Biens Mal Acquis: le dictateur Sassou Nguesso courtise l’avocat de François Hollande

 

sassou-hollande

L’Afrique, eldorado des avocats français

Pour La Lettre du Continent, publication bimensuelle consacrée à l’espace subsaharien, ils sont les « marabouts blancs en robe noire du village franco-africain » : une escouade d’avocats hexagonaux, parisiens pour la plupart, familiers des discrets allers-retours en classe affaires entre Roissy et Abidjan, Libreville, Brazzaville ou Malabo. C’est à eux que les potentats ivoirien, gabonais, congolais et équato-guinéen ainsi que leurs disciples, alliés d’hier ou opposants d’aujourd’hui, confient la défense de leurs intérêts, dans les prétoires africains et sur les bords de Seine. Voire plus si affinités.

Ces « afro-ténors » du barreau, autant jalousés par leurs pairs que vilipendés par les puristes des droits de l’homme, bichonnent cette clientèle hors norme. Grâce à elle, nos plaideurs tropicalisés tutoient le pouvoir et l’argent, tâtent des secrets d’Etat comme des intrigues de palais, dopent leur aura ou soignent un ego endolori. Et ils aiment ça.

Certes, eux savent bien pourquoi les timoniers du défunt « pré carré » francophone d’Afrique leur font les yeux doux. Bien sûr, la langue, l’histoire et la culture communes, la parenté d’institutions et d’outils juridiques amplement calqués sur ceux de l’ancienne puissance coloniale, ne sont pas étrangères à leur pouvoir de séduction. Bien sûr, comme le résume crûment un avocat, « les membres de la nomenklatura trouvent plus chic d’être conseillés par un Français, si possible un bâtonnier ou une star du barreau parisien, que par un Africain, d’autant qu’ils sont tout le temps fourrés à Paris… »

Mais, avant tout, les robes noires sont jaugées à l’aune de leur capacité d’influence, réelle ou supposée, de leur proximité avec les puissants et de l’épaisseur d’un carnet d’adresses bonifié, le cas échéant, par les amitiés franc-maçonnes. « Certains dirigeants africains ont encore du mal à comprendre qu’il n’est pas possible, en France, de museler la presse et de stopper les juges », raille Me Patrick Maisonneuve, hier conseil de l’Etat gabonais.

Son confrère Jean-Paul Benoit, ancien haut fonctionnaire devenu avocat en 2004, peut se prévaloir du profil idéal et d’un CV en or massif – vu de Brazza ou de Malabo : il a servi, en qualité de directeur de cabinet, deux ministres de la Coopération sous l’ère giscardienne et présidé la Maison de l’Afrique ; il est secrétaire national du Parti radical de gauche chargé des affaires internationales et parlementaire européen honoraire. « Certains pensent que je pourrais même les aider à décrocher des subventions à Bruxelles, remarque-t-il. Un avocat, c’est multiservice en Afrique… »

Jean-Pierre Mignard est un des tenor du barreau parisien et ami du président Hollande

Jean-Pierre Mignard est un des tenor du barreau parisien et ami du président Hollande

Aujourd’hui, ce septuagénaire qui imite à la perfection feu le patriarche gabonais Omar Bongo défend l’Etat ivoirien et un ancien ministre camerounais, en tandem avec Me Jean-Pierre Mignard, ami intime de François Hollande. Il ne se leurre pas quant aux attentes de ses commanditaires potentiels : « On m’approche pour mes bonnes relations avec le gouvernement actuel, pas parce que je suis le meilleur de Paris. Si j’ai été contacté par la Guinée équatoriale et si Denis Sassou-Nguesso [NDLR : le président congolais] veut me voir, c’est parce que les uns et les autres me croient capable de les tirer du guêpier des BMA… »

BMA. Trois lettres pour un dossier judiciaire, celui des biens mal acquis, qui donne de l’urticaire à l’entourage des chefs d’Etat visés par cette instruction ouverte à Paris en décembre 2010. Denis Sassou-Nguesso, l’Equato-Guinéen Teodoro Obiang et les héritiers d’Omar Bongo sont suspectés d’avoir puisé dans les deniers de leurs pays respectifs pour amasser, en France, un impressionnant patrimoine mobilier et immobilier.

