORDU PEUT SE PERMETTRE UN TEL LUXE OU COURAGE?

  11. MONGO BETI dit :

    Excusez moi pour le hors-sujet, je n’ai pas pu résister à vous le faire partager:

    Top 10 des dix pays dont les populations sont le mieux nourries :

    1- Afrique du Sud
    2-Ghana
    3-Egypte
    4-Algérie
    5-Tunisie
    6-Lybie
    7-Maroc
    8-Gabon
    9-Mali
    10-Bénin

    10 pays avec les taux de malnutrition les plus élevés :

    1-Burundi
    2-Erythrée
    3-Zambie
    4-Éthiopie
    5-Mozambique
    6-Tanzanie
    7-République du Congo: taux de malnutrition 37,4%
    8-Ouganda
    9-Namibie
    10-Madagascar
    Source jeune Afrique.fr (28/01/2014)

    A noter:

    Parmi les pays où les populations sont les mieux nourries, il y en a qui ont un PIB par habitant moins élevé que celui du Congo(3757 dollars).
    C’est le cas du Bénin (752 dollars), du Mali (694 dollars), du Maroc (2902 dollars), du Ghana (1605 dollars)….

    Cherchez alors l’erreur.

    A méditer par tous les congolais. Quelques fois, les chiffres parlent plus que tous les discours.

  12. Anonyme dit :

    au Congo ! quand il s’agit de construire des infrastructures on le fait au nord, quand il s’agit d’un hôpital de 600 lit on le fait à oyo, quand il s’agit d’envoyer des étudiants à cuba on prends 450 enfants bochis sur les 500 boursiers. on veut construire un CHU,un stade,une université, une radiotélé, on va au nord de brazza kintélé. mais quand c’est pour mettre une mosquée le plus grand d’Afrique on le met à bacongo.la fibre optique est arrivée à oyo on attends bientôt la pipeline qui amène le pétrole de pointe noire à oyo coût : 500 millions de dollars;
    ils ont nommé à l’ambassade du Congo à paris du consul, attaché militaire adjoint,premier conseiller,payeur à l’ogiesc que des mbochis.
    mais pour la sapologie on vient distraire les laris et ils sont contents :
    QUI EST TRIBALISTE ????????? divisons le pays et qu’on nous fiche la paix avec l’unité nationale

  13. Abd alHadi dit :

    Non seulement c’est un divertissement mais en plus leur inspiration est puisée dans le style vestimentaire des colons qui les ont réduits a l’esclavage… Vraiment pas de quoi en être fiers!

Laisser un commentaire