Tous ensemble pour débarquer le génocidaire Sassou-Nguesso. Par OLIVIER MOUEBARA

sasou-au-villageLa France a célébré avec ses alliés le 15 août dernier le 70ème anniversaire du débarquement.

Le Congo s’apprête à débarquer le génocidaire Sassou-Nguesso sans alliés. Le vaillant peuple congolais attend patiemment 2016 pour chasser du pouvoir et du Congo le tyran d’Oyo.

Le génocidaire Sassou-Nguesso prend au sérieux la détermination du peuple congolais.

Il s’est essayé à la course à pieds le 15 août à Sibiti. Essoufflé après avoir couru un petit mètre dans la poussière, voyant ses produits cosmétiques dégouliner sur son visage, le dictateur-génocidaire sait que le temps lui est compté. Jamais, au plus grand jamais, on m’appellera  » ex président » dixit le dictateur !

A tous ses visiteurs du soir comme du jour, le génocidaire Sassou-Nguesso assène: « Ils m’ont eu pendant la Conférence Nationale. Cette fois-ci, ils enjamberont mon cadavre pour prendre le pouvoir ».

L’authenticité de ses propos prouvent à suffisance que le dictateur Sassou-Nguesso n’est pas prêt de quitter le pouvoir. Il va falloir le déloger de gré ou de force. Ses artifices de référendum ne sont que des alibis et des manœuvres dilatoires.

A l’observer, le dictateur est tendu, faute de soutiens. Même en distribuant à tour de bras les FCFA, aucun président africain ne veut s’afficher à ses côtés. Seuls Faure Eyédama du Togo, et Théodoro Obiam Nguéma de la Guinée Equatoriale, ont accepté d’être présents au 54ème anniversaire de l’indépendance du drapeau du Congo.

La société civile doit exploiter la fébrilité du dictateur Sassou-Nguesso pour s’opposer fermement à toute modification constitutionnelle.

Mettons entre parenthèses nos « lâchetés », en pensant que le hasard, Dieu, ou le destin viendrait à notre rescousse.

Non, l’inaction n’est jamais une solution. Se résigner et baisser les bras, c’est laisser le dictateur Sassou-Nguesso mourir tranquillement au pouvoir dans son lit, alors que nombreux de nos compatriotes gisent dans des fosses communes, ou sont dépourvus de sépultures.

C’est à cause de notre passivité que le dictateur Sassou-Nguesso détruit le pays, qu’il pille en toute impunité les deniers publics, que l’école publique est à la dérive et qu’il fait du Congo le pays le plus endetté au monde par tête d’habitants.

Les congolais sont loin d’être des omelettes que le dictateur-génocidaire peut tourner dans tous les sens.

Vivant dans la haine et le ressentiment, le dictateur Sassou-Nguesso a retenu la leçon suivante: « J’ai compris, mais trop tard, que l’homme qui était à la tête de la Confédération m’avait trahi et que je ne disposais plus d’aucun relais dans cette organisation où chaque section était à ses ordres. Comme me l’a expliqué un jour un vieux sage de mon village à qui je racontais cette histoire, « la souris qui te ronge le talon se trouve toujours sous ton lit »(page 75, ouvrage sous-cité).

N’ayant pas sa place dans un environnement civilisé dans lequel les règles écrites ne sont pas transgressées, le dictateur Sassou-Nguesso voit le mal partout. Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un conflit avec Bokamba Yangouma. Son seul traître est la main des rédacteurs de sa propre Constitution de 2002.

Esseulé et isolé, le dictateur Sassou-Nguesso, comme toujours, en appelle à la France en ces termes: « Je dis à la France que je vais remettre de l’ordre dans le pays, que j’ai la volonté de coopérer plus étroitement avec elle et qu’elle est plus que jamais la bienvenue au Congo »(Le manguier, Le fleuve et la chauve-souris, page 166).

Dix-sept ans après son coup d’Etat meurtrier en 1997, le dictateur Sassou-Nguesso n’est plus en odeur de sainteté avec ceux qui l’ont porté au pouvoir.

Jacques Chirac malade, boudé par Dos Santos, lâché par Ali Bongo, embourbé dans l’amateurisme de la médiation du conflit centrafricain, le dictateur Sassou-Nguesso dépense l’argent du Congo dans le renseignement.