L’affaire, qui a enflammé la cote des pénalistes français, mobilise aujourd’hui une bonne douzaine d’entre eux. Et aiguise les appétits. Me Francis Szpiner ne s’en cache pas : « Je rentrerais volontiers dans le dossier des BMA », lâche l’ex-conseil de Sa Majesté Impériale Bokassa Ier, empereur centrafricain déchu puis défunt, qui défend désormais le Djiboutien Ismaïl Omar Guelleh. Lire la suite…

Hollande, Sassou Nguesso : rires à Bruxelles ! Par RIGOBERT OSSEBI

Ce contenu a été publié dans Actualités, Actualités du Congo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

22 réponses à Biens Mal Acquis: le dictateur Sassou Nguesso courtise l’avocat de François Hollande

  1. Dieudos Eyoka dit :

    Sassou ne se contente pas avec NOTRE argent d’acheter les grands avocats en France, il achète tout ce qui est proche du pouvoir. Sassou a Stéphane Fouks, grand communicant patron de Havas qui appartient à Bolloré, qui se charge de sa bonne image dans le monde entier. Stéphane Fouks est un ami intime de Manuel Valls nouveau premier ministre de la France.

    Je me souviens avoir vu Francis Szpiner, avocat dont il est question dans l’article, avec quelques-uns de ses confrères passer dans le bureau de Mathias Dzon alors ministre des finances de Sassou pour se faire payer leurs factures.

    Pendant ce temps là pas d’eau, pas d’électricité et la misère pour presque tous sauf sa famille !

  2. L’adage qui dit : un bien mal acquis ne profite jamais s’applique bien à nos kleptomanes de gouvernants. Qu’ils s’accoquinent aujourd’hui avec les avocats aux carnets d’adresses remplis prouve à suffisance qu’ils ont enfin compris le BABA du droit privé international qui régit le genre de galère dans laquelle ils se trouvent maintenant.

    Depuis le début de cette affaire, je me demandais pourquoi ces kleptomanes s’évertuaient à dire que les biens qu’ils avaient mal acquis en France ne concernaient pas la justice française. D’une chose l’une soit ils sont vraiment imperméables à la logique soit ils sont tellement naïfs pour croire les avocats qui leur disaient que ces affaires ne concernaient pas la France. Il y a même un avocat qui disait vouloir attaquer la France devant la Cour International de Justice. Obiang Nguema avait tenté, mais il a échoué royalement ; mais son sangsue d’avocat à empocher des centaines de milliers d’euros là où un étudiant de 2ème année de droit à Marien Ngouabi l’aurait dissuadé de se lancer dans une telle aventure dès lors que la France a des règles de conflit de lois pour trancher les cas de blanchissement d’argent provenant de l’étranger ayant eu lieu sur son territoire.

    Ces affaires de BMA concernent bien la France. L’élément qui justifie l’implication de la France est le fait que les transactions ont eu lieu sur le territoire de ce pays : transactions financières et immobilières. Or, les transactions financières et immobilières obéissent à des lois internes. Vu que l’argent provenait de l’étranger et que les bénéficiaires n’étaient pas des résidents français, il appartenait au droit privé international français de trancher sur ces cas de soupçons de blanchissement d’argent en usant de ses règles de conflit de lois. Et dans le cas d’espèce, on trouve dans le Code monétaire et financier (CMF) français des dispositions traitant du blanchissement d’argent provenant de l’étranger.

