Jean-Luc MALEKAT et les Assises Nationales pour l’Alternance Démocratique « La Lettre du Continent »

LDC

Jean-Luc MALEKAT et le Comité des Assises Nationales du Congo pour l’Alternance Démocratique remercient les Congolais

De l’expérience de la Transition 1991-1992, une vision d’éthique et de gouvernance. Par JEAN LUC MALEKAT

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

12 réponses à Jean-Luc MALEKAT et les Assises Nationales pour l’Alternance Démocratique « La Lettre du Continent »

  1. Mabonzo donatien dit :

    Encore un groupuscule intéressé par la mangeoire au Congo.
    ils ont déjà goutté au plat et ils ne pourront jamais s’en départir. c’est le mal du Congo.
    vous lirez les titres : docteur en socio , docteur en sciences politiques, professeur de …. agrégé de ……….
    le Congo est le seul pays ou pour émerger il faut faire la politique. ces soi disant professeur de … agrégé de …. ancien inspecteur de …. ancien conseiller de …. l’ enseignement à aller relever ne les intéresse pas.
    comment faire même en remplaçant SASSOU ,ceux qui avaient fuit avec lissouba vont revenir avec tribu classe etc…. et on reprendra .
    Pourquoi ne pas constituer des coopératives pour faire des plantations et faire le Congo produise plus que importer même le café, les aiguilles, les bonbons quelle honte.
    Vous avez l’un des plus grands fleuves du monde où l’eau coule 365 / 365 j mais dans les robinets il n’y a rien.
    m^me le professeur lissouba n’a pas fait mieux quelle honte

  2. Après les assises, on descend à Brazza ou on continue à déambuler sur le bord de la Seine ou sur la Promenade des Anglais?

  3. Dieudos Eyoka dit :

    Qui aurait pu croire que dans le désert des barbares savamment organisé par notre Taras Bulba nous aurions pu trouver un David pour affronter Goliath ?

    Nous rentrerons d’exil du bord de la Seine et nous irons dormir au bord de l’Alima en son Palace !

  4. Lolaka ya révolution dit :

    @ Nassina Mêrii

    En tant que Congolais et patriote participant à l’émergence de cette nouvelle dynamique, je puis vous dire qu’elle n’est pas et ne sera jamais une dynamique monarchique. Les décisions qui y sont prises sont collégiales.
    La critique est la bienvenue, car c’est d’elle que surgit la lumière et que les erreurs sont corrigées. Mais vos propos s’apparentent à du ressentiment contre un personnage qui n’a ni pillé le pays, ni participé à quelques massacres que se soient.
    Mettez donc vos compétences à la consolidation d’un mouvement politique, qui avec les forces intérieures chasseront le boucher de l’alima hors d’état de nuire.

    Je puis vous garantir que nous irons à Mfoa car si vous avez bien lu cet article, il est bien mentionné que Sir Malekat séjourne régulièrement au Congo qui est son pays natal.

    Et pour votre part, que proposez-vous ?

  5. Sassou degage dit :

    Pour tous ceux qui viennent sur les sites, pour discrediter les combattants de la liberte des Congolais et congolaises comme Malekat, Ndomba… sachez que nous connaissons votre strategie de vouloir accuser les saints des demons, que le peuple les desavouent.
    Sachez que ca ne va plus marchez, reussir. Nous connaissons que votre chef sassou est un demon qui possede le congo et vous qui le soutenez, vous etes des mauvais esprits qui oppressent et envoutent les congolais et congolaises.
    Vous etes expose donatien et compagnie, et vous ete deja vaincus d’avance. Soyez convaincu!!!
    Vous ne toucherez pas a la constitution congolaise, pas parceque elle est bonne mais parceque trop c’est trop!!!

    Que Dieu benisse le Congo

  6. Matière grise dit :

    NE TOUCHE PAS A LA CONSTITUTION DE 2002

    A quel allusion faites-vous allusion Mabonzo donatien? Avez-vous suivi Barak OBAMA ?  » l’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts ; l’Afrique a besoin d’institutions fortes ». C’est difficile à comprendre ça ?

    Toute bonne initiative comme celle de Jean-Luc MALEKAT est bonne à prendre. L’objectif est d’abord de mettre le monstre de l’alima hors d’état de nuire à tout peuple.

    Une fois ce souci régler, le reste viendra avec l’alternance politique.

    Arrêter vos querelles stériles avec des mots-clés à la con de type: nord, nordiste, sud, sudiste, lissouba, kolelas, tribalisme, mbochis, lari, nibolek, kongo, cobras, ninjas, katanga, etc que des conneries.