Médiateur sans talent, le dictateur-génocidaire Sassou-Nguesso est rejeté par l’ensemble des protagonistes centrafricains. Obtus et dans l’impasse, le tyran de Mpila s’évertue à organiser des rencontres au frais du contribuable congolais qu’il est incapable de tenir avec ses pairs. Il veut tout savoir, écoute tout de tout le monde, et tout le monde. Même les conversations les plus futiles.

Maître Mbemba, alors avocat du colonel Nzalankanda, s’étonnait lors du procès truqué des « poseurs de bombe » présumés du cinéma Star de Brazzaville, de lire dans certains procès-verbaux, les fréquentations bénignes de son client rapportées au dictateur-génocidaire. Telle est la psychologie du chef des cobras.

Manipulateur, cynique, amuseur public, le dictateur-génocidaire Sassou-Nguesso a fait installer des tentes de fortune à Sibiti qu’il appelle colonie de vacances, pendant que lui-même se la coule douce actuellement dans son palais de Marbella (Espagne), où il distribuera encore des billets de banque, et que sa propre famille vit dans l’opulence avec l’argent du pays en Europe et aux Etats-Unis.

450 millions de FCFA ont été dépensés lors des festivités de Sibiti. A-t-on besoin de dépenser autant alors que localement les besoins sont immenses ?

Visiblement, le dictateur-génocidaire Sassou-Nguesso inverse les priorités. Il dépense inutilement, à tour de bras, dans l’espoir de détourner l’attention des congolais de notre principal objectif: le débarquer sans concessions et sans pitié en 2016.

En ces temps de sursaut national, le débarquement du dictateur-génocidaire Sassou-Nguesso ne sera effectif que si nous agissons dans l’intérêt du pays. La peur, dans la vie publique comme dans la vie privée, n’est jamais porteuse d’avenir.

Dans ce compte à rebours, où la résistance et le courage s’imposent, la lâcheté est l’ennemie, dont il faut combattre.

Le dictateur-génocidaire qui ne comprend rien à l’Histoire, feint d’ignorer ce qui est arrivé à Samuel Doe du Libéria, Mobutu, mort en exil et inhumé au Maroc, ou ce qu’il a fait subir à Diawara, Ikoko, Marien Ngouabi à qui il avait sectionné la carotide, Ndoudi Ganga, Kimbouala Nkaya, Emile Biayenda, Massamba-Débat… La liste de ses forfaits est loin d’être exhaustive.

Que tous ceux, de près ou de loin, encouragent le génocidaire Sassou-Nguesso dans la voie sans issue de se maintenir coûte que coûte au pouvoir se ressaisissent.

De la RDC au Burkina-Faso, la société civile est debout comme un seul Homme pour dire NON au tripatouillage constitutionnel.

« Il n’est pas de problèmes qu’une absence de solution ne fasse empirer ». Encore faut-il avoir le courage de nous unir et de mettre en œuvre le débarquement du génocidaire Sassou-Nguesso, et la lucidité de reconstruire notre beau pays.

 

Olivier Mouebara

Diffusé le 22 aout 2014, par www.congo-liberty.com

Ce contenu a été publié dans Les articles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Tous ensemble pour débarquer le génocidaire Sassou-Nguesso. Par OLIVIER MOUEBARA

  1. le fils du pays dit :

    Excellent texte.Cette fois ci les Congolais descendront la fripouille d’edou du perchoir.Ils expulseront du Congo les terroristes du Hezbollah libanais deguises en businessmen,hubert pendino,patrick wasjaman,francois Soudan,jean paul pigasse et d’autres etrangers qu’il a fait venir au Congo avec lesquels il vole,ruine et
    detruit le patrimoine commun des Congolais.Bref la vraie justice Congolaise fera son travail.A malin malin et demi.

  2. idée d'une république fédérale au Congo dit :

    SI LE POUVOIR ÉTAIT DÉCENTRALISE AU CONGO, IL N’Y AURAIT PAS EU 34 ANS DE DICTATURE SASSOU NGUESSO.

    Au lieu d’apporter la démocratie au cœur des tribus, on préfère désigner des boucs émissaires comme quoi: l’Europe ou la France a diviser l’Afrique.
    Nous restons ancré dans un passé qui est pour tous presque une tragédie humaine, politique et socioéconomique (esclavage, colonisation, néocolonialisme, dictature…).