    C’est ici que je ne comprends pas ces kleptomanes et que je dis qu’un bien mal acquis vraiment ne profite jamais à son auteur. Malgré cet argent volé, ils n’ont pas pu trouver des conseillers financiers et des gestionnaires de fortune en amont pour leur dire qu’en France et dans plusieurs autres pays il existe des outils de lutte contre le blanchissement d’argent. Ce faisant, ils couraient des risques à venir festoyer en Occident avec l’argent. Au lieu d’organiser des fêtes « touche pas à mon présent», ils feraient mieux d’aller sur le banc de l’école pour apprendre du droit international privé au lieu d’harceler François Hollande. Partant tenter de transformer un litige relevant du droit privé international en droit pénal international. L’affaire des BMA n’oppose nullement l’État français au Congo. C’est une affaire privée qui implique des individus de pays africains et la justice française. Les biens meubles et immeubles achetés avec l’argent volé ne sont pas le fait du Congo en tant que pays, mais bien de quelques individus dont les activités professionnelles ne peuvent expliquer les transactions financières et immobilières enregistrées en leurs noms en France.

    L’article L561-15 du CMF stipule que :

    Section 4 : Obligations de déclaration
    I. – Les personnes mentionnées à l’article L. 561-2 sont tenues, dans les conditions fixées par le présent chapitre, de déclarer au service mentionné à l’article L. 561-23 les sommes inscrites dans leurs livres ou les opérations portant sur des sommes dont elles savent, soupçonnent ou ont de bonnes raisons de soupçonner qu’elles proviennent d’une infraction passible d’une peine privative de liberté supérieure à un an ou participent au financement du terrorisme.

    L’article L561-1 dispose :
    Section 1 : Personnes soumises à une obligation de déclaration au procureur de la République

    Article L561-1
    Les personnes autres que celles mentionnées à l’article L. 561-2 qui, dans l’exercice de leur profession, réalisent, contrôlent ou conseillent des opérations entraînant des mouvements de capitaux, sont tenues de déclarer au procureur de la République les opérations dont elles ont connaissance et qui portent sur des sommes qu’elles savent provenir de l’une des infractions mentionnées à l’article L. 561-15.
    Lorsqu’elles ont fait de bonne foi une telle déclaration, ces personnes bénéficient des dispositions de l’article L. 561-22.

    Les dispositions de l’article L. 574-1 leur sont applicables lorsqu’elles portent à la connaissance du propriétaire de ces sommes ou de l’auteur de ces opérations l’existence de cette déclaration ou donnent des informations sur les suites qui lui ont été réservées.

    Donc ici, on voit bien que les banques, les conseillers financiers et gestionnaires de fortune sont tenus à une obligation de déclaration des mouvements de fonds dont ils soupçonnent l’origine criminelle. Mieux, ils sont tenus aussi à lutter contre le blanchissement d’argent tel l’article 561-2 qui dispose :
    Section 2 : Personnes assujetties aux obligations de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme

    Article L561-2
    Sont assujettis aux obligations prévues par les dispositions des sections 2 à 7 du présent chapitre5° La Banque de France, l’institut d’émission des départements d’outre-mer mentionné à l’article L. 711-2 du présent code et l’institut d’émission d’outre-mer mentionné à l’article L. 712-4 du même code ;
    …….
    6° Les entreprises d’investissement autres que les sociétés de gestion de portefeuille, les personnes mentionnées à l’article L. 440-2, les entreprises de marché mentionnées à l’article L. 421-2, les dépositaires centraux et gestionnaires de systèmes de règlement et de livraison d’instruments financiers, les conseillers en investissements financiers et les intermédiaires habilités mentionnés à l’article L. 211-4, les sociétés de gestion de portefeuille au titre des services d’investissement mentionnés à l’article L. 321-1, ainsi que les sociétés de gestion de portefeuille et les sociétés de gestion au titre de la commercialisation des parts ou actions d’organismes de placement collectif dont elles assurent ou non la gestion ;

    Le CMF enfonce le clou en stipulant en ses articles R561-18 et R561-10 que :
    Article R561-18
    I. ― Le client mentionné au 2° de l’article L. 561-10, qui est exposé à des risques particuliers en raison de ses fonctions, est une personne résidant dans un pays autre que la France et qui exerce ou a cessé d’exercer depuis moins d’un an l’une des fonctions suivantes :
    1° Chef d’Etat, chef de gouvernement, membre d’un gouvernement national ou de la Commission européenne.