    NE TOUCHE PAS A LA CONSTITUTION DE 2002

    BRAVO MON CHER MALEKAT…
    Le prochain Président du Congo dès 2017 à 2022, personne ne le connait. Le moment venu, c’est le peuple souverain qui aura son dernier mot.
    Le 14 aout 2016, Sassou Nguesso ne sera plus à la tête de l’état congolais. La suite de 2016 à 2017 c’est à comprendre http://congo-objectif2050.over-blog.com/2014/03/civilisation-et-societe-les-cinq-procedures-necessaires-a-la-restauration-de-la-democratie-au-congo-brazzaville.html

    TRÈS UTILE POUR VOS ASSISES !

  7. GIL dit :

    Tout homme est responsable de ses actes. Si Sassou s’est bien comporté envers les Congolais, il n’a donc pas à trembler et pleurnicher comme une femme. La Constitution actuelle si elle doit être modifiée, cela sera fait par son successeur. Pour l’heure, on y touche pas.

    En revanche, s’il est coupable des délits relevés et notés par le peuple souverain, il devra s’attendre alors, à être jugé par une vraie Justice d’un Etat de droit. Dans un pays géré par des démocrates, les tribunaux sont exemplaires et non corrompus.

    L’alternance est incontournable. C’est une nécessité pour l’équilibre biologique et psychologique des compatriotes. Elle est donc primordiale et vi.. ta.. le.

    Au de-là des mots, j’espère que M. MALEKAT par alternance veut dire : ALTERNATIVE. C’est à dire un changement radical dans l’art de gérer un pays.

  8. Mon cher MABONZO, pourtant ton nom peut vouloir dire « homme réfléchi » car doté d’une grande cervelle. Mais débiter des accusations sans preuve aucune, juste pour salir, est tout de même pathétique…
    On peut tout dire sur nos gouvernants car la plupart affiche ostentatoirement une relation incestueuse avec l’argent.
    Cependant, il y a des hommes rares, se comptant sur le bout des doigts, comme Jean Luc MALEKAT qui est une personne crédible dont l’intégrité est reconnue de tous, je dis bien au Congo comme à l’extérieur du pays. J’ai découvert cet homme, par hasard, dans un livre « Pillage à huit clos » de Xavier Harel. Vous ne pouvez comprendre la fierté qui vous envahit, pour une fois que vous découvrez l’existence d’un tel compatriote qui force respect et estime vu que les nouvelles sur le Congo sont loin d’être reluisantes car toujours classé au peloton de queue par tous les organismes de classement économique.
    Quand on lit l’histoire du pays, le Gouvernement de transition a été une grande exception pour le Congo. Ce Gouvernement a géré avec peu et ne possédait pour tout qu’un 40ème du budget actuel !!!
    Mon cher Mabonzo, je comprends votre dépit, mais sachez que lorsqu’on agit sans discernement comme vous le faites, alors ne soyons pas étonnés de mériter ces hommes médiocres qui nous dirigent et qui mettent allégrement en péril la nation entière avec le vol, la corruption, le clanisme et la « monarchisation » du pouvoir à nos portes avec « Kiki le pétrolier ».
    Souviens-toi que dès que Kiki est placé à la tête du pays, les Zaroïs viendront nous chasser de nos terres. Ils sont près de 15 millions rien qu’à Kinshasa et tout le Congo Brazzaville compte à peine 4 millions d’habitants.

  9. @Lolaka ya révolution

    Non je ne connais pas Mr Malékat. Je n’ai pas apprécié le gouvernement auquel il avait appartenu. Il y a une difference.

    Pour ce qui est l’initiative des assises, ce qui m’agace c’est la reference au gouvernement de 1991-1992 qui n’a pas rempli son cahier des charges. Donc quand quelqu’un veut presenter ce gouvernement comme une reference, je dis stop! Quand quelqu’un me parle de démocratie au Congo, je dis stop! Il n’y a jamais eu de démocratie au Congo.

    Ce que je propose? Je serai à Paris en mai. Là vous me verrez en personne avec mes propositions bien ficelées.