    Pour contourner les mots qui minent notre pays, il faut penser à des alternatives politiques. La république fédérale peut être une des solutions de gestion durable de nos écosystèmes sociétaux à l’échelle locale, régionale et nationale.

    Par exemple aux USA, au Brésil, en Argentine, en Australie, en Allemagne et en Suisse – ces modèles de pouvoir à l’échelle locale fonctionnent très bien.

    Un pouvoir politique centralisé en Afrique noire, c’est le tribalisme politique assuré, on le voit d’ailleurs au Cameroun, au Togo, Zambie, Tanzanie, Kenya, en Rd-Congo, Rwanda, etc et même dans la nouvelle république sud Soudan…

    Oui, les visionnaires sont toujours victimes de leur époque. Oui, rigolez-vous de moi, c’est pas grave.

    Mais avec un pouvoir centralisé en Afrique noire ou au Congo aussi, certaines villes, villages et régions attendront 30 à 50 ans pour entrer dans la civilisation.

    La solution du Congo, c’est le fédéralisme, le pouvoir politique géré à l’échelle locale. Oui tout est à réfléchir et à repenser ensemble pourvue que nous ayons au-moins un cerveau, des principes ou valeurs et des idées nouvelles pour une république sans repentance sur le passé ou plutôt sur la tragédie africaine de XV e au XXIè siècle.

  3. C’est bien ce que tu penses cher idée de la république fédérale au Congo. Sassou et son foutu clan doivent d’abord gicler de l’arène politique du Congo. Les bonnes idées pour rebâtir de nouveaux et mieux, ne manquent pas. Mais le cobra dictateur tant qu’il sera présent au pouvoir, rien de bon ne se fera.

  4. idée d'une république fédérale au Congo dit :

    DES ALTERNATIVES POLITIQUES OU ÉCONOMIQUES NOUVELLES: UN MONDE AUTO- GÉRÉ D’EN BAS VERS LE HAUT ET NON D’EN HAUT VERS LE BAS…
    Le comportement individuel du citoyen, de l’acteur politique et économique devient un facteur déterminant dans l’aptitude des citoyens libres, éduqués et civilisés à maitriser l’évolution de leur environnement local, régional et national.
    Nous devons d’abord repenser à l’échelle locale ou régionale nos modes de pouvoir politique ou économique, de démocratie revisitée ou participative.
    Nous devons ensuite repenser à l’échelle locale ou régionale nos modes d’éducation, de formation, de besoins, de production, de consommation, de transport et de rejet dans l’environnement national.
    DÉCONCENTRER OU DÉCENTRALISER LE POUVOIR AU CONGO BRAZZAVILLE !
    SASSOU NGUESSO DÉGAGE PUIS L’IDÉE D’UNE RÉPUBLIQUE FÉDÉRALE…

  5. Lekaki dit :

    Il est vrai qu’ après le dégagement de ce type moyenâgeux, les Congolais devront faire une révolution fondamentale pour changer la façon de gouverner le pays. Effectivement les idées sont là. Il faut d’ abord se débarrasser de ce spécimen.

  6. Madouma Lissafi, sassou dénis: Géopolitique d’un impossible exilé

    « Ils m’ont eu à la CNS de 91, cette fois-ci, ils devront enjamber mon cadavre pour prendre le pouvoir « . Cette phrase de ton article, souligne le va-tout du dictateur immigré. Pis, elle indique le mental d’un homme déterminé à mourir au pouvoir, dans un pays qui n’est pas le sien! Pourquoi?