    Comme on peut le noter ici, ces kleptomanes sont surveillés. L’exemple de l’Ukraine nous édifie amplement. En date du 28 février 2014, Bercy écrivait ce qui suit aux professionnels de la finance tenus à l’obligation de déclaration des opérations financières louches sur le territoire française.

    «Ukraine : Tracfin appelle à la vigilance – 28/02/2014
    Dans le cadre des événements récents survenus en Ukraine, le ministre de l’Economie et des Finances a demandé à Tracfin, cellule dédiée à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, de lancer un appel à vigilance aux professionnels déclarants»

    Ce que dit Bercy ci-dessus est prévu déjà dans leCMF en son article L561-10 :

    Article L561-10
    Les personnes mentionnées à l’article L. 561-2 appliquent des mesures de vigilance complémentaires à l’égard de leur client, en sus des mesures prévues aux articles L. 561-5 et L. 561-6, lorsque :
    1° Le client ou son représentant légal n’est pas physiquement présent aux fins de l’identification.

    Pour ne pas vous ennuyer avec le CFM et ses différents articles traitant de la lutte contre le blanchissement d’argent, les conseillers de ces kleptomanes savaient à quoi leurs clients devaient s’attendre en festoyant en France avec l’argent volé. Mais ils s’en foutent royalement tant que l’argent des commissions rentre. Quitte à dire que les avocats copins du pouvoir vont les sortir du pétrin des BMA, c’est vraiment prendre leurs rêves pour la réalité.

    Nous sommes dans le droit pur. L’État français n’est aucunement impliqué dans cette affaire. Il faut lire le CMF et les différents livres de droit privé international français pour comprendre que ce n’est pas une affaire relevant du droit pénal international. Ce n’est pas une affaire comme quoi parce que l’Afrique est faible qu’on leur réserve un tel traitement ; même s’il y a beaucoup de chose à dire sur ce système de deux poids, deux mesures comme nous l’atteste le cas ukrainien. Quand leurs kleptomanes volaient et investissaient le fruit de leurs rapines dans les banques occidentales et autres biens immobiliers, il n’y avait pas de problèmes, Mais dès que Poutine a décidé de leur monter qu’il les avait bien suspendues, voilà qu’ils demandent à bloquer les comptes des kleptomanes ukrainiens associés à Ianoukovitch. Et c’est là où il y a hypocrisie.

  3. Kouakou dit :

    Imaginons un seul instant avec des telles sommes volées des caisses du Trésor Public congolais si ce beau monde avait investit dans leur propre pays et créer par exemple des unités de production. Bon, on aurait dit qu’ils ont au moins fait quelque chose et donner du travail a quelques compatriotes. Donc, toutes ses personnes qui volaient l’argent du peuple congolais pour venir le déposer dans les banques occidentales, pensaient vraiment être à l’abri de toutes les tracasseries de la justice française. Ceci n’est plus de la naïveté mais plutôt de l’idiossie. Et après, on court chercher les avocats défendeur prochent du pouvoir de Hollande. La encore, ses avocats prendront ce qu’ils ont a prendre au passage et diront en retour a tous ses voleurs pilleurs de l’Etat congolais que nous ne sommes pas en mesure vous défendre car on ne fait qu’appliquer le droit et rien que le droit. Il paraîtrait qu’à Brazza, il se raconte que ne sachant plus ou mettre l’argent volé, certains dignitaires du pouvoir cachent le magot volé dans des giris et même dans les cimetières. C’est qu’à même fou tout ça. Dans tout ça, c’est le peuple congolais qui est le plus grand perdant à cause de toute cette bande de rapasse cupide et cynique.

  4. diasporien dit :

    Qui vous a dit que pour ces avocats l’argent des présidents africains a une odeur? Ces avocats sont eux aussi des  » bandits » en col blanc et pour avoir une vie de cac40 ils se font passer pour des multiservices eux-même. Le Congo dépense des fortunes en défense ces avocats n’ont pas honte de prendre et personne n’a jamais attaqué d’avocats voyous en Afrique.

  5. marché total dit :

    Contrairement à ce que les naïfs croient, la justice, le parquet et les juges en France dépendent du gouvernement. Ce qui n’est pas le cas au USA.

    Les Congolais doivent savoir qu’avec le bourbier centrafricain provoqué par le tyran de Brazzaville, François Hollande qui a besoin de ce dernier, a exigé au juge qui instruit le dossier des BMA, de lever le pied et de ne pas poursuivre le clan Sassou pour le moment.

    Les Congolais doivent d’abord compter sur eux-mêmes et non sur les français « gauche ou droite » qui se goinfrent sur nos richesses.

    Nous devrons exiger à la France le moment venu qu’elle rétrocède nos biens volés par le clan des nguesso, mais aussi qu’elle les traduise devant les tribunaux congolais lorsque cette racaille sera en fuite en France. A défaut, comme le Rwanda, nous romprons les relations bilatérales avec elle.

  6. le fils du pays dit :

    N’oubliez pas Sassou est le pion de l’empire francais au Congo

  7. MBONGO dit :

    Sassou a aussi un dossier sur l’un des avocats phares de l’affaire des BMA. Il attend le moment venu pour l’éclabousser car ce dernier a accepté de faux marchés donnés par Sassou. Ce sont des informations sûres. Le dossier est prêt avec le message suivant: voilà celui qui critique les BMA qui profite des BMA rémunérés dans des paradis fiscaux. Il faut faire attention avec ces avocats et journalistes qui viennent insulter le

  8. MONGO BETI dit :

    MBONGO@
    Arrêtez l’enfumage, vous êtes ridicule.
    Si vous avez des éléments contre Maître William Bourdon, sortez-les.
    On connaît les méthodes staliniennes de diversion chères aux partisans du pct.
    Droit dans ses bottes, le sus nommé vous attend, il est prêt: il ne cesse de le dire.
    Bon appétit, mais gare à l’indigestion monsieur MBONGO

  9. Matière grise dit :

    LE GOUVERNEMENT HOLLANDE2 NE SERA PAS JUGE ET AVOCAT DE LA VOLONTÉ DU PEUPLE A OSER DIRE NON AU DICTATEUR DU CONGO BRAZZAVILLE.
    ILS ONT LE TEMPS MAIS LE PEUPLE CONGOLAIS A LA MONTRE. QUI CONTRÔLE LA MONTRE CONTRÔLE LE TEMPS.
    Les Congolais doivent d’abord compter sur eux-mêmes et non sur les français « gauche ou droite » qui se goinfrent sur nos richesses.

    Le nouveau gouvernement de François Hollande est composé de 3 postes clés dont ses acteurs sont aussi les amis d’un certain faiseur de roi au régime de Brazzaville.

    Ce même faiseur de roi qui a volé des milliards et des milliards des deniers publics congolais – son proche est en moins de 17 ans de Sassou II devenu milliardaire, banquier d’affaires, bref l’homme fort du pouvoir actuel.
    NE COMPTEZ PLUS SUR LA FRANCE POUR LE DÉPART DE SASSOU NGUESSO CAR LE DICTATEUR A DÉSORMAIS SES PIONS AU SEIN DU POUVOIR HOLLANDE http://congo-liberty.com/?p=6652

  10. Sassou consacre 80% du budget congolais , pour son maintien au pouvoir et ses dépenses familiales , ce dernier continu à croire que son fils pourra lui succéder , après avoir plongé le pays dans un chaos sans précédent ! Franchement je ne comprends pas comment ce diable aurai encore des supporters? Après toutes ces opérations de sabotage orchestré par sassou!!!

  11. VeuSty dit :

    Bonjour je suis sidéré par ce que je lis !!! Vous ne comprenez pas que la presse MANIPULE ?????
    c’est étrange que le gouvernement français s’intéresses si subitement aux pseudo « biensmal acquis » du Pdt SassouNguesso !!! Soyons sérieux 1 mn (si possible) car le débat est ailleurs : il faut constater que tout ça arrive juste au moment ou l’Afrique prend son envol et déploie des partenariats avec la Chine (entre autre) !!! Etrangement, on ne dit absolument rien des richesses pillés en afrique au temps de la colonisation ? Etrangement on ne parle pas des richesses, châteaux, propriétés, comptes à l’étranger des anciens dirigeants français !!! L’injustice est justement là : les élites africaines corrompus par des sociétés françaises pour du business juteux !! juteux comme… le pétrole par exemple ??? Ouvrez les yeux ces fameuses attaques judiciaires de la france contre le congo avec ce prétexte des biensmal acquis ce n’est que du NEOCOLONIALISME… Heureusement le président Sassou ne se laisse pas faire et ça la France n’aime pas ça… Le président Hollande a l’air de prendre la mesure de l’importance des projets du Congo, les congolais ne sont pas des singes comme on a l’habitude d’appeler les noirs en france !
    Pour l’heure, arrêtons les fausses rumeurs, les faux procès.. Il y a plus urgent à régler

  12. Delbar dit :

    Je désire rappeler qu’en France la justice n’est pas sous contrôle du gouvernement car la France est un état de droit contrairement au Congo.
    Enfin ceux qui pillent vos pays pourront choisir les avocats qu’ils croient les meilleurs, ils trouveront toujours en face d’eux des confrères comme William Bourdon pour défendre les victimes de ces pillages.
    Les juges français feront leur travail jusqu’au bout et, croyez-moi, ils ne se laissent impressionner
    par personne.
    En résumé les poursuites dans les dossiers des biens mal acquis ne sont sont pas de la politique
    mais de la justice.
    Les juges n’ont que faire de ce que peuvent penser les politiques car ils sont indépendants.
    Je peux comprendre que pour ceux qui soutiennent le pouvoir actuel au Congo, ce soit
    compliqué à assimiler.
    Alors il n’y a aucunes fausses rumeurs et aucuns faux procès, il y a une petite partie de la
    population qui pille les ressources et une autre qui ne sait pas parfois ce qu’elle va manger le
    soir.
    Personnellement je considère le Congo comme ma seconde patrie et cela m’empêche de dormir.

    Bien à vous.

  13. annie dit :

    @delbar
    Monsieur, vous ne semblez pas être très au courant de ce qui se passe en justice en france… les juges et les avocats corrompus… les téléphones achetés en douce et sur écoutes, les promesses d’emploi à Monaco!. Pire que james bond… aujourd hui et en france! alors oui, je rejoins l’avis de veusty. la france veux donner des leçons, oh surtout à des pays dont la richesse est reconnu. Etonnant de s’ériger en bienfaiteur pour la population là ou ca pourrait rapporter rapporter gros.
    Arrêtons de donner des leçons et de vouloir déstabiliser des pays. On a vu ce que ca a donné en irak, en syrie et en libye. Mensonges et guerre civile…

  14. Delbar dit :

    À Annie

    Chère Madame,
    Je ne donne des leçons à personne, je ne fais que des constats.
    La technique de la désinformation et de l’amalgame n’influence plus grand monde.
    Faire croire que le désintéressement n’existe pas, est aussi une des caractéristiques de ceux qui
    n’agissent que par intérêt.
    Enfin, je ne suis qu’un avocat de province, qui je vous rassure, n’a pas de pouvoir de déstabilisation mais qui continuera à dénoncer ce qu’il a vécu au Congo.

  15. annie dit :

    Vous savez bien que la desinformation influence le monde bien sûr… Nous en avons la preuve tous les jours. Il n ya qu’à voir les commentaires de ceux qui gobent sans réfléchir… On ne met jamais en lumière le rôle sassou dans les médiations de paix ou dans la stabilité du pays… Les violences passées au Congo l’avaient affaibli. Depuis, ce pays avance et a besoin encore plus de sérénité… La paix et necessaire et ce ne sont pas les rumeurs distillées ici et là qui vont contribuer au bine être du peuple… Faisons confiance aux africains et arrêtons de nous positionner en donneur de leçons. Nous n’en sommes pas capables. Ne critiquons plus ou commençons par nos propres dossiers…nauséabonds… Je vous souhaite une bonne journée

  16. AlassaneT dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec Annie,

    L’ingérence de la France dans les affaires du Congo est intolérable et inacceptable!!!
    On respecte l’Indépendance de la France, peut-on respecter celle du Congo?! La France veut une main-mise sur le continent Africain et si l’un d’entre eux ne suit pas ce que l’Elysee lui a dit de faire on le fera « décapiter » comme au temps de la Colonisation!
    Qui de nos responsables Africains mène des enquêtes sur les biens mal acquis des occidentaux détenus en Afrique ?
    A l,’heure où l’Afrique connait un essor économique fulgurant et coopère avec la Chine etc. voilà que soudain la France s’intéresse aux BMA.
    La France devrait s’occuper de ses mensonges, mises sur écoute, de ses tableaux revendus des fortunes détenues par des ministres français en fonction, de ses passe-droits, scandales divers, sans compter le chômage qui explose et les sdf qui dorment dans les rues… choses dont l’Afrique ne se mêle absolument pas

  17. sylvaine dit :

    Voilà qui est bien résumé… Le Congo attise la gourmandise. Qu’un président refuse la tutelle de la France et on l’accable.. Oui, le partenariat en toute intelligence avec la chine ou la corée sont nécessaires. Eux prouvent bien leur avancées technologiques et autres… Qu’en est t il de la France, perdus dans ses problèmes « politiquos-jurdicaux ». Sassou est un chef d’état bien attaqué mais qui à mon avis ne cédera pas. Il a raison… Toutes ces affirmations sans preuves, des attaques pourquoi? la réponse est évident

  18. LULENDO de Ponton dit :

    Sassou, » un président? » Certainement celui de son clan.
    Cet homme se comporte en bon despote. Il affame le peuple, gaspille l’argent du Trésor public par des voyages incessants et sans intérêts, va se soigner en Occident alors que la population ne peut même s’offrir un paquet de doliprane, quant à sa progéniture, elle est pleine aux as.

    De nos jours, tout tyran , tout putschiste intéresse tout le monde. Sassou est l’ un d’eux. D’ailleurs, ce tricheur, manipulateur et kleptomane récidiviste tremble à la vue de 2016. En effet, pour échapper à la justice congolaise et française, il songe comment se maintenir au pouvoir alors même que la constitution l’en empêche.

    Les propos de M. Delbar sont très pertinents et ont fait mouche!

  19. moncongo@gmx.fr dit :

    @Mr lulendo,
    je partage l’avis dAnnie plutôt… vous vous inspirez de ce que vous lisez hélas et souvent dans la presse étrangère… Voyez-vous au moins ce qui est fait tous les jours au Congo, toute ces initiatives pour le peuple qui passent sous silence… répétez les ont dit ne feront pas avancer le pays… Vous dîtes ses enfants sont pleins aux as??? jamais vu dans les classements des grosses fortunes… Pourquoi faut -il que dès que des personnes vivent bien, on a l habitude de trouver ça… suspects??? Reflechissions ensembles, unissons nous et voyons plutôt ce qui va! arrêtons de nous plaindre et passer pour des misérables! l’afrique a un potentiel! énorme! ayons confiance en nous!!!

  20. Le gouvernement Français ferait mieux de s’intéresser à ses propres affaires. Pourquoi s’intéresse t-il d’un coup aux bien mal acquis (selon la rumeur…) du président. BALIVERNE. Il faudrait plutot remonter à la FranceAFric et faire un peu de ménage.

  21. Sylvie Maka dit :

    Vous savez ce que c’est pour moi les bien mal acquis !? C’est les biens que la france a volé à l’afrique !! basta.

  22. martin dit :

    Il faut vous lire quand on a le stress. vos articles manquent de tout et sont franchement ridicules. A force d’ecrire les contre verités on donne du credit au dictateur.

Laisser un commentaire