  10. Dieudos Eyoka dit :

    @Nassimina Mêrii
    J’emprunte votre procédé pour contrecarrer vos mensonges par la vérité historique. Dans les commentaires consacrés aux remerciements du Comité vous affirmiez :
    « Attention aux gros mots Mr Maleka. De quelle démocratie parlez-vous ? Savez-vous au moins ce que signifie ce mot ? Il n’y a jamais eu de démocratie au Congo pour prétendre dire « la plus aboutie de démocratie apaisée»! En plus un autre gros mot : «concorde civile». Sincèrement, je trouve votre propos démagogique. Oubliez-vous Mokoko allant cueillir Me Alexis Gabou chez lui ou Lékoundzou emprisonné et la fameux coup d’état manqué de Mokoko contre Milongo qui fut contraint de se refuger à l’ambassade des USA après avoir été contraint de ne pas prendre de vol à Maya Maya ? »
    Mokoko avait finalement cédé aux pressions de Sassou NGuesso et il envoya donc les chars au siège du gouvernement. Milongo était chez lui et contrairement à vos affirmations mensongères ne chercha ni à fuir le Congo, ni à se réfugier à l’Ambassade des USA. Un des membres du Gouvernement de transition alerta aussitôt une de ses relations qui rapporta immédiatement la situation à l’Ambassadeur des USA à Brazzaville, Monsieur Philips. En un rien de temps l’Ambassadeur publia un communiqué dans lequel les USA soutenait le processus démocratique engagé par le Gouvernement de Transition. Aussitôt le militaire d’opérette, comme bon nombre de gradés congolais, donna l’ordre à ses chars du retour à la caserne (explosée le 4 mars 2012 par des gens à qui semble-t-il vous vouez une grande admiration).
    Je n’ai malheureusement pas le temps de répondre à toutes vos affirmations mensongères et à vos manques d’objectivité flagrants.
    Vous n’appréciez pas cette période de démocratie apaisée et de concorde.Vous ne pouvez donc apprécier la manière subtile et pacifique avec laquelle cette tentative de coup d’Etat avait été réglée. Mokoko avait pris ce jour là la leçon de sa vie. Sassou multi-récidiviste finira par rencontrer un jour son maître. César poignardé à mort avait eu le temps de reconnaître Brutus. Qui sait qui Sassou reconnaîtra à ce moment là ?

  11. Faîtes un effort SVP! Pour vous aider je vous invite à lire Patrice Tengo, Menga et d’autres qui ont écrit sur le gouvernement de transition. Après faites-moi signe pour la discussion.

  12. Lolaka ya révolution dit :

    @ Nassmina Mêrii,

    Le vie politique est différente de la vie scientifique où en binaire, il y a les chiffres zéro et un. L’ideal serait que même en politique, les choses soient comme en mathématique, mais ce n’est malheureusement pas le cas.
    En ce qui concerne la transition, elle ne date pas de longtemps car nous l’avions vécu. C’est une histoire récente et point n’est lieu ici de nous citer des références qui ne le sont pas.

    Apprenons en tant qu’intellectuel à ne pas confondre l’essentiel de l’accessoire. Le but ultime du gouvernement de transition était de faire passer notre pays d’un régime dictatorial à un système démocratique « pacifiquement ». Pour cette tâche essentielle, il avait atteint son but et le réfuter, excuser moi, relève de la mauvaise foi et s’apparente à une discussion de nganda du marché total ou de moungali.

    Une fois que l’on a dit ça, on peut rajouter que le gouvernement de transition avait entre autres but d’appliquer les actes de la conférence nationale, lorsque le parlement de transition « conseil national de la transition » les « votait » en loi. C’est seulement à cette condition que le 1er ministre Ya milos devait les exécuter. Mais les forces qui le soutenait au parlement étaient devenues au fil des semaines minoritaires. Ce même parlement avait fini par lui imposer un gouvernement de moins de 10 membres. Lorsque vous y ajouter le coup d’état, la faillite financière de l’état, que la transition soit arrivée à son but essentiel, relève du miracle. Bravo à Ya milos, paix à son âme et à tous ses ministres dont Malekat, le général Ngolo …

    Nous vivons dans des pays occidentaux où les formes démocratiques que nous connaissons aujourd’hui n’étaient pas celles du début. Pour aboutir à cette forme de démocratie apaisée en occident, il a fallu au moins 2 siècles. Dans l’absolu, on aurait voulu que la démocratie soit la plus aboutie pendant la transition et le gouvernement de Ya milos, mais ce n’était pas possible et cela ne s’est vérifié nul part dans le monde. Une démocratie pérenne est l’affaire de tous les citoyens et surtout des acteurs politiques. Si les Congolais l’avaient pris en compte, on se serait tous battu contre le coup d’état manqué de sassou, même pour ceux qui reprochaient des choses à Lissouba élu démocratiquement. Mais ça c’est une autre histoire.

    Maintenant, si c’est à la lecture des écrits de Tengo que vous lisez que Ya milos s’était réfugié à l’ambassade des USA pendant e coup d’état de Mokoko, je vous invite vivement à changer de réference car c’est purement de la falsification de l’histoire !

    Tirons les leçons de notre histoire et construisons l’avenir qui nous attend

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.