    –Parce que toutes les capitales d’Afrique centrale lui sont hostiles. Le golfe de Guinée est aux mains de la gauche occidentale. L’Elysée et la Maison blanche, surtout Obama le locataire du palais us, le considèrent comme très rétif à la démocratie. Pis, un individu faisant partie de l’axe du mal dans la politique africaine subsaharienne. Obama n’a pas reçu Nicolas Sarkozy avec la même ferveur au regard de la visite ô combien solennelle de F. Hollande aux usa en 2014. Il n’a pas donc de parrain pour lui venir en aide auprès des autres pays de la françafrique.
    A cet effet, Ali bongo et Obiang guema préfèrent protéger leurs intérêts pétroliers que d’accueillir un tel trublion avec des mains très sanglantes. Les investissements us dans le golfe de guinée sont très énormes pour les deux présidents. Ceux-ci sont très stratégiques du fait des profondeurs des fonds marins, lesquels paraissent repoussantes pour les capitaux chinois.
    De plus, Obiang Guéma n’a pas oublié les tentatives de déstabilisation de son pays par sassou qui veut revêtir le costume du sage en Afrique centrale. Costume devenu trop seyant avec le rôle de pyromane pompier usité en RCA.
    Du côté Rdcien, la césure diplomatique avec l’encombrant sassou parait consommée entre Kinshasa de kanambé Kabila et le dictateur de Brazzaville. L’opération Mbata ya mokolo continue de faire des ravages dans les rouages bilatéraux des deux pays. De même, les injonctions de John kerry, à l’encontre de Kabila de quitter le pouvoir en 2016 s’avèrent fatales pour sassou, de rejoindre ses beaux parents Rdciens après sa chute en 2016! Caressant le rêve d’être le gendarme sécuritaire de la sous-région, dos santos ne peut s’aliéner le soutien us confirmé dernièrement à washington d’avoir été promu à ce statut de patron militaire en Afrique centrale.
    -Parce que dans les autres capitales ouest africaines, en proie aux futures élections présidentielles sur fonds de non changement ou non révision des constitions, le Niger ou le Bourkina faso ne peuvent réserver un coin de sommeil à celui qui se refuse d’aller en exile après 2016! La diplomatie us étant très active dans les pays arabes, sassou aura toutes les peines du monde de se faire un lit au Maroc.
    Même en Afrique australe, il lui sera très difficile de lever une carte d’asile: l’ANC au pouvoir, en dépit des frasques de zuma au pouvoir, n’acceptera pas, pour des raisons de principes et valeurs démocratiques, chers aux sud africains, de délivrer une carte de séjour à sassou dénis.
    -Parce que l’UE a une politique extérieure assez commune ces derniers temps, l’élysée va mettre un véto à sa réception dans toutes ses chancelleries. Surtout, sassou a faire boire F. hollande le calice jusqu’à la lie en l’humiliant à la suite de la réception quasi maffieuse de Sarkozy au bidon forum forbes de B/Ville. Franchement, malgré les milliards d’euros planqués dans les banques de l’UE, les 28 pays de la PAC et de l’euro ne vont lui accorder le menu crédit pour avoir massacré 750000 congolais du sud. Un vrai génocide pour ces pays européens qui financent la cpi. Comment écraser les valeurs de la démocratie lorsque la France est membre au conseil de sécurité de l’onu, le pays des droits de l’homme et surtout un des moteurs de la construction politique de l’UE aux côtés de l’allemagne?
    -Parce que les pays du proche et moyen orient sont une chasse gardée des usa, sassou ne pourra rejoindre ben ali en arabie saoudite,ou aller au kowweit ou dans les autres émirats arabes. L’asie du sud ouest et sud est bien que proche avec le monde arabe, risque d’être difficile à atteindre. L’horizon paraît bouché dans la mesure où les usa sont actifs dans cette partie du monde. Chinois et américains tiennent à préserver au beau fixes leurs rapports bilatéraux où leur présence en Afrique mérite entente que colère respectives, les uns les autres. L’animosité diplomatique n’est pas souhaitable pour leurs intérêts respectifs.
    -Parce qu’enfin, Obama ne peut pardonner à sassou d’avoir tenté de court-cuiter son sommet d’il y a deux semaines, à washington, le président us s’opposera à ce que les pays d’Amérique centrale et sud américains (le Brésil en tête) louent une case à sassou dénis après 2016!

    Reste l’intérieur du pays notamment dans sa cuvette, sa région adoptive. Dans le Niari où il a cru se faire adopter par le clan makanda des Lissouba, les autres tribus ne l’entendent de cette oreille. Les clans tsoundi boumouélé, ngoni, mizoumba, ngounda, etc, ne cautionneront jamais la présence plus que criminelle d’un tel bipède dans le chaillu.

    D’où une seule option, celle de mourir les ames à la main. Ce choix n’est pas celui des américains qui vont le déloger. Le cueillir comme une souris incapable de redescendre de son manguier.

  7. Hiatana dit :

    « Denis SASSOU NGUESSO avait prêté le serment solennel de respecter et de défendre cette Constitution. Cet engagement est consigné dans l’article 69 de la Constitution. Le Chef de l’État est lié par ce serment. S’il ne le respecte pas, il sera traduit devant la Haute Cour de justice pour haute trahison. